La SAQ tire tou­jours de la patte

Le Quotidien - - ACTUALITÉS - JEAN-MI­CHEL GENOIS GA­GNON jm­ga­gnon@le­so­leil.com

Alors que l’écart de prix sur les bou­teilles de vin s’est res­ser­ré entre la So­cié­té des al­cools du Qué­bec (SAQ) et la Ré­gie des al­cools de l’On­ta­rio (LCBO), l’offre de pro­duits à moins de 14,99$ est tou­jours su­pé­rieure chez nos voi­sins on­ta­riens. Par ailleurs, la SAQ n’en­vi­sage plus «pour l’ins­tant» la pos­si­bi­li­té d’une qua­trième baisse de prix. Se­lon des don­nées ti­rées lun­di des sites des so­cié­tés d’État, on re­trouve 1389 pro­duits vi­ni­coles — de for­mat de 750 ml — af­fi­chant un prix in­fé­rieur à 14,99 $ en On­ta­rio. Au Qué­bec, on dé­nombre sur les ta­blettes de la SAQ 787 bou­teilles de vin d’une même va­leur, soit une dif­fé­rence de 602 pro­duits.

« C’est très sur­pre­nant et dom­mage pour le consom­ma­teur », in­dique au So­leil l’édi­teur du ma­ga­zine Web vin­que­bec.com, Marc-An­dré Ga­gnon, rap­pe­lant qu’au mois d’août 2014, la SAQ n’avait que 493 pro­duits (de for­mat de 750 ml) à un prix in­fé­rieur à 15 $ sur ses ta­blettes. « Au­jourd’hui, il y a une amé­lio­ra­tion, mais je crois que la so­cié­té d’État de­vrait tra­vailler da­van­tage sur son offre. Par le pas­sé, lors­qu’il y a eu une di­mi­nu­tion de l’offre, les ventes en vo­lume ont bais­sé. De­puis quelques mois, la SAQ a aug­men­té son offre de vin à bas prix et les ventes en vo­lume ont re­com­men­cé à aug­men­ter. Tou­te­fois, il y a en­core beau­coup de tra­vail à faire », pour­suit-il.

En ef­fet, pour son deuxième tri­mestre de 2017, la SAQ a réa­li­sé des ventes de 752,2 mil­lions $, une aug­men­ta­tion de 12,9 mil­lions $ (1,7 %). Et les ventes en vo­lume ont bon­di de 7,3 % (2,8 mil­lions de litres) dans les suc­cur­sales et centres spé­cia­li­sés pour at­teindre 40,9 mil­lions de litres. Le bé­né­fice net de la so­cié­té d’État a tou­te­fois chu­té de 4,5 %. Il s’est éle­vé à 266,2 mil­lions $.

La di­rec­tion s’est dé­fen­due en pré­ci­sant que cette va­ria­tion dans sa per­for­mance est at­tri­buable aux trois ré­duc­tions — d’une va­leur de 1,40 $ — de prix oc­troyées à sa clien­tèle de­puis no­vembre der­nier sur 1600 pro­duits. L’ob­jec­tif der­rière cette stra­té­gie d’af­faires était d’abais­ser les prix au même ni­veau que ceux de l’On­ta­rio en l’es­pace de trois ans. Au­jourd’hui, la pos­si­bi­li­té d’une qua­trième baisse de prix ne fi­gure plus dans les plans.

« La SAQ ne pré­voit pas de qua­trième baisse de prix pour l’ins­tant. Elle conti­nue tou­te­fois de né­go­cier avec ses four­nis­seurs pour of­frir tou­jours le meilleur prix et en faire bé­né­fi­cier ses clients », af­firme la di­rec­trice des af­faires pu­bliques, Éliane Ha­mel. En mars der­nier, le pré­sident Alain Bru­net avait pour­tant avan­cé que les consom­ma­teurs pou­vaient s’at­tendre à d’autres di­mi­nu­tions.

UN PLUS POUR LES CONSOM­MA­TEURS

Se­lon M. Ga­gnon, la so­cié­té d’État ga­gne­rait en­core à amé­lio­rer son offre de vin à « pe­tits prix », entre autres pour char­mer les jeunes consom­ma­teurs, alors que le mar­ché des bières de mi­cro­bras­se­rie est en pleine ef­fer­ves­cence. Il tient tou­te­fois à pré­ci­ser que les ama­teurs de vins du Qué­bec et de l’On­ta­rio n’ont pas les mêmes ha­bi­tudes de consom­ma­tion.

« Les On­ta­riens achètent moins de vin à 18 $. Ils exigent des vins moins dis­pen­dieux. [...] Au Qué­bec, nous avons peut-être été un peu plus sen­sibles aux cam­pagnes de la SAQ sou­li­gnant que la qua­li­té, ce­la se payait. Les Qué­bé­cois la­tins et épi­cu­riens sont peut-être prêts à payer plus cher et à dé­pen­ser plus pour le vin », sou­ligne-t-il, ajou­tant que les prix de cer­tains pro­duits ont aug­men­té, au cours des der­nières se­maines, « entre 5 ¢ et 1,75 $ ».

Lun­di, la SAQ dé­te­nait un in­ven­taire de 8748 pro­duits vi­ni­coles de dif­fé­rents for­mats et il était de 7478 du cô­té de la LCBO.

La so­cié­té d’État du Qué­bec as­sure que l’offre de vins sous la barre des 15 $ « ré­pond ac­tuel­le­ment à la de­mande ».

« L’ob­jec­tif de la SAQ est de main­te­nir l’équi­libre entre l’offre et la de­mande de ses clients. Ain­si, si la de­mande des clients aug­mente ou di­mi­nue, la SAQ ajus­te­ra son offre en consé­quence », note Mme Ha­mel. « À no­ter, la SAQ oc­cupe la pre­mière place au clas­se­ment ‘prix de dé­tail’ par­mi les Li­quor Board ca­na­diens [2017] — pre­mier rang glo­bal et pre­mier rang sur les vins », pour­suit-elle.

Se­lon des don­nées com­pi­lées par vin­que­bec.com, on re­trou­vait le 8 no­vembre 2016, soit la veille de la pre­mière baisse de prix, 574 pro­duits vi­ni­coles (de for­mat de 750 ml) à moins de 14,99 $ à la SAQ.

LE SO­LEIL — PHO­TO­THÈQUE

Se­lon des don­nées ti­rées lun­di des sites des so­cié­tés d’État de l’On­ta­rio et du Qué­bec, la SAQ offre beau­coup moins de vins à pe­tit prix qu’en On­ta­rio.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.