CLAUDE ÉVDILITLOENREIAULVISETE

Le Quotidien - - CHRONIQUE -

La di­plo­ma­tie in­ter­na­tio­nale se pré­pare ac­ti­ve­ment pour la 23e confé­rence des par­ties (CdP 23) de la Conven­tion– cadre des Na­tions Unies sur les chan­ge­ments cli­ma­tiques qui a lieu pré­sen­te­ment à Bonn en Al­le­magne. Bien qu’on ne pré­voie pas y né­go­cier de nou­vel ac­cord mar­quant, cette réunion an­nuelle re­vêt se­lon plu­sieurs ob­ser­va­teurs une va­leur d’in­di­ca­teur de la pos­si­bi­li­té de réus­sir à mettre en oeuvre un pro­gramme cré­dible de lutte mon­diale contre les chan­ge­ments cli­ma­tiques.

L’in­quié­tude était pa­tente dans les tra­vaux pré­pa­ra­toires. Il s’agit en ef­fet de la pre­mière confé­rence de l’ère Trump. Le pré­sident amé­ri­cain, élu en no­vembre der­nier ayant an­non­cé en juin 2017 que les États-Unis se re­ti­raient de l’Ac­cord de Pa­ris, le ré­sul­tat des né­go­cia­tions de cette nou­velle confé­rence se­ra un test pour le reste des pays si­gna­taires. L’en­jeu est ma­jeur, car si les États-Unis réus­sissent à faire dé­ra­per le pro­ces­sus, les chances de par­ve­nir à un ré­sul­tat concret dans un ave­nir pré­vi­sible se­ront ame­nui­sées d’au­tant.

Rap­pe­lons que l’Ac­cord de Pa­ris, adop­té en dé­cembre 2015 est en­tré en vi­gueur en no­vembre der­nier, après que 195 pays l’aient ra­ti­fié. La CdP 23 a pour ob­jec­tif d’adop­ter une pre­mière sé­rie de me­sures fa­ciles pour contri­buer à li­mi­ter l’aug­men­ta­tion de la tem­pé­ra­ture moyenne pla­né­taire à moins de 2 de­grés, de pré­fé­rence à 1,5 de­gré, ce qui est consi­dé­ré par plu­sieurs comme im­pos­sible. Pour par­ve­nir à ce ré­sul­tat, toutes les grandes éco­no­mies de la pla­nète doivent très ra­pi­de­ment ré­duire et éli­mi­ner avant 2050 l’en­semble des sources d’émis­sions de gaz à ef­fet de serre dans le do­maine de l’éner­gie, des trans­ports, de l’agri­cul­ture et de la pro­duc­tion de ma­té­riaux de construc­tion comme le ci­ment, sans oublier d’ar­rê­ter la dé­fo­res­ta­tion. Pas fa­cile… sur­tout que l’Ac­cord de Pa­ris est ba­sé sur des en­ga­ge­ments vo­lon­taires qui sont ac­tuel­le­ment loin de per­mettre d’at­teindre la cible.

Dans les réunions pré­pa­ra­toires, l’une à Post­dam sur les im­pacts des chan­ge­ments cli­ma­tiques et l’autre à Ber­lin sur la géo-in­gé­nie­rie, les scien­ti­fiques ont ten­té de faire le point res­pec­ti­ve­ment sur les risques et sur des pistes de so­lu­tion en­core hy­po­thé­tiques. Leurs mes­sages se­ront sans doute ré­per­cu­tés à Bonn. En re­vanche, c’est l’en­jeu po­li­tique qui fe­ra la dif­fé­rence. Lors du re­trait des États-Unis, les autres di­ri­geants des grandes éco­no­mies ont ré­ité­ré leur vo­lon­té de pour­suivre dans l’Ac­cord de Pa­ris, mais ce­la peut être fra­gile. En ef­fet, se­lon ce qui se di­ra dans les cou­lisses, se­lon les échanges in­for­mels et les ater­moie­ments des uns et des autres, la confé­rence de Bonn se­ra un suc­cès si les choses ne dé­rapent pas. C’est ce qu’on peut es­pé­rer de mieux. Si les uns et les autres tentent de ti­rer leur épingle du jeu en cher­chant à di­luer leurs pro­messes ou à re­tar­der les échéan­ciers, ce­la an­non­ce­ra une nou­velle pé­riode de ter­gi­ver­sa­tions qui re­tar­de­ra d’au­tant la pos­si­bi­li­té d’at­té­nuer les ef­fets dé­jà bien me­su­rables des chan­ge­ments cli­ma­tiques. En re­vanche, si les grandes éco­no­mies que sont l’Eu­rope, la Chine, l’Inde, la Rus­sie, l’Aus­tra­lie, le Bré­sil et le Ca­na­da font un front com­mun contre les États-Unis, un cer­tain es­poir est per­mis.

Mal­gré ce­la, les marges de ma­noeuvre pour sta­bi­li­ser le cli­mat en des­sous de 2 de­grés s’ame­nuisent chaque an­née. En 2025 il se­ra bien trop tard pour réus­sir, peu im­porte les ef­forts qui se­ront consen­tis. C’est là que les té­nors de la géo-in­gé­nie­rie se font en­tendre. Ils pro­posent des so­lu­tions en­core hy­po­thé­tiques qui pour­raient contri­buer à li­mi­ter la pé­né­tra­tion du rayon­ne­ment so­laire dans l’at­mo­sphère. Ces so­lu­tions n’ont ja­mais été ex­pé­ri­men­tées et leurs ef­fets se­con­daires sont in­con­nus, mais elles consti­tuent un faux­fuyant po­li­tique bien pra­tique. La COP 23 se­ra très in­té­res­sante à suivre, car l’ave­nir de nos pe­tits en­fants en dé­pend !

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.