De la grippe au co­ma

Un élan de gé­né­ro­si­té pour Sé­bas­tien Gre­non, hos­pi­ta­li­sé en France

Le Quotidien - - LA UNE - PA­TRI­CIA RAINVILLE prain­ville@le­quo­ti­dien.com

Sé­bas­tien Gre­non, un jeune homme ori­gi­naire du Saguenay, est ac­tuel­le­ment plon­gé dans un co­ma ar­ti­fi­ciel en France, ter­ras­sé par une grippe. En voyage pour par­ti­ci­per à une conven­tion de ta­touage, le jeune homme asth­ma­tique a com­men­cé à se sen­tir mal le week-end der­nier. Dans la nuit de lun­di à mar­di, lui et sa conjointe se sont pré­sen­tés dans un hô­pi­tal, puisque Sé­bas­tien n’ar­ri­vait plus à res­pi­rer. Il a été hos­pi­ta­li­sé sur le champ et en­suite plon­gé dans un co­ma ar­ti­fi­ciel, afin qu’il re­prenne des forces, mais les coûts liés aux soins risquent d’être fa­ra­mi­neux. Sé­bas­tien Gre­non et sa conjointe Cin­dy La­plante se sont en­vo­lés pour Nantes la se­maine der­nière. Le jeune homme s’y ren­dait pour par­ti­ci­per à une conven­tion de ta­touages et sa co­pine a dé­ci­dé de faire le voyage avec lui. Tous les deux ori­gi­naires de Saguenay, ils de­meurent à Mon­tréal de­puis un an.

« La conven­tion avait lieu en fin de se­maine et nous avions tous un peu des symp­tômes grip­paux. Mais Sé­bas­tien avait plus de dif­fi­cul­té que nous, puis­qu’il est asth­ma­tique. Nous de­vions vi­si­ter Nantes lun­di, mais Sé­bas­tien est res­té au lit. Je suis al­lée à la phar­ma­cie pour lui ache­ter des mé­di­ca­ments, mais il ne vou­lait pas al­ler à l’hô­pi­tal puisque nous de­vions re­ve­nir à Mon­tréal mar­di et nous n’avions pas d’as­su­rance voyage, alors ça nous in­quié­tait un peu », a ra­con­té Cin­dy La­plante, lorsque jointe par Le Quo­ti­dien, jeu­di.

Mais dans la nuit de lun­di à mar­di, le couple n’a eu d’autre choix que de se pré­sen­ter à l’ur­gence, puisque Sé­bas­tien avait de plus en plus de dif­fi­cul­té à res­pi­rer et ses pompes ne fai­saient plus ef­fet.

Im­mé­dia­te­ment, les mé­de­cins ont in­for­mé Cin­dy La­plante que Sé­bas­tien de­vait être hos­pi­ta­li­sé, puis­qu’il souf­frait d’une grippe et que ses pou­mons étaient très mal en point. Quelques heures plus tard, les mé­de­cins ont pris la dé­ci­sion de plon­ger le jeune homme de 29 ans dans le co­ma, afin qu’il soit in­tu­bé.

« Il y avait beau­coup trop de gaz car­bo­nique qui s’ac­cu­mu­lait dans ses pou­mons et ça pou­vait pro­vo­quer un ar­rêt car­diaque. On pense qu’une grippe, ce n’est pas bien grave, mais quand on est plus vul­né­rable comme Sé­bas­tien qui souffre d’asthme, ça peut être ca­tas­tro­phique. Les mé­de­cins m’ont dit qu’il pour­rait être dans le co­ma jus­qu’à lun­di pro­chain. Nous avons évi­dem­ment an­nu­lé notre re­tour et j’ignore quand nous al­lons pou­voir re­ve­nir à Mon­tréal », a ex­pli­qué la jeune femme, qui est ac­tuel­le­ment seule au che­vet de son amou­reux.

Heu­reu­se­ment, les mé­de­cins ont bon es­poir que Sé­bas­tien ré­cu­père nor­ma­le­ment, une fois qu’il se­ra sor­ti du co­ma. Mais il de­vra être ra­pa­trié au pays en com­pa­gnie d’un mé­de­cin fran­çais et d’une in­fir­mière. Et si les pro­nos­tics sont re­la­ti­ve­ment bons pour le jeune homme, la fac­ture risque d’être sa­lée.

« Seule­ment en frais d’hos­pi­ta­li­sa­tion, ça nous coûte pré­sen­te­ment 3000 eu­ros par jour, donc en­vi­ron 4500 $. Et je n’ose même pas ima­gi­ner com­bien ça va coû­ter au bout du compte avec le mé­de­cin qui nous ac­com­pa­gne­ra au re­tour », a confié Cin­dy La­plante, qui pour­ra comp­ter sur le sup­port mo­ral de son amie, qui ira la re­joindre lun­di pro­chain pour qu’elle ne soit pas seule. D’ici là, elle a per­du l’ar­gent de ses billets d’avion lors­qu’ils ont été for­cés d’an­nu­ler et elle doit main­te­nant conti­nuer de se lo­ger et se nour­rir.

« C’est dif­fi­cile. Je fais plu­sieurs ap­pels pour les soins, notre re­tour, l’hos­pi­ta­li­sa­tion une fois à Mon­tréal s’il le faut et il y a aus­si la ques­tion de l’ar­gent. En plus, je suis vrai­ment très in­quiète pour Seb », a af­fir­mé la jeune femme, qui ar­rive à gar­der son sang-froid mal­gré la si­tua­tion.

UN PRE­MIER VOYAGE SANS AS­SU­RANCE

Iro­ni­que­ment, c’était la pre­mière fois que le couple voya­geait sans as­su­rance. « On est ha­bi­tué de voya­ger et on en a tout le temps eu... Même qu’on avait une as­su­rance d’un an, mais elle est ve­nue à échéance il y a quelques mois. Cette fois-ci, on a fait l’er­reur de prendre une chance. Quand on est jeune et que tout va bien, on se dit que ça ira, sur­tout qu’on par­tait seule­ment quelques jours », ex­plique Cin­dy La­plante.

« C’est évident que je le re­grette. C’est une er­reur, mais je ne peux pas re­ve­nir en ar­rière. Tout ce que je peux faire, c’est dire aux autres d’en prendre pour ne pas qu’ils vivent ce que nous vi­vons », ajoute-t-elle.

Im­puis­sants et in­quiets de­vant la dé­tresse du couple, des amis et des membres de la fa­mille de Cin­dy et Sé­bas­tien ont dé­ci­dé de lan­cer une cam­pagne de fi­nan­ce­ment via In­ter­net, afin de leur ve­nir en aide. En dé­but de soi­rée jeu­di, 15 460 $ avaient été amas­sés sur un ob­jec­tif de 50 000 $.

Pour faire un don à la cam­pagne « Sé­bas­tien a be­soin de vous », il suf­fit de vi­si­ter le https ://www. go­fundme.com/4k11dls.

«Il y avait beau­coup trop de gaz car­bo­nique qui s’ac­cu­mu­lait dans ses pou­mons et ça pou­vait pro­vo­quer un ar­rêt car­diaque. [...] Les mé­de­cins m’ont dit qu’il pour­rait être dans le co­ma jus­qu’à lun­di pro­chain.

Seule­ment en frais d’hos­pi­ta­li­sa­tion, ça nous coûte pré­sen­te­ment 3000 eu­ros par jour, donc en­vi­ron 4500 $. Et je n’ose même pas ima­gi­ner com­bien ça va coû­ter au bout du compte avec le mé­de­cin qui nous ac­com­pa­gne­ra au re­tour. — Cin­dy La­plante

— PHO­TO COUR­TOI­SIE

Sé­bas­tien Gre­non et sa co­pine Cin­dy La­plante sont ha­bi­tués de voya­ger. Pour une rare fois, ils n’avaient pas d’as­su­rance voyage.

— PHO­TO COUR­TOI­SIE

Sé­bas­tien est main­te­nant ta­toueur à Mon­tréal.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.