Sha­po­va­lov au troi­sième tour

Le Soleil - - TENNIS - Agence France-Presse

NEW YORK — De­nis Sha­po­va­lov dé­montre que ses ré­cents suc­cès à la Coupe Ro­gers ne sont pas un coup de chance.

De­mi-fi­na­liste à Montréal après avoir no­tam­ment vain­cu Ra­fael Na­dal, Sha­po­va­lov a fait mordre la pous­sière 6-4, 6-4 et 7-6 (7/3) à Jo-Wil­fried Tson­ga, mer­cre­di aux In­ter­na­tio­naux des États- Unis. Dou­zième j oueur mon­dial, le Fran­çais avait at­teint les quarts de fi­nale à New York en 2016.

«Jouer sur le Ar­thur Ashe est un rêve de ga­min, j’ai pris vrai­ment beau­coup de plai­sir », a sou­ri Sha­po­va­lov, très dé­ten­du. Le Ca­na­dien de 18 ans, qui a dû pas­ser par les qua­li­fi­ca­tions pour dis­pu­ter pour la pre­mière fois de sa jeune car­rière les In­ter­na­tio­naux des ÉtatsU­nis, se­ra op­po­sé au troi­sième tour au Bri­tan­nique Kyle Ed­mund (42e mon­dial).

Tom­beur de Sha­po­va­lov en de­mi-fi­nale de la Coupe Ro­gers, le 12 août à Montréal, Alexan­der Zve­rev (6e mon­dial) a quant à lui fait ses va­lises dès le deuxième tour, dé­fait 3-6, 7-5, 7-6 (7/1) et 7-6 (7-4) par le Croate Bor­na Co­ric (61e).

Vain­queur de cinq titres cette sai­son à seule­ment 20 ans, dont ce­lui de Montréal contre Ro­ger Fe­de­rer, Zve­rev n’a pas ca­ché son énorme déception. «Je n’au­rais pas dû perdre ce match, tout dans ce match était éner­vant, à com­men­cer par mon ni­veau de jeu», a-t-il lâ­ché, vi­si­ble­ment aga­cé, en confé­rence de presse.

SHARAPOVA RÉ­POND À SES DÉ­TRAC­TEURS

Plus tôt en jour­née, Ma­ria Sharapova avait éga­le­ment ac­cé­dé au troi­sième tour en pre­nant la me­sure de la Hon­groise Ti­mea Ba­bos 6-7 (4/7), 6-4 et 6-1. Après sa vic­toire, elle a es­ti­mé avoir ré­pon­du à ses dé­trac­teurs, qui re­grettent qu’elle bé­né­fi­cie d’une in­vi­ta­tion pour par­ti­ci­per au tour­noi new-yor­kais après sa sus­pen­sion pour do­page.

«Je pense qu’avec le match que j’ai pro­duit lun­di soir, il n’y a plus de ques­tions à se po­ser » , a- telle as­sé­né après avoir son gain contre Ba­bos ( 56e mon­diale), deux j ours après son pro­bant suc­cès au pre­mier tour contre Si­mo­na Ha­lep (2e).

Après avoir pur­gé une sus­pen­sion de 15 mois pour do­page au mel­do­nium jus­qu’en avril der­nier, Sharapova n’a dû sa par­ti­ci­pa­tion au der­nier tour­noi du Grand Che­lem de l’an­née qu’à l’at­tri­bu­tion d’une in­vi­ta­tion par les or­ga­ni­sa­teurs amé­ri­cains. Une dé­ci­sion en­core cri­ti­quée mer­cre­di par l’Amé­ri­caine Co­Co Wan­de­we­ghe pour qui «une in­vi­ta­tion pour un tour­noi amé­ri­cain doit re­ve­nir à une joueuse amé­ri­caine».

Mais Sharapova, sa­crée à New York en 2006, as­sure que ses paires la res­pectent. «Je sens leur res­pect clai­re­ment quand je joue contre elles et c’est im­por­tant pour moi. J’ai aus­si le sou­tien in­croyable du pu­blic de­puis que je suis de re­tour, c’est vrai­ment spé­cial, je l’avais dé­jà res­sen­ti quand j’étais sus­pen­due, mais c’est en­core plus réel de­puis que j e re­joue » , a pour­sui­vi la 146e joueuse mon­diale.

La Russe de 30 ans, qui n’était plus ap­pa­rue dans un tour­noi du Grand Che­lem de­puis les In­ter­na­tio­naux d’Aus­tra­lie de 2016 et à New York de­puis 2014, se­ra op­po­sée au pro­chain tour à une Amé­ri­caine d’ori­gine russe Sofia Ke­nin, 139e mon­diale. «C’est une grande joueuse, un exemple pour moi de­puis que je suis ga­mine, je suis vrai­ment heu­reuse qu’elle soit de re­tour, j’ai beau­coup de res­pect», a in­sis­té l’Amé­ri­caine de 19 ans.

— PHO­TO AP, KA­THY WILLENS

Le jeune Ca­na­dien De­nis Sha­po­va­lov con­ti­nue de faire écar­quiller les yeux sur la pla­nète ten­nis. Mer­cre­di, il a éli­mi­né le Fran­çais Jo-Wil­fried Tson­ga (12e mon­dial) en trois sets pour ac­cé­der au troi­sième tour des In­ter­na­tio­naux des États-Unis.

Mike Ri­bei­ro

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.