Avec sa cas­quette de La Meute sur sa carte d’as­su­rance ma­la­die ?

Le Quotidien - - PETITES ANNONCES - ÉLI­SA­BETH FLEU­RY efleu­ry@le­so­leil.com CA­NA­DA PRO­VINCE DE QUÉ­BEC COM­TÉ DE DUBUC MU­NI­CI­PA­LI­TÉ DE SAINT-DA­VID-DE-FA­LAR­DEAU

Un ad­mi­nis­tra­teur de La Meute, Sté­phane Roch, s’est van­té mer­cre­di sur Fa­ce­book d’avoir réus­si à gar­der sa cas­quette à l’ef­fi­gie du groupe iden­ti­taire pen­dant la prise de pho­to préa­lable au re­nou­vel­le­ment de sa carte d’as­su­rance ma­la­die. La pho­to pour­rait tou­te­fois de­voir être re­prise, se­lon la Ré­gie de l’as­su­rance ma­la­die du Qué­bec (RAMQ). Dans son sta­tut, Sté­phane Roch an­nonce que « la cas­quette de La Meute de­vient un sym­bole re­li­gieux au Qué­bec au même titre que le hi­jab [la] kip­pa et le tur­ban ».

Il ra­conte s’être pré­sen­té au 425 rue de Mai­son­neuve, à Mon­tréal, pour re­nou­ve­ler sa carte d’as­su­rance-ma­la­die, « ar­bo­rant fiè­re­ment ma cas­quette de la Meute et por­tant che­mise manche courte [sic] lais­sant en­tre­voir mon tat­too de la Meute et mon tat­too en Arabe [sic] ins­crit ‘‘In­fi­del, Mé­créant’’ ».

La salle, pré­cise-t-il, était bon­dée de « gens de toute [sic] les na­tio­na­li­tés ». « J’ai fait une ana­lyse du sys­tème ad­mi­nis­tra­tif de la [RAMQ] et j’y ai dé­cou­vert que la laï­ci­té de l’état [sic], notre gou­ver­ne­ment se torche avec », plu­sieurs em­ployés por­tant des sym­boles re­li­gieux comme le hi­jab, sou­ligne-t-il.

À son ar­ri­vée au comp­toir pour faire prendre sa pho­to, le mi­li­tant iden­ti­taire au­rait avi­sé le jeune em­ployé qu’il dé­si­rait gar­der sa cas­quette de la Meute, ce qui lui au­rait été re­fu­sé. « Le com­mis a eu nul autre choix que d’ap­pe­ler son su­per­vi­seur. J’ai ex­pli­qué que le rè­gle­ment était à vi­sage dé­cou­vert et que les couvres-chef [sic] re­li­gieux étaient ac­cep­tés, tout en lui di­sant que notre conver­sa­tion était en­re­gis­trée », écrit Roch, af­fir­mant avoir créé un ma­laise et en­gen­dré un « code rouge », en ré­fé­rence à un agent de sé­cu­ri­té « dé­ployé à 6 hrs à quelques pas de moi ».

Le su­per­vi­seur se­rait al­lé ren­con­trer son di­rec­teur, pour en­suite in­for­mer Sté­phane Roch qu’il pou­vait gar­der sa cas­quette. À la ques­tion de sa­voir si la pho­to al­lait être va­lide, le su­per­vi­seur au­rait ré­pon­du par l’af­fir­ma­tive, se­lon le mi­li­tant de la Meute.

LES EX­CEP­TIONS À LA RAMQ

À la RAMQ, on pré­cise que se­lon le Rè­gle­ment sur l’ad­mis­si­bi­li­té et l’ins­crip­tion des per­sonnes au­près de la Ré­gie, « le port d’un cha­peau ou de tout autre couvre-chef est re­fu­sé, à moins que ce­lui-ci ne soit por­té tous les jours pour des rai­sons re­li­gieuses ou mé­di­cales ».

« Même dans ces cas d’ex­cep­tion, le vi­sage au com­plet doit être bien vi­sible et le couvre-chef ne doit pas créer d’om­brage sur le vi­sage. Les pe­tits ac­ces­soires dé­co­ra­tifs sur la tête [bar­rette, élas­tique, pince, cer­ceau, etc.] sont ac­cep­tés s’ils ne créent pas d’ombre ni de re­flet sur le vi­sage et qu’ils n’al­tèrent pas la forme du vi­sage » dé­taille par cour­riel la porte-pa­role Ca­ro­line Du­pont.

Ce­pen­dant, ajoute Mme Du­pont, « lors­qu’une per­sonne in­siste pour por­ter un cha­peau ou une cas­quette, nous pre­nons quand même la pho­to et nous l’in­for­mons que les mo­tifs in­vo­qués se­ront ana­ly­sés et qu’elle au­ra à four­nir une pho­to conforme ou à se pré­sen­ter à nou­veau pour re­prendre une pho­to si les mo­tifs sont re­fu­sés ».

« Tant que la pho­to ne se­ra pas conforme au Rè­gle­ment, au­cune carte d’as­su­rance ma­la­die ne se­ra émise », conclut-elle.

« Nous pen­sons que le port de la cas­quette de La Meute se­ra re­fu­sé après ré­vi­sion. Nous exi­ge­rons des ex­pli­ca­tions écrites. Il est pro­bable que la ré­ponse se­ra que la cas­quette n’est pas consi­dé­rée comme un signe re­li­gieux. Ce­la ou­vri­rait un dé­bat sur les droits fon­da­men­taux puisque la loi C12 est on ne peut plus clair [sic], nul ne peut être dis­cri­mi­ner [sic] en rai­son de ses croyances re­li­gieuses ou de ses con­vic­tions po­li­tiques. Si la cas­quette de La Meute n’est pas un signe re­li­gieux, elle est clai­re­ment un signe os­ten­ta­toire sur les opi­nions po­li­tiques de la per­sonne qui la porte », fait va­loir La Meute dans un com­mu­ni­qué dif­fu­sé jeu­di après-mi­di.

Le grou­pus­cule pré­cise qu’il n’hé­si­te­ra pas à de­man­der au Tri­bu­nal des droits de la per­sonne de tran­cher la ques­tion.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.