Des­jar­dins mise en de­meure

Une dame âgée vic­time de fraude ré­clame 100 000 $

Le Quotidien - - LA UNE - STÉ­PHANE BÉ­GIN sbe­gin@le­quo­ti­dien.com

La fa­mille de Pâ­que­rette Des­ga­gné et Cé­line La­voie met en de­meure la Caisse Des­jar­dins de la Rive-Nord du Saguenay pour une somme pré­li­mi­naire de 100 000 $. Elle lui re­proche son « in­cu­rie et sa né­gli­gence » dans une af­faire de fraude de plus de 74 000 $.

Me Su­zy-Guy­laine Ga­gnon, de Qué­bec, doit dé­po­ser la re­quête ven­dre­di ma­tin au Pa­lais de jus­tice de Chi­cou­ti­mi. Mme Des­ga­gné et son dé­funt conjoint Mau­rice La­voie, de Chi­cou­ti­mi, ont été frau­dés par le couple de Jo­na­than Ber­ge­ron et Syl­vie Pe­tit­pas en 2015.

Ber­ge­ron don­nait alors un coup de main aux deux per­sonnes âgées. Il était par­ve­nu à ob­te­nir la confiance du couple au point d’uti­li­ser leur carte de dé­bit et leur vo­ler des mon­tants im­por­tants en peu de temps.

Les éco­no­mies de M. La­voie et Mme Des­ga­gné ont fon­du comme neige au so­leil. Les deux frau­deurs ont été re­con­nus cou­pables et ont éco­pé de 22 mois de pri­son (Ber­ge­ron) et de 17 mois (Pe­tit­pas).

Dans la re­quête, Me Ga­gnon pré­cise que le couple de per­sonnes âgées avait dé­po­sé une somme de plus de 50 000 $ à la Caisse Des­jar­dins pour ob­te­nir cer­tains ser­vices.

« En tant que ges­tion­naire des sommes qui vous ont été confiées, no­tam­ment des sommes de plus de 10 000 $, vous avez failli à vos obli­ga­tions im­po­sées par la loi et par votre né­gli­gence, notre cliente a été vic­time d’une fraude im­por­tante, em­por­tant toutes ses éco­no­mies pour une va­leur de plus de 74 000 $ », écrit-on.

« En au­cun temps, votre ins­ti­tu­tion fi­nan­cière n’a sui­vi ses propres règles pour­tant bien éta­blies. N’eût été votre in­cu­rie et votre né­gli­gence, les in­té­rêts pé­cu­niaires de Mme Des­ga­gné au­raient été pris en compte et cette der­nière n’au­rait pas su­bi des pertes aus­si im­por­tantes », pour­suit l’avo­cate.

Dans le do­cu­ment de trois pages, on y pré­cise que la plai­gnante n’a ja­mais bé­né­fi­cié des ser­vices d’un conseiller at­ti­tré même si la dame y a été cliente du­rant plus de 30 ans.

La re­quête sou­ligne des la­cunes im­por­tantes au sein du per­son­nel et que ces la­cunes ont ou­vert la porte à une fraude im­por­tante étant don­né qu’au­cun fi­let de sé­cu­ri­té n’a été ins­tal­lé.

« Au sur­plus, votre ins­ti­tu­tion fi­nan­cière a au­to­ri­sé un prêt per­son­nel de 10 000 $ de même qu’une carte de cré­dit de 2500 $ alors que Mme Des­ga­gné n’a au­cun his­to­rique de cré­dit. Cette si­tua­tion au­rait dû aler­ter les per­sonnes en au­to­ri­té alors que la dame a 82 ans et qu’au sur­plus, elle s’en­ga­geait à en­dos­ser une dette au­près d’une per­sonne étran­gère et in­con­nue de votre ins­ti­tu­tion fi­nan­cière », pré­cise-t-on.

De plus, au­cun contrat n’a été re­mis à Mme Des­ga­gné et au­cune cor­res­pon­dance ne lui a été trans­mise en lien avec ce prêt et la carte de cré­dit.

« Vous avez man­da­té une com­pa­gnie de re­cou­vre­ment qui, de fa­çon abu­sive, a har­ce­lé notre cliente pour que celle-ci rem­bourse le prêt de 10 000 $ de même que les achats por­tés sur la carte de cré­dit. »

« Bien que notre cliente ait ten­té plu­sieurs fois de vous avi­ser des ma­noeuvres abu­sives et har­ce­lantes de cette com­pa­gnie, vous avez igno­ré ou re­fu­sé d’in­ter­ve­nir, créant ain­si une si­tua­tion de stress en­core plus grande », ren­ché­rit Me Ga­gnon.

On y ajoute aus­si que Cé­line La­voie, la fille de Mme Des­ga­gné, a aus­si su­bi des pertes im­por­tantes en rai­son de nom­breux dé­pla­ce­ments afin d’ai­der ses pa­rents et pour sub­ve­nir à leurs be­soins.

« La pré­sente est une ré­cla­ma­tion que nous chif­frons ac­tuel­le­ment à près de 100 000 $, somme à par­faire dans les pro­chaines se­maines, vous se­ra ré­cla­mée et une pro­cé­dure dé­taillée se­ra dé­po­sée sous peu », dit-on.

DÉ­JÀ LI­BÉ­RÉ

Concer­nant Jo­na­than Ber­ge­ron, il a été con­dam­né en jan­vier 2017 à 22 mois de dé­ten­tion ferme. Il a été re­mis en li­ber­té ré­cem­ment après avoir pas­sé sept mois en pri­son, soit le tiers de la sen­tence.

Quant à sa conjointe, Syl­vie Pe­tit­pas, elle a éco­pé de 17 mois de dé­ten­tion en juillet der­nier.

« Nous avons été avi­sés que le frau­deur avait été re­mis en li­ber­té il y a quelques se­maines. Nous sommes dé­çus de la si­tua­tion. Ce n’est vrai­ment pas drôle », a in­di­qué Mme La­voie.

QUO­TI­DIEN — AR­CHIVES LE

Après avoir pas­sé sept de ses 22 mois de dé­ten­tion en pri­son, Jo­na­than Ber­ge­ron a re­pris sa li­ber­té.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.