Les «Rol­ling Stones» de la barbe dé­barquent à Qué­bec

Le Soleil - - LA UNE - AN­NIE MA­THIEU ama­thieu@le­so­leil.com

C’est à eux que l’on doit le re­tour en force des sa­lons de bar­bier et la nou­velle af­fec­tion des hommes pour les soins ca­pil­laires. Les su­per­stars néer­lan­dais du poil, les bar­biers Scho­rem, dé­bar­quer ont à Qué­bec le 29 jan­vier, un évé­ne­ment qui pro­met d’être cou­ru par les pro­fes­sion­nels du ci­seau, les ama­teurs de ro­cka­billy, de tatouages et de vi­ri­li­té.

Le ren­dez-vous don­né au Centre des congrès de Qué­bec ap­pa­raît dans la pro­gram­ma­tion élar­gie du Car­na­val de Qué­bec qui mise cette an­née sur le vint age et la ten­dance bû­che­ron. C’est dans cet es­prit que les sa­lons de coif­fure Can­tin ont in­vi­té ceux qu’ils sur­nomment les « Rol­ling Stones de la barbe » à dé­mon­trer leur sa­voir-faire lors d’une pré­sen­ta­tion qui pren­dra des al­lures de show rock.

D’ailleurs, plu­sieurs mil­liers de per­sonnes sont at­ten­dues pour as­sis­ter à la per­for­mance en di­rect du duo d’ex­perts de la coupe et du ra­sage pour hommes, ex­plique la di­rec­trice ar­tis­tique de l’en­tre­prise et or­ga­ni­sa­trice de l’évé­ne­ment, Da­nielle Ba­chand.

Ce se­ra la se­conde fois que les deux amis ori­gi­naires des PaysBas, qui ont dé­mar­ré sur un coup de tête leur sa­lon de bar­bier dans le quar­tier de Scho­rem à Rot­ter­dam après avoir re­trou­vé un vieux ra­soir ap­par­te­nant au père d’un des deux , s’ar­rêtent à Qué­bec. L’an der­nier, c’est un cercle plus fer­mé de pro­fes­sion­nels qué­bé­cois de la coif­fure qui s’était réuni à la Cha­pelle de l’Amé­rique fran­çaise pour as­sis­ter à la for­ma­tion des deux bar­biers co­lo­rés qui ont par­ta­gé leur tech­nique de coups de ci­seau et de lames de ra­soir dans le cadre d’une tour­née ca­na­dienne.

C’est que les bar­biers Scho­rem ont dé­ve­lop­pé un style bien à eux. Ils offrent, dans leur sa­lon et leur aca­dé­mie de la barbe de Rot­ter­dam ré­ser­vés aux hommes, une di­zaine de coupes « clas­siques » et in­dé­mo­dables. « Nous nous fi­chons des ten­dances et de la mode et nous ado­rons la sous­cul­ture rock’n roll » , peut- on lire sur leur site In­ter­net.

Se­lon Da­nielle Ba­chand, les re­pré­sen­tants de la gent mas­cu­line dé­si­reux de faire l’es­sai d’une coupe Scho­rem qui se dé­taille à 35 eu­ros ( plus ou moins 50 $) doivent faire preuve de pa­tience. Lorsque leurs bou­tiques ouvrent à 10h le ma­tin, des di­zaines de per­sonnes font dé­jà la file et au­cune ré­ser­va­tion n’est ac­cep­tée. Pour les Qué­bé­cois, l’al­ter­na­tive la moins chère de­meure d’as­sis­ter à l’évé­ne­ment qui se tien­dra à la fin jan­vier de concert avec une com­pé­ti­tion de bar­biers lo­caux.

— PHO­TO TI­RÉE DU SITE SCHOREMBARBIER.NL

The Bear­ded Bas­tard & Bloo­dy B, les su­per­stars néer­lan­daises du poil, se­ront au Centre des congrès de Qué­bec le 29 jan­vier afin de prendre part à une ac­ti­vi­té spé­ciale or­ga­ni­sée dans le cadre du Car­na­val.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.