Un gou­ver­ne­ment pour les élec­tions

Phi­lippe Couillard re­ma­nie son con­seil des mi­nistres

Le Quotidien - - LA UNE - JEAN-MARC SALVET jm­sal­vet@le­so­leil.com

Phi­lippe Couillard a for­mé un con­seil des mi­nistres ca­pable se­lon lui de convaincre que son gou­ver­ne­ment n’est pas usé. Si des té­nors comme Car­los Leitão, Gaé­tan Bar­rette et Jean-Marc Four­nier de­meurent en poste, de nou­veaux vi­sages font leur en­trée dans son équipe mi­nis­té­rielle — celle de­vant conduire le gou­ver­ne­ment jus­qu’aux pro­chaines élec­tions gé­né­rales.

Le dé­pu­té de Pon­tiac, An­dré For­tin, 35 ans, est le grand ga­gnant du re­mue-mé­nage de mer­cre­di. Il prend les rênes du puis­sant mi­nis­tère des Trans­ports, le plus grand donneur d’ou­vrage au Qué­bec.

M. For­tin se­ra se­con­dé par la dé­pu­tée de Chau­veau, Vé­ro­nyque Trem­blay, néo­phyte comme lui. Elle est de­ve­nue dé­lé­guée aux Trans­ports, mer­cre­di, lors du re­ma­nie­ment.

La ré­gion de Qué­bec pré­oc­cupe les li­bé­raux ; en­core plus de­puis la gifle en­cais­sée dans la par­tielle de Louis-Hé­bert. C’est la rai­son pour la­quelle, outre la no­mi­na­tion de Vé­ro­nyque Trem­blay, le pre­mier mi­nistre a retiré des mains de Fran­çois Blais la res­pon­sa­bi­li­té de la Ca­pi­tale-Na­tio­nale pour la confier au ti­tu­laire de l’Édu­ca­tion, Sé­bas­tien Proulx.

Autres re­crues : Isa­belle Me­lan­çon, dé­pu­tée de Ver­dun, hé­rite du mi­nis­tère de l’En­vi­ron­ne­ment ; Ma­rie Mont­pe­tit, de Cré­ma­zie, prend la di­rec­tion de ce­lui de la Cul­ture et des com­mu­ni­ca­tions.

Les Qué­bé­cois « veulent une équipe qui allie l’ex­pé­rience et la jeu­nesse », a dé­cla­ré le chef du gou­ver­ne­ment en pré­sen­tant les 32 membres de son nou­veau con­seil des mi­nistres. Il y en avait 26 jusque-là. Sur ces 32 per­sonnes, 15 sont des femmes, s’est fé­li­ci­té Phi­lippe Couillard.

« IL NOUS FAUT ÉCOU­TER »

Af­fir­mant que la « mai­son est en ordre », M. Couillard a ap­pe­lé les membres de son gou­ver­ne­ment à écou­ter les ci­toyens. « Il nous faut écou­ter et bien com­prendre la po­pu­la­tion du Qué­bec », a-t-il dit.

Sur la feuille de route de son nou­veau gou­ver­ne­ment fi­gurent cinq prio­ri­tés : la ré­duc­tion du far­deau fis­cal, la qua­li­té de vie des ci­toyens et des fa­milles, l’in­no­va­tion, la vi­ta­li­té des ré­gions et la jeu­nesse. Phi­lippe Couillard a an­non­cé la mise en place d’un co­mi­té mi­nis­té­riel res­pon­sable de la conci­lia­tion tra­vail-fa­mille-études.

Est-ce pour écou­ter ? Le po­pu­laire Ro­bert Poë­ti re­vient au con­seil des mi­nistres après en avoir été éjec­té en janvier 2016. Son pur­ga­toire ter­mi­né, l’ex­po­li­cier s’oc­cu­pe­ra de l’In­té­gri­té des mar­chés pu­blics et des Res­sources in­for­ma­tion­nelles, une en­ti­té créée pour l’oc­ca­sion.

Da­vid Heur­tel rem­place Kath­leen Weil à l’Im­mi­gra­tion, à la Di­ver­si­té et à l’In­clu­sion. Cer­tains y voient une fa­çon de re­ca­drer le mes­sage gou­ver­ne­men­tal au­tour de la contro­ver­sée consul­ta­tion sur la dis­cri­mi­na­tion sys­té­mique et le ra­cisme.

Phi­lippe Couillard a par ailleurs don­né suite à un vieil en­ga­ge­ment. Il a nom­mé Kath­leen Weil res­pon­sable « des re­la­tions avec les Qué­bé­cois d’ex­pres­sion an­glaise », une nou­veau­té. Ce n’est pas né­ces­sai­re­ment Mme Weil qui était at­ten­due à ce poste.

CONTRER LE RE­PLI

Dans son al­lo­cu­tion, le pre­mier mi­nistre a mar­te­lé cer­tains mes­sages : pour ré­pondre à la mon­tée du pro­tec­tion­nisme, au « né­ga­ti­visme » et au re­pli iden­ti­taire, « nous avons la res­pon­sa­bi­li­té d’être des agents d’in­clu­sion plu­tôt que d’ex­clu­sion », a-t-il dit en ayant en tête le Parti qué­bé­cois et la Coa­li­tion ave­nir Qué­bec.

M. Couillard a for­mu­lé le voeu que « la di­ver­si­té crois­sante de notre so­cié­té soit un élé­ment qui ren­force notre so­cié­té unique en Amé­rique ». Il a pré­ci­sé qu’une po­li­tique gou­ver­ne­men­tale sur l’« in­ter­cul­tu­ra­lisme » l’illus­tre­ra bien­tôt.

Sur la ques­tion de l’ave­nir du Qué­bec, il n’a pas man­qué de sou­li­gner que « pour af­fir­mer une iden­ti­té, nul be­soin d’en ef­fa­cer, d’en di­mi­nuer ou d’en re­je­ter une autre ».

Bien que le poste soit avant tout sym­bo­lique, Do­mi­nique An­glade a été pro­mue vice-pre­mière mi­nistre, mer­cre­di.

Pierre Mo­reau, qui était au Trésor, di­rige dé­sor­mais le mi­nis­tère de l’Éner­gie et des Res­sources na­tu­relles. Il a pris la place de Pierre Ar­cand, le­quel a pris la sienne au Con­seil du trésor.

L’OP­PO­SI­TION À L’UNIS­SON

« Le chan­ge­ment d’ac­teurs de sou­tien ne chan­ge­ra rien aux ac­tions les plus im­por­tantes de ce gou­ver­ne­ment — 92 % de son bud­get de­meu­rant entre les mêmes mains », a fus­ti­gé le chef pé­quiste, Jean-Fran­çois Li­sée.

Le ca­quiste Fran­çois Bon­nar­del af­firme que « Phi­lippe Couillard a dé­li­bé­ré­ment choi­si de gar­der au sein de son con­seil des mi­nistres 17 per­sonnes qui étaient là sous Jean Cha­rest ». Même son de cloche d’Amir Kha­dir, de Qué­bec so­li­daire, qui a une fois de plus dé­non­cé le lea­der par­le­men­taire Jean-Marc Four­nier.

— PHOTO LE SO­LEIL, ERICK LAB­BÉ

Le pre­mier mi­nistre Phi­lippe Couillard s’est oc­cu­pé de la pe­tite fille du dé­pu­té de Pon­tiac, An­dré For­tin, pen­dant qu’il ap­po­sait sa signature à cô­té de celle du lieu­te­nant­gou­ver­neur J. Mi­chel Doyon. Le nou­veau mi­nistre For­tin est le grand ga­gnant de ce re­ma­nie­ment mi­nis­té­riel.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.