Les pro­duc­teurs s’en tirent bien, se­lon Carr

Le Quotidien - - ACTUALITÉS - Presse ca­na­dienne

Le mi­nistre fé­dé­ral des Res­sources na­tu­relles, Jim Carr, a sou­te­nu ven­dre­di que l’in­dus­trie fo­res­tière ca­na­dienne s’en sor­tait jus­qu’ici as­sez in­demne à la suite de l’im­po­si­tion par Wa­shing­ton de ta­rifs doua­niers sur le bois d’oeuvre, au prin­temps der­nier.

Se­lon le mi­nistre Carr, c’est le consen­sus qui s’est dé­ga­gé ven­dre­di au­tour de la table lors de la ren­contre fé­dé­rale-pro­vin­ciale an­nuelle des mi­nistres res­pon­sables des fo­rêts, à Ot­ta­wa.

M. Carr a es­ti­mé que les ta­rifs doua­niers amé­ri­cains sur le bois d’oeuvre ca­na­dien, qui ont coû­té jus­qu’ici au moins 500 mil­lions $ à l’in­dus­trie ca­na­dienne, ont pu être com­pen­sés par des prix éle­vés sur les mar­chés, par la va­leur re­la­ti­ve­ment faible du huard et par une de­mande crois­sante.

Les prin­ci­pales vic­times des ta­rifs doua­niers se­raient les consom­ma­teurs amé­ri­cains qui paient dé­sor­mais leurs ma­té­riaux de construc­tion 20 pour cent plus cher.

Au dé­part, on crai­gnait que les pe­tits four­nis­seurs ca­na­diens soient for­cés de mettre à pied des tra­vailleurs ou même de fer­mer leurs portes, mais rien de tout ce­la ne s’est concré­ti­sé.

Ain­si, l’in­dus­trie fo­res­tière a très peu eu re­cours au fonds d’aide de 867 mil­lions $ of­fert par le gou­ver­ne­ment fé­dé­ral, qui pré­voyait jus­qu’à 605 mil­lions $ en prêts et ga­ran­ties de prêt, ain­si que des pro­grammes pour ai­der les em­ployeurs à évi­ter les mises à pied grâce à des ac­cords de tra­vail par­ta­gé.

Se­lon le mi­nistre Carr, Ex­por­ta­tion et dé­ve­lop­pe­ment Ca­na­da, l’or­ga­nisme fé­dé­ral de cré­dit à l’ex­por­ta­tion, a écrit à des mil­liers de pro­duc­teurs ca­na­diens pour leur of­frir son aide, mais peu d’entre eux au­raient le­vé la main jus­qu’ici.

M. Carr n’a pas vou­lu spé­cu­ler sur les risques que cette ap­pa­rente in­no­cui­té des ta­rifs doua­niers amé­ri­cains nuise à la conclu­sion d’une nou­velle en­tente né­go­ciée sur le bois d’oeuvre.

La der­nière en­tente du genre a pris fin en 2015 et après une pé­riode de grâce d’une an­née, la coa­li­tion amé­ri­caine du bois d’oeuvre a re­mis en place des frais de pé­na­li­té en­vers les ex­por­ta­tions ca­na­diennes, ac­cu­sant le Ca­na­da de sub­ven­tion­ner l’in­dus­trie.

Le Ca­na­da re­jette ces pré­ten­tions et en­tend dé­fendre sa po­si­tion de­vant les ins­tances in­ter­na­tio­nales du com­merce, mais Ot­ta­wa es­père tout de même en ar­ri­ver à une en­tente né­go­ciée. Une en­tente était sur le point d’être si­gnée au cours de l’été, mais la coa­li­tion amé­ri­caine l’au­rait re­je­tée en rai­son d’un désac­cord sur les quo­tas de bois ca­na­dien.

La pré­si­dente du Coun­cil of Fo­rest In­dus­tries de la Co­lom­bieB­ri­tan­nique, Su­san Yur­ko­vich, a af­fir­mé à La Presse ca­na­dienne qu’elle croit que la coa­li­tion amé­ri­caine sent la pres­sion mon­ter pour qu’elle ac­cepte une en­tente.

D’abord, parce que plu­sieurs, dont le se­cré­taire amé­ri­cain du com­merce Wil­bur Ross, pré­voient que la de­mande pour le bois d’oeuvre va ex­plo­ser à la suite des deux vio­lents ou­ra­gans qui ont frap­pé le Texas et la Flo­ride. Du bois qui va conti­nuer de coû­ter plus cher tant que les ta­rifs doua­niers vont de­meu­rer en place.

Deuxiè­me­ment, parce que les pro­duc­teurs de bois amé­ri­cains font plus d’ar­gent que ja­mais, se­lon ce qu’a af­fir­mé Mme Yur­ko­vich à la com­mis­sion amé­ri­caine du com­merce in­ter­na­tio­nal. Ce qui ren­drait dif­fi­cile, mais pas im­pos­sible, de dé­mon­trer que le mar­ché souffre de la com­pé­ti­tion ca­na­dienne.

Si la com­mis­sion ne trouve pas de preuve que le mar­ché souffre de la com­pé­ti­tion ca­na­dienne, il n’y au­ra plus de ta­rifs doua­niers.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.