Le re­comp­tage ju­di­ciaire confirme la vic­toire de Jean-Fran­çois Rom­pré

Le Reflet du Lac - - ACTUALITÉS - PIERRE-OLI­VIER GI­RARD pierre-oli­vier.gi­rard@tc.tc

DÉ­MO­CRA­TIE. Le nou­veau re­pré­sen­tant du dis­trict #1 à la Ville de Ma­gog, JeanF­ran­çois Rom­pré, peut en­fin res­pi­rer. Sa vic­toire a été confir­mée, lun­di ma­tin, lors d’un re­comp­tage ju­di­ciaire au pa­lais de jus­tice de Sher­brooke.

Cette de­mande avait été adres­sée par la grande per­dante de l’élec­tion du 5 no­vembre der­nier, Geor­gianne Ga­gnon. La prin­ci­pale in­té­res­sée avait été dé­cla­rée ga­gnante par er­reur, le soir de l’élec­tion, puisque les ré­sul­tats ont été mal en­trés dans un lo­gi­ciel ser­vant à la dif­fu­sion. Si bien que Mme Ga­gnon s’est cou­chée comme nou­velle conseillère mu­ni­ci­pale dé­si­gnée, avant d’ap­prendre la mau­vaise nou­velle en pre­nant son ca­fé le len­de­main ma­tin.

Le re­comp­tage ju­di­ciaire s’est fait au pa­lais de jus­tice de Sher­brooke. Tous les bul­le­tins de vote du dis­trict ont été re­comp­tés, un à un, en pré­sence d’une juge, de la pré­si­dente d’élec­tion, Me Syl­viane La­vigne et des can­di­dats ou leurs re­pré­sen­tants.

Fi­na­le­ment, le ré­sul­tat est de­meu­ré presque in­chan­gé avec 516 voix pour M. Rom­pré. Quant à ses ad­ver­saires, ils ont cha­cun per­du un vote au pro­fit des bul­le­tins re­je­tés au terme de l’exer­cice. Si bien que Mme Ga­gnon et M. Ran­ger ont res­pec­ti­ve­ment ré­col­té 509 et 435 voix.

« Je suis vrai­ment content de pou­voir, en­fin, pas­ser à autre chose, se ré­jouit M. Rom­pré. Je tiens à dire que ce re­comp­tage a été fait dans le plus grand des res­pects entre moi et les deux autres can­di­dats. Le but était d’al­ler au fond des choses, dans la plus grande trans­pa­rence, et c’est ce qui a été fait. »

UN RE­COMP­TAGE SOUS ES­CORTE PO­LI­CIÈRE

Comme l’ex­plique Mme La­vigne, cette pro­cé­dure se fait sous haute sur­veillance, et ce, en plus d’être sou­mises à des règles strictes du Di­rec­teur gé­né­ral des élec­tions. Par exemple, la pré­si­dente d’élec­tions trans­porte les urnes conte­nant les bul­le­tins de vote à la Cour, sous es­corte po­li­cière. D’ailleurs, elle est la seule à avoir la clé de la voûte où sont en­tre­po­sées les urnes de­puis le soir du scru­tin. De plus, avant d’être en­tre­po­sée à cet en­droit, chaque urne a été trans­por­tée en pré­sence d’au moins deux per­sonnes, de ma­nière à ne ja­mais lais­ser ce ma­té­riel entre les mains d’un seul té­moin.

«Par­fois, les gens trouvent ces me­sures de pro­tec­tion un peu exa­gé­rées, mais c’est né­ces­saire, as­sure Me La­vigne. De cette fa­çon, on éli­mine toute pos­si­bi­li­té de doute vou­lant qu’il y ait eu une ma­ni­pu­la­tion des votes. S’il y a de­mande de re­comp­tage, il faut mon­trer patte blanche de­vant le juge », ajoute la res­pon­sable.

Dans sa car­rière, Syl­viane La­vigne a vé­cu un seul dé­pouille­ment ju­di­ciaire. Il faut re­mon­ter en 1998 et il s’agis­sait éga­le­ment d’une élec­tion pour un siège de conseiller mu­ni­ci­pal. Fi­na­le­ment, le ré­sul­tat fi­nal était de­meu­ré in­chan­gé. « Dans la ma­jo­ri­té du temps, le ré­sul­tat reste le même, mais on ne sait ja­mais. Per­sonne n’est à l’abri d’une er­reur même si notre per­son­nel d’élec­tions est très bien for­mé », conclut-elle.

Les frais en­cou­rus pour ce re­comp­tage ont été as­su­més par Geor­gianne Ga­gnon.

Jean-Fran­çois Rom­pré (à gauche) fait par­tie des trois nou­veaux ve­nus à sié­ger sur le conseil mu­ni­ci­pal de Ma­gog. Il est ici pho­to­gra­phié en com­pa­gnie de l’ani­ma­teur Ré­mi Per­ras lors de la soi­rée des élec­tions pré­sen­tée par Nous TV (TVCo­ge­co),

(Photo Le Re­flet du Lac – Pierre-Oli­vier Gi­rard)

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.