Les fai­seurs de té­lé crue

Le Quotidien - - ÉDITORIAL -

On dit que la té­lé gé­né­ra­liste se fait de plus en plus au­da­cieuse. À mon avis, non. De plus en plus ra­co­leuse, ça oui ! Com­pé­ti­tion oblige. Dans les an­nées 80-90, Ra­dio Qué­bec, au­jourd’hui Té­lé Qué­bec, a pré­sen­té, les ven­dre­dis soirs, au moins une cin­quan­taine de té­lé­dra­ma­tiques écrites au­da­cieu­se­ment par une pré­cur­seure, Ja­nette Ber­trand, pour faire vo­ler en éclats nombre de ta­bous, entre autres, hé­ri­tés de l’Église ca­tho­lique. Si les ré­seaux so­ciaux avaient exis­té à cette époque, sûr qu’ils se se­raient en­flam­més à plu­sieurs re­prises ; comme ce fut le cas suite à la pré­sen­ta­tion d’un viol col­lec­tif su­bi par Fan­ny la « Fu­gueuse » presque dans le co­ma.

Ma­dame Ber­trand a tou­ché à peu près à toutes les réa­li­tés so­ciales grises de l’époque, tou­jours bien pré­sentes au­jourd’hui. Je me rap­pelle cette ma­gis­trale in­ter­pré­ta­tion d’une femme al­coo­lique par la puis­sante Mo­nique Miller et de son re­jaillis­se­ment sur le reste de la fa­mille. Je me sou­viens, toutes les fois que je re­vois Syl­vie Léo­nard à la té­lé, de son rôle pré­gnant de réa­lisme d’une femme do­mi­née et bat­tue par un ma­ri ja­loux et cruel joué par Ghis­lain Trem­blay. Puis cet épi­sode au­da­cieux, « Le pe­tit Cha­pe­ron Rouge », his­toire d’un viol col­lec­tif su­bi par une Pas­cale plei­ne­ment consciente de son sup­plice.

Ce­la m’étonne que Ma­non Du­mais, jour­na­liste au De­voir, dis­cu­tant de té­lé gé­né­ra­liste crue avec des spé­cia­listes tels Pierre Bar­rette, Isa­belle Pel­le­tier, Sté­fa­ny Bois­vert et Da­niel Thi­bault, n’ait pas cru bon de ci­ter l’oeuvre de Ja­nette Ber­trand dans le dé­bat. Mar­cel La­pointe Jon­quière

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.