As­té­rix et Obé­lix

Le Quotidien - - CHRONIQUE - GIL­BERT LA­VOIE CHRO­NIQUE gla­voie@le­so­leil.com

Le Par­ti li­bé­ral du Ca­na­da de­mande à ses dé­pu­tés de pro­fi­ter de la re­lâche par­le­men­taire, cette se­maine, pour faire va­loir leurs bons coups au­près de l’élec­to­rat. Quelle bonne idée ! Et quelle belle oc­ca­sion de rap­pe­ler à ces élus les nom­breux re­tards de leur gou­ver­ne­ment dans des dos­siers émi­nem­ment ur­gents.

En écri­vant ces lignes, j’ai sous les yeux la pho­to d’un Jus­tin Tru­deau tout sou­rire, ac­cueilli comme un rock star par un groupe de dan­seuses dans la pro­vince de Pam­pan­ga aux Phi­lip­pines. Je l’aime bien, M. Tru­deau. Mais je com­mence à en avoir marre de le voir plus sou­vent dans son rôle de ve­dette que dans ce­lui de chef de gou­ver­ne­ment.

Je ne vous par­le­rai pas au­jourd’hui des pa­ra­dis fis­caux et de l’in­ca­pa­ci­té du fé­dé­ral de taxer les Net­flix et les Google de ce monde, c’est car­ré­ment scan­da­leux. C’est un su­jet beau­coup plus terre à terre qui m’anime : com­ment jus­ti­fier plus long­temps l’énorme dis­pro­por­tion entre les contrats ac­cor­dés aux chan­tiers na­vals de Van­cou­ver, Ha­li­fax et Lé­vis ?

Si vous avez écou­té l’ex­cellent re­por­tage de l’émis­sion Dé­cou­verte, ce di­manche, sur la construc­tion du na­vire de ra­vi­taille­ment As­te­rix par Chan­tier Da­vie, vous avez sans doute la même ques­tion. Cette conver­sion d’un porte-conte­neurs en na­vire de ra­vi­taille­ment ul­tra mo­derne et so­phis­ti­qué est une vé­ri­table prouesse. Pen­dant que les chan­tiers na­vals de Van­cou­ver et d’Ha­li­fax traînent des re­tards et af­fichent des dé­pas­se­ments de coûts im­por­tants dans l’exé­cu­tion des mil­liards de dol­lars de contrats ob­te­nus du gou­ver­ne­ment Har­per de­puis 2011, Chan­tier Da­vie a res­pec­té le bud­get et les échéances.

C’est vrai que le chan­tier de­vait faire ses preuves après au­tant d’an­nées de dé­fi­cits et de dif­fi­cul­tés à rem­plir ses contrats. Et c’est vrai que ces dif­fi­cul­tés ont écar­té sa can­di­da­ture des plan­tu­reux contrats fé­dé­raux en 2011. Mais après le ra­vi­tailleur As­té­rix, le Qué­bec est en droit de s’at­tendre à une meilleure part des contrats à ve­nir de la part du gou­ver­ne­ment.

Le Par­ti li­bé­ral de­mande à ses dé­pu­tés de van­ter leurs mé­rites ? C’est de bonne guerre. Mais on ai­me­rait les en­tendre éga­le­ment sur leurs ef­forts tou­chant l’échéan­cier et la ré­par­ti­tion des contrats à ve­nir entre les dif­fé­rents chan­tiers na­vals du pays. Tout le monde sait que la ma­rine au­ra be­soin d’un autre na­vire ra­vi­tailleur comme As­té­rix. On l’a dé­jà bap­ti­sé Obé­lix. On sait aus­si qu’un rap­port (Emer­son) com­man­dé par le gou­ver­ne­ment fé­dé­ral a sta­tué que « les na­vires de la Garde cô­tière, dont les bri­se­glaces nor­diques, sont en ser­vice de­puis 34 ans en moyenne » et ne sa­tis­font plus aux be­soins du trans­port ma­ri­time.

Bref, il y au­ra plein de be­soins à com­bler en ce do­maine au cours des pro­chaines an­nées, mais le gou­ver­ne­ment traîne la patte dans son pro­ces­sus dé­ci­sion­nel. Que font nos dé­pu­tés et mi­nistres li­bé­raux du Qué­bec dans ce dos­sier ? Mes ap­pels sur le su­jet n’ont pas don­né de grands ré­sul­tats. Les li­bé­raux fe­raient bien de s’ac­ti­ver, car l’op­po­si­tion conser­va­trice à Ot­ta­wa et le gou­ver­ne­ment du Qué­bec s’im­pa­tientent. Je ne suis pas ému par les pres­sions de l’op­po­si­tion. Mais quand on me dit que 800 tra­vailleurs de la Da­vie se­ront mis à pied sous peu à cause de l’in­ca­pa­ci­té du gou­ver­ne­ment fé­dé­ral à « se bran­cher », ça vient me cher­cher. Parce que des re­tards, c’est contre-pro­duc­tif et ça me­nace tou­jours l’ex­per­tise ac­quise.

Quant à M. Tru­deau, on ne lui de­mande pas d’avoir l’air bête à l’étran­ger. Mais puis­qu’il est éga­le­ment un dé­pu­té, il pour­rait être un peu plus dis­po­nible de re­tour au pays. Parce qu’au­tant vous le dire, il est qua­si im­pos­sible d’ob­te­nir une en­tre­vue avec notre pre­mier mi­nistre.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.