LE RÊVE BRI­SÉ

Le Baie­ri­ve­rain Bap­tiste Brochu se brise le ti­bia à l’en­traî­ne­ment et rate sa seule épreuve olym­pique

Le Quotidien - - LA UNE - CARL TAR­DIF ctar­dif@le­so­leil.com

BOKWANG — Il s’agis­sait pro­ba­ble­ment de la plus belle jour­née de­puis le début des Jeux olym­piques. So­leil de plomb, ciel d’un bleu écla­tant. Mais pour Bap­tiste Brochu, elle s’avé­rait l’une des plus sombres de sa car­rière. Vic­time d’une frac­ture au ti­bia de la jambe gauche, l’ath­lète de La Baie a été for­cé de dé­lais­ser sa planche pour des bé­quilles, ra­tant ain­si sa seule épreuve olym­pique. L’émo­tion était pal­pable dans le clan sa­gue­néen. Quelques heures plus tôt, son père avait dé­voi­lé sur sa page Fa­ce­book que le rêve olym­pique de son fils ve­nait de s’en­vo­ler.

Tout s’est pas­sé à sa deuxième des­cente d’en­traî­ne­ment, mer­cre­di. Ins­pi­ré par celle de la veille, où il avait réus­si le temps « non of­fi­ciel » le plus ra­pide, Brochu était rem­pli de confiance. Puis, bang !

« Je suis al­lé trop loin sur un saut et j’ai at­ter­ri à plat. J’avais juste un peu de sur­vi­tesse, ç’a été fa­tal, fi­na­le­ment. Je suis tom­bé sur le dos, j’ai en­le­vé mes fixa­tions, mar­ché le long du par­cours. Avec l’adré­na­line, ça ne fai­sait pas trop mal, mais lors­qu’elle a ar­rê­té [de cou­ler], la dou­leur était as­sez ex­trême », ra­con­tait le plan­chiste de 23 ans, ren­con­tré en point de presse au bas de la piste du parc à neige Phoe­nix de Bokwang avant l’épreuve de snow­board­cross.

Jus­qu’à son ré­veil jeu­di (heure de Co­rée du Sud), il gar­dait l’es­poir de pou­voir y prendre part, même s’il connais­sait dé­jà le diag­nos­tic ré­vé­lé par des ra­dio­gra­phies et une ima­ge­rie par ré­so­nance ma­gné­tique.

« Sur le coup, je l’ai sen­ti, mais je pen­sais que c’était le pé­ro­né. Fi­na­le­ment, je me suis fis­su­ré le ti­bia à deux en­droits. J’avais de l’es­poir jus­qu’à ce ma­tin [mer­cre­di soir, au Qué­bec], mais j’ai re­vu les mé­de­cins qui m’ont dit que ça n’avait pas de bon sens de cou­rir. En plus, pour ma sé­cu­ri­té et ma santé, c’était mieux que je ne cours pas parce qu’avec les im­pacts qu’il y a dans le par­cours, ça peut fi­nir en opération. »

BEAU­COUP D’ÉMO­TIONS

Verres fu­més au vi­sage, Brochu sem­blait en paix, même si la dou­leur est à la fois phy­sique et in­té­rieure.

« C’est beau­coup d’émo­tions. Je suis un peu plus se­rein là, mais hier, je ne l’étais pas du tout. J’ai pas­sé l’une des pires jour­nées de ma vie, mais l’ave­nir peut me ré­ser­ver de meilleures choses que ça », es­pé­rait ce­lui qui au­ra be­soin de huit se­maines pour se re­mettre de sa bles­sure.

Sa sai­son est ter­mi­née. Il por­te­ra une at­telle de com­pres­sion afin d’évi­ter que l’os ne se dé­place, ce qui se­rait dra­ma­tique dans son cas s’il bou­geait.

Après une nuit blanche, ou presque, la dou­leur à son ge­nou et son ti­bia était trop forte pour se lan­cer dans la pente. « Hier, je m’at­ten­dais au pire, mais on a at­ten­du pour me don­ner plus es­poir qu’autre chose. Je ne pou­vais pas faire les mou­ve­ments pour avoir le feu vert. »

À ses cô­tés, sa mère Valérie Ville­neuve était émue. Et pour cause, puis­qu’elle voyait son fils en com­pé­ti­tion in­ter­na­tio­nale pour la pre­mière fois. Son père, son frère et sa co­pine sont aus­si du voyage.

« On ne pen­sait pas pas­ser une jour­née comme ça, c’est dur. C’est la pre­mière fois que je le voyais, ce n’est que par­tie re­mise. Il est en­core jeune, il a un phy­sique as­sez so­lide et je ne suis pas in­quiète qu’il va pour­suivre sa belle car­rière. Bap­tiste, il re­tombe vite sur ses pieds. Il a un bon ca­rac­tère, c’est pour ça qu’il est là, d’ailleurs », di­sait-elle, la voix san­glo­tante.

— PHO­TO COL­LA­BO­RA­TION SPÉ­CIALE PA­TRICE LA­POINTE/FOTOSPORTS.CA

Au len­de­main de son ac­ci­dent, Bap­tiste Brochu se di­sait un peu plus se­rein, même si la dou­leur est à la fois phy­sique qu’in­té­rieure. L’ath­lète de La Baie au­ra be­soin de huit se­maines pour se re­mettre de sa bles­sure.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.