La contro­verse pour­rait pro­fi­ter aux Ca­na­diens

Le Quotidien - - SPORTS - SI­MON DROUIN La Presse

GAN­GNEUNG - La contro­verse en­tou­rant la mé­daille de bronze de Kim Bou­tin pour­rait tour­ner à l’avan­tage des pa­ti­neurs ca­na­diens, se­lon l’an­cien di­rec­teur haute per­for­mance du courte piste à Pa­ti­nage de vi­tesse Ca­na­da. Yves Ha­me­lin est à Pyeong­Chang pour deux rai­sons. D’abord à titre de père de Charles et Fran­çois Ha­me­lin, membres de l’équipe ca­na­dienne de courte piste. En­suite comme di­rec­teur de l’ovale olym­pique de Cal­ga­ry, dont les em­ployés sont res­pon­sables de la concep­tion et de l’en­tre­tien de la glace à l’ovale de Gan­gneung.

Il agit aus­si à titre de guide pour la fa­mille de Ma­rianne St-Ge­lais, la blonde de son fils Charles. Il as­siste donc ré­gu­liè­re­ment aux en­traî­ne­ments de l’équipe fé­mi­nine à l’Uni­ver­si­té Gan­gneung Yeong­dong. Sans jouer les belles-mères, ce­lui qui a été di­rec­teur haute per­for­mance de 2006 à 2014 offre ses conseils en cas de be­soin.

Aujourd’hui, celle qui lui a suc­cé­dé, Jen­ni­fer Cot­tin, et l’at­ta­ché de presse Patrick God­bout se sont en­quis de son opi­nion à la suite de la tem­pête au centre de la­quelle Bou­tin s’est re­trou­vée. Ce qu’il a en­ten­du l’a ras­su­ré.

« Ils ont l’air d’avoir bien gé­ré la si­tua­tion, a ju­gé Ha­me­lin. Toute l’équipe, les ath­lètes, le staff, sont vraiment au coude à coude. Ils s’as­surent que rien ne va ren­trer dans leur bulle. La crainte en ce mo­ment, c’est de voir comment la foule va ré­agir lors du pro­chain jour de course [ven­dre­di]. »

Pen­dant la jour­née, les images de l’in­ci­dent im­pli­quant Bou­tin et sa ri­vale sud-co­réenne Choi Min­jeong ont tour­né en boucle à la té­lé­vi­sion co­réenne.

« Je pense que Kim va être cor­recte. L’équipe est au­tour d’elle et elle se sent ap­puyée. Elle sait qu’elle n’a rien à se re­pro­cher. La dé­ci­sion a été prise par l’ar­bitre », as­sure Yves Ha­me­lin, qui est aus­si un an­cien di­rec­teur haute per­for­mance du courte piste à Pa­ti­nage de vi­tesse Ca­na­da.

Une ré­ac­tion hos­tile du pu­blic pour­rait même ser­vir les in­té­rêts de l’équipe ca­na­dienne, se­lon l’ex-di­rec­teur.

« Je leur ai dit de tour­ner ça un peu à leur avan­tage, a-t-il ex­pli­qué. Si les Co­réens ré­agissent mal, ça va avoir un plus grand im­pact sur leurs pa­ti­neurs que sur les Ca­na­diens. Même s’ils sont au centre de la contro­verse, les Ca­na­diens n’ont rien à voir là­de­dans. Si la foule em­barque de la mau­vaise fa­çon, les Ca­na­diens peuvent l’uti­li­ser. Si quel­qu’un est dis­trait par ça, ça va être les Co­réens. Aux Ca­na­diens de ti­rer avan­tage de ça et de res­ter concen­trés. »

13 000 MES­SAGES

À l’époque où il était di­rec­teur haute per­for­mance, Ha­me­lin a été té­moin du fa­na­tisme des Sud­Co­réens pour le pa­ti­nage de vi­tesse courte piste.

« Kim a re­çu 13 000 mes­sages sur son compte, c’est dé­men­tiel, a sou­li­gné Ha­me­lin. En Co­rée, quand ils em­barquent, ils em­barquent. C’est leur genre. Ils ré­agissent fort et ils ont une mé­moire vive de ce qui s’est pas­sé. »

La fa­çon dont Choi a ré­agi dans le feu de l’ac­tion ne l’a pas sur­pris. « Si je pre­nais le der­nier cycle olym­pique, je trou­ve­rais pro­ba­ble­ment 50 si­tua­tions où les Co­réens font ça. En sor­tie de vi­rage, quand c’est trop ser­ré, ils font juste s’ap­puyer sur [leurs ad­ver­saires] et les tassent un peu. Quand tu vois la re­prise, Kim fait juste se don­ner un peu d’es­pace. »

À ses yeux, ce sont les pa­ti­neurs sud-co­réens qui risquent de pâ­tir da­van­tage de la contro­verse. « Là, ils sont frus­trés. Quand tu es frus­tré, ça ne t’amène pas né­ces­sai­re­ment dans le meilleur contexte de per­for­mance. Si la foule em­barque là-de­dans, les ath­lètes vont le sa­voir. Ça in­fluence. »

Après avoir re­çu sa mé­daille de bronze aujourd’hui à l’es­pla­nade olym­pique de Pyeong­Chang, Bou­tin re­pren­dra la com­pé­ti­tion au 1500 m sa­me­di soir (heure lo­cale) au Pa­lais des glaces de Gan­gneung.

Toute l’équipe, les ath­lètes, le staff, sont vraiment au coude à coude. Ils s’as­surent que rien ne va ren­trer dans leur bulle. La crainte en ce mo­ment, c’est de voir comment la foule va ré­agir lors du pro­chain jour de course [ven­dre­di]. — Yves Ha­me­lin

— PHO­TO AFP, MAR­TIN BU­REAU

La pa­ti­neuse sher­broo­koise Kim Bou­tin sa­vou­rait plei­ne­ment la mé­daille de bronze ob­te­nue, mer­cre­di, à la suite de la troi­sième place en­le­vée à l’épreuve du 500m, et ce, mal­gré la contro­verse qu’a pro­vo­quée la dis­qua­li­fi­ca­tion de la pa­ti­neuse sud-co­réenne.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.