La Vue a vu trop grand

Le Soleil - - LA UNE - JEAN-MI­CHEL GENOIS GA­GNON jm­ga­gnon@le­so­leil.com

La chaîne de lu­net­te­ries dé­ci­mée à la suite d’une ex­pan­sion am­bi­tieuse

Ac­tuel­le­ment, la qua­si-to­ta­li­té des cli­niques a été ven­due ou fer­mée. Les ventes ont été réa­li­sées par un pro­ces­sus d’ap­pel d’offres — Be­noit Fon­taine du syn­dic de faillite Ray­mond Cha­bot

La com­pa­gnie Ges­tion Éric Sa­vard inc., pro­prié­taire des cli­niques La Vue, voyait grand. Son ex­pan­sion à la vi­tesse grand V au­ra tou­te­fois eu rai­son de l’en­tre­prise fon­dée dans Char­le­voix. À pa­reille date l’an der­nier, le pro­prié­taire de La Vue, Éric Sa­vard, an­non­çait dans l es médias un in­ves­tis­se­ment de plus de 20 mil­lions $ pour ac­qué­rir la com­pa­gnie on­ta­rienne Op­tique Lau­rier. Avec cette ac­qui­si­tion, l’en­tre­prise est pas­sée de 17 suc­cur­sales à 52 points de vente à tra­vers la pro­vince et en On­ta­rio. Le nombre d’em­ployés a alors bondi de 150 à 250.

La bou­chée au­ra tou­te­fois été trop grosse pour l’en­tre­prise dé­mar­rée en 2001 dans la Ville de Cler­mont, dans Char­le­voix. La ban­nière était dé­bar­quée dans la ca­pi­tale en 2011, dans le sec­teur de Beau­port. Lors de sa der­nière en­tre­vue avec Le So­leil à l’au­tomne 2016, le fon­da­teur de la com­pa­gnie avait sou­li­gné que la stra­té­gie d’af­faires du groupe était d’at­teindre le pla­teau des 200 cli­niques d’ici 2018 à tra­vers le Ca­na­da.

RE­STRUC­TU­RA­TION

Les ré­sul­tats fi­nan­ciers n’étant pas au ren­dez-vous, en mai, La Vue s’est fi­na­le­ment pla­cée sous la pro­tec­tion de la Loi sur la faillite et sur l’in­sol­va­bi­li­té. La com­pa­gnie pré­pa­rait un plan de re­struc­tu­ra­tion.

Au­jourd’hui, le siège so­cial de l’en­tre­prise si­tué dans le centre com­mer­cial Fleur de Lys ain­si que son ma­ga­sin ont été ven­dus au Groupe Vi­sion New Look (TSX : BCI), sous sa ban­nière Iris. Au to­tal, Iris a ré­cu­pé­ré quatre suc­cur­sales de La Vue, celles de Beau­port, de Thet­ford Mines, du siège so­cial et de Lé­vis. La ma­jo­ri­té des em­plois ont été conser­vés. Le mon­tant de la tran­sac­tion n’a pas été dé­voi­lé.

C’est le syn­dic de faillite Ray­mond Cha­bot qui a été man­da­té pour agir à titre de contrô­leur aux af­faires et aux fi­nances des com­pa­gnies dé­bi­trices. Ges­tion Éric Sa­vard inc. avait une dette de plus de 45 mil­lions $, pré­cise au So­leil le res­pon­sable du dos­sier, Be­noit Fon­taine. Et l’en­tre­prise comp­tait dans son por­te­feuille au prin­temps der­nier 57 points de vente, dont 12 éta­blis­se­ments ap­par­te­nant à des fran­chi­sés.

« Ac­tuel­le­ment, la qua­si-to­ta­li­té des cli­niques a été ven­due [ 21] ou fer­mée [24]. Les ventes ont été réa­li­sées par un pro­ces­sus d’ap­pel d’offres», in­dique M. Fon­taine. «Les droits pour le ré­seau de fran­chises ont été ven­dus à deux in­di­vi­dus étant dans le groupe de fran­chi­sés. Ils ont éga­le­ment ra­che­té 14 autres suc­cur­sales», pour­suit-il.

Quant aux autres ventes de ma­ga­sins réa­li­sées par ap­pel d’offres, le Groupe d’Op­tique Doyle en a ache­té deux, soit à Le­bour­gneuf et à Sainte-Foy (La Ci­té de l’Op­tique) et un groupe d’op­to­mé­tristes de MontRoyal, à Mon­tréal, a aus­si sor­ti le ché­quier pour ra­che­ter leur suc­cur­sale.

« Au to­tal, ce sont 20 com­merces qui ont ces­sé leurs opé­ra­tions » , note M. Fon­taine. «Onze cli­niques ont été fer­mées avant le 18 mai, date de l’or­don­nance ini­tiale. Sept autres ont été fer­mées au mois de juin. Et après, deux autres ont été mises en faillite et fi­na­le­ment quatre ont été fer­mées sub­sé­quem­ment», énu­mère-t-il.

Se­lon des do­cu­ments du syn­dic, Ges­tion Éric Sa­vard inc. de­vait de l’ar­gent à près de 300 créan­ciers, dont 15 mil­lions $ à Es­si­lor Groupe Can., une so­cié­té fran­çaise qui com­mer­cia­lise des équi­pe­ments d’op­tique oph­tal­mique, 2,5 mil­lions $ à la Banque Im­pé­riale de Com­merce, 2,5 mil­lions $ à la Banque Lau­ren­tienne du Ca­na­da et 246 000 $ à Re­ve­nu Qué­bec.

M. Sa­vard, ori­gi­naire de Pe­ti­teRi­vière-Saint- Fran­çois, n’a pas don­né suite aux de­mandes d’en­tre­vue du So­leil. Son en­tre­prise est tou­jours sous la pro­tec­tion de la Loi sur la faillite et sur l’in­sol­va­bi­li­té.

— PHO­TO FOUR­NIE PAR LA VUE

La chaîne de cli­niques La Vue s’est pla­cée sous la pro­tec­tion de la Loi sur la faillite et sur l’in­sol­va­bi­li­té.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.