L’ova­tion d’An­gèle Du­beau à son pu­blic «

Le Quotidien - - ARTS ET SPECTACLES - MY­RIAM AR­SE­NAULT mar­se­nault@le­quo­ti­dien.com

An­gèle Du­beau, cé­lèbre vio­lo­niste et pion­nière de la mu­sique clas­sique qué­bé­coise, vient de dé­voi­ler Ova­tion, son 43e al­bum. Il s’agit du pre­mier en­re­gis­tré de­vant pu­blic, lors de son pas­sage au Pa­lais Mont­calm de Qué­bec, à l’oc­ca­sion de sa tour­née d’adieu. Le pe­tit der­nier contient ain­si les plus grands suc­cès de la mu­si­cienne. Celle qui a vi­si­té plus de 50 pays afin d’y pré­sen­ter son art vou­lait faire un ca­deau à son pu­blic, en pré­sen­tant un 43e al­bum, de­man­dé à maintes re­prises. En fai­sant sa tour­née d’adieu, An­gèle Du­beau a pris le temps d’écou­ter ses ad­mi­ra­teurs à la fin des spec­tacles, et beau­coup lui ont avoué sou­hai­ter avoir cette oeuvre ul­time en main.

Ova­tion est un al­bum char­gé d’émo­tions vives, qui re­crée l’am­biance des spec­tacles. Il a été en­re­gis­tré au Pa­lais Mont­calm, lors de sa tour­née Pour une der­nière fois. Elle était sur scène avec son groupe La Pie­tà, fon­dé en 1977. Cet en­semble à cordes avec pia­no est com­po­sé de mu­si­ciennes par­mi les meilleures au Ca­na­da. Ces femmes ont ac­com­pa­gné la vio­lo­niste pen­dant 21 ans.

Les quinze mor­ceaux ont été choi­sis puis­qu’ils ont été les plus mar­quants dans sa car­rière. « Ce sont les oeuvres qui ont mar­qué les 21 an­nées de La Pie­tà. Je les ai choi­sies parce qu’elles me rap­pe­laient des mo­ments de ma car­rière, ou en­core des ren­contres, ou des en­droits que j’avais vi­si­tés », a ex­pli­qué l’ar­tiste de 56 ans.

Par exemple, la mu­si­cienne a in­clus la chan­son Ro­ma­nian Rhap­so­dy No. 1 in A Ma­jor, Op. 11, parce que le mor­ceau lui rap­pelle Georges Enes­cu et ses trois ans d’études aux cô­tés de ce maître rou­main de la mu­sique clas­sique. C’est là, en Rou­ma­nie, qu’elle a ap­pris que les vio­lons vou­laient « par­ler, pleu­rer et dan­ser ».

D’autres lui font pen­ser à des mo­ments où elle a joué pour des per­sonnes in­fluentes, comme Nel­son Man­de­la, ou en­core la reine d’An­gle­terre. Cer­tains lui rap­pellent des salles, où lors­qu’elle est en­trée, elle ne pou­vait pas croire que cer­tains ar­tistes avaient fou­lé les mêmes planches qu’elle.

« J’ai eu le pri­vi­lège de par­ler avec Srul Ir­ving Glick, quelques jours avant sa mort, sans le sa­voir. Il me di­sait que quand je jouais les chan­sons de The Old To­ron­to Klez­mer Suite, comme The Rab­bi’s Wed­ding at the Pal­mers­ton Shul, qui est sur l’al­bum Ori­gine, il était un pa­pillon qui vo­lait au­tour de moi. Je ne peux donc pas m’em­pê­cher de pen­ser à lui quand je joue cette chan­son », a-t-elle ré­vé­lé.

CE N’EST QU’UN AU RE­VOIR

L’ar­tiste, ori­gi­naire de La­nau­dière, ne re­po­se­ra tou­te­fois pas son ins­tru­ment de si­tôt. « Je dis au re­voir à un mode de vie. Ce­la fait plus de 40 ans que je sillonne le Qué­bec, et le monde, pour pré­sen­ter ma mu­sique, près de sept mois par an­née », a lais­sé tom­ber Mme Du­beau.

Même si l’ar­tiste qua­li­fie ce mode de vie d’« ex­tra­or­di­naire », elle dé­sire pas­ser à autre chose. Elle gar­de­ra son vio­lon, parce que c’est sa pas­sion, mais ne fe­ra plus de tour­née comme elle le fai­sait au­pa­ra­vant. Elle conti­nue­ra de faire quelques concerts par an­née et cer­tains contrats. Elle pour­rait même conti­nuer à faire des al­bums.

Sa car­rière est loin d’être ter­mi­née et brille en­core de pleins feux. Di­manche der­nier, son 42e al­bum, Por­trait : Max Rich­ter, a été sa­cré al­bum de l’an­née en mu­sique clas­sique, en marge du ga­la de l’ADISQ. Ce n’était pas sa seule no­mi­na­tion, puisque son concert Pour une der­nière fois était en lice pour le titre du spec­tacle de l’an­née par un in­ter­prète, ra­vi par la troupe de De­main ma­tin, Mont­réal m’at­tend.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.