Francis Drouin dresse un pre­mier bi­lan

Le Reflet (The News) - - ACTUALITES • NEWS - ÉLISE MERLIN elise.merlin@eap.on.ca

Le dé­pu­té de Pres­cott et Rus­sell, Francis Drouin, a fê­té, le 19 oc­tobre der­nier, son pre­mier an­ni­ver­saire à titre de dé­pu­té. Le jeune homme, né en 1983, à Haw­kes­bu­ry, nous a ré­cem­ment ac­cor­dé une en­tre­vue au cours de la­quelle il a fait connaître sa vi­sion de l’ave­nir et a ses prio­ri­tés.

« Je vais lais­ser les gens ju­ger d’eux­mêmes en ce qui concerne le bi­lan. Pour moi, la pre­mière an­née a été une an­née d’ap­pren­tis­sage… connaître les dif­fé­rents ac­teurs au ni­veau lo­cal, les dif­fé­rents groupes com­mu­nau­taires, com­prendre et dé­tec­ter leurs be­soins. La pre­mière an­née, ça a été ma courbe d’ap­pren­tis­sage, de bien com­prendre et de connaître la po­pu­la­tion et leur né­ces­si­té », sou­ligne Francis Drouin.

fé­dé­ral énu­mér Un bi­lan po­si­tif et réa­liste, sans su­per­fi­cia­li­té

Francis Drouin est un pas­sion­né de politique de­puis son plus jeune âge qui ma­nie hu­mour et pro­fes­sion­na­lisme quand il le faut. « L’an­née pas­sée, le taux de chô­mage dans Pres­cott et Rus­sell était à 8,7 %, cette an­née le taux est à 7,9 %. Est-ce à cause de moi ? Pas du tout ! C’est im­por­tant de com­prendre qu’on veut vi­ser la crois­sance dans le long terme », a iro­ni­sé M. Drouin.

Com­ment fait-on pour pro­mou­voir l’en­tre­pre­neu­riat, qui est très pri­sé dans la ré­gion? « On fi­nance une par­tie de la so­cié­té. Dans les deux der­niers mois, nous avons fait une an­nonce chez Dy­na­mo à Ro­ck­land, une an­nonce chez Étienne Brû­lé et l’en­tre­prise Beau’s qui va croître par plus de 40 % », rap­pelle Francis Drouin. Pour la pre­mière fois dans l’his­toire, le 25 sep­tembre der­nier, la Tour de la Paix était illu­mi­née en vert et blanc afin de re­con­naitre la jour­née fran­co-on­ta­rienne. Une ini­tia­tive peu com­mune dans la­quelle Francis Drouin a joué un rôle d’ap­pui. « J’ai fa­ci­li­té le pro­jet, j’ai tra­vaillé avec l’as­so­cia­tion Élar­gir l’es­pace fran­co­phone afin de réa­li­ser cet évè­ne­ment dont nous étions tous très fiers », ex­plique le dé­pu­té.

Lors de son as­ser­men­ta­tion, Francis Drouin avait plu­sieurs axes prio­ri­taires, dont trois plus im­por­tants que les autres : les langues of­fi­cielles, les in­fra­struc­tures et l’agri­cul­ture. Alors, qu’en est-il? « À par­tir de 2018, un nou­veau cadre stra­té­gique va être mis en place au ni­veau na­tio­nal. Ce­la va dé­fi­nir tous les pro­grammes dis­po­nibles pour nos agri­cul­teurs lo­caux, on parle là de sec­teur d’in­no­va­tion », confie M. Drouin. L’ac­cès au mar­ché en pas­sant par le chan­ge­ment cli­ma­tique et l’en­vi­ron­ne­ment, c’est sur tous ces points que le jeune dé­pu­té planche ac­tuel­le­ment.

Quant aux langues of­fi­cielles, de bonnes nou­velles sont à pré­voir au ni­veau na­tio­nal, comme pour le lo­cal. « En avril der­nier, j’ai eu une consul­ta­tion avec la mi­nistre du Pa­tri­moine ca­na­dien, Mé­la­nie Jo­ly, sur l’ap­pui des langues mi­no­ri­taires au Ca­na­da. Pa­tri­moine Ca­na­da donne de l’ar­gent pour ap­puyer les com­mu­nau­tés qui des­servent les mi­no­ri­tés fran­co­phones, dont Pres­cott et Rus­sell », men­tionne M. Drouin.

La route 17, de Ro­ck­land à Ot­ta­wa, est un dos­sier sur le­quel il planche. L’ave­nir du Col­lège d’Al­fred lui tient aus­si très à coeur. « C’est im­por­tant que nos agri­cul­teurs puissent avoir ac­cès à l’édu­ca­tion au ni­veau lo­cal, le Col­lège d’Al­fred reste donc im­por­tant, pré­cise M. Drouin. Je tra­vaille en col­la­bo­ra­tion avec les maires et la So­cié­té de dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique de Pres­cott et Rus­sell pour re­ve­nir avec un plan d’af­faires. Si on veut gar­der nos jeunes, l’édu­ca­tion au ni­veau lo­cal c’est im­por­tant. »

L’agri­cul­ture, un su­jet sen­sible, a connu une hausse de plus de 10 % cette an­née, au ni­veau na­tio­nal. « L’éco­no­mie a aug­men­té de 12 % au ni­veau na­tio­nal; l’an­née der­nière il y avait un peu de mi­sère, mais ce­la re­monte. Il y a beau­coup d’op­por­tu­ni­tés en agri­cul­ture, es­time-t-il. Au Ca­na­da, l‘agri­cul­ture est pré­do­mi­nante. Je tra­vaille avec les Com­tés unis pour voir com­ment on peut trans­for­mer l’agri­cul­ture au ni­veau lo­cal. Nos pro­duc­teurs de lait, d’oeufs et bien d’autres en sont une par­tie in­té­grante. Com­ment fi­dé­lise-t-on aus­si la trans­for­ma­tion ou l’ex­por­ta­tion de ces pro­duits ? », s’in­ter­roge le jeune dé­pu­té. Le jeune homme, pas­sion­né de politique de­puis l’âge de 17 ans, met un point d’hon­neur sur le ras­sem­ble­ment de la com­mu­nau­té et toutes les ac­ti­vi­tés cultu­relles dont elle dis­pose.

Qui dit dé­pu­té dit aus­si tra­vailler sur des dos­siers plus sen­sibles que d’autres! Le nombre de dos­siers lé­gè­re­ment plus com­pli­qués est très bas dans Pres­cott et Rus­sell. Par exemple, le dos­sier concer­nant les pro­duc­teurs lai­tiers. C’est un su­jet qu’ap­puie très vo­lon­tiers le dé­pu­té.

« De­puis l’an­née der­nière, le prix du lait a chu­té à l’échelle mon­diale. Ce­la a un im­pact sur la ré­gion. Les agri­cul­teurs ont donc eu de la mi­sère. Ac­tuel­le­ment, le prix semble re­mon­ter, mais je connais les en­jeux. Je mi­lite pour leurs en­jeux au ni­veau fé­dé­ral. Je n’ai pas peur de ren­con­trer les agri­cul­teurs lo­caux, re­con­nait M. Drouin. Je suis dé­jà

Francis Drouin and Ca­na­dian Prime Mi­nis­ter Jus­tin Tru­deau, du­ring a 2015 confe­rence in Pres­cott-Rus­sell. Drouin re­cent­ly re­flec­ted on his achie­ve­ments fol­lo­wing his first year as the re­gion’s mem­ber of par­lia­ment.—

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.