Un man­dat contes­té

Le Soleil - - POLITIQUE - JO­CE­LYNE RICHER La Presse ca­na­dienne

La consul­ta­tion en cours sur le ra­cisme sys­té­mique sou­lève une nou­velle contro­verse, alors que le gou­ver­ne­ment Couillard cherche tou­jours le moyen de la re­mettre sur les rails.

Un or­ga­nisme de dé­fense des droits des femmes en est ve­nu à la conclu­sion que Qué­bec de­vait car­ré­ment re­ti­rer à la Com­mis­sion des droits de la per­sonne le man­dat de me­ner à bien cette consul­ta­tion qui porte sur la dis­cri­mi­na­tion sys­té­mique et le ra­cisme.

De­puis que le gou­ver­ne­ment lui a confié cette tâche, toutes les res­sources de la Com­mis­sion sont mo­no­po­li­sées par la consul­ta­tion, si bien qu’elle ne peut plus rem­plir son man­dat adé­qua­te­ment, dé­plore le groupe Ac­tion tra­vail des femmes ( ATF), qui juge la si­tua­tion in­te­nable.

Un or­ga­nisme de dé­fense des droits des femmes veut que la Com­mis­sion des droits de la per­sonne soit re­ti­rée du dos­sier

La ca­pa­ci­té de la Com­mis­sion des droits de la per­sonne de gé­rer les plaintes re­çues et les de­mandes d’avis dans un dé­lai rai­son­nable est dé­sor­mais com­pro­mise, se­lon la di­rec­trice de l’ATF, Ka­tia Atif.

Elle en donne pour preuve le fait que 17 or­ga­nismes, dont le sien, ont pré­sen­té conjoin­te­ment, le 12 juillet, une de­mande d’avis vi­sant à mieux do­cu­men­ter la pré­va­lence des cas de har­cè­le­ment sexuel au tra­vail et qu’ils n’ont même pas re­çu un ac­cu­sé de ré­cep­tion trois mois plus tard.

Les or­ga­nismes à l’ori­gine de la de­mande ont ef­fec­tué de­puis une dou­zaine de rap­pels, en vain.

Il y a pré­sen­te­ment une «rup­ture de com­mu­ni­ca­tion» entre la Com­mis­sion et les groupes de dé­fense des droits, conclut Mme Atif.

Elle sou­tient qu’à l’in­terne, une em­ployée de l a Com­mis­sion l ui a d’ailleurs confir­mé qu’il était dé­sor­mais i mpos­sible de ré­pondre aux plaintes et aux de­mandes dans les dé­lais ha­bi­tuels, toute l’équipe de la Com­mis­sion étant oc­cu­pée à or­ches­trer la te­nue de cette consul­ta­tion.

La Com­mis­sion « n’a pas le droit de hié­rar­chi­ser les droits » , di­telle, rap­pe­lant que l’or­ga­nisme de­vait s’as­su­rer de pou­voir rem­plir tous les man­dats qui lui ont été confiés et pas seule­ment la consul­ta­tion ac­tuelle.

Par consé­quent, « la consul­ta­tion [ sur le ra­cisme] de­vrait être in­dé­pen­dante de la Com­mis­sion des droits de la per­sonne», se­lon Mme Atif, par sou­ci d’ef­fi­ca­ci­té et pour évi­ter d’être juge et par­tie.

PLUS DE RES­SOURCES

Ques­tion­né à ce pro­pos jeu­di, le ser­vice des com­mu­ni­ca­tions de la Com­mis­sion des droits de la per­sonne et de la jeu­nesse (CDPDJ) a nié que le trai­te­ment des dos­siers ait été per­tur­bé de quelque fa­çon que ce soit par la te­nue de la consul­ta­tion sur le ra­cisme au cours des der­niers mois.

Se­lon l a res­pon­sable, Meis­soon Az­za­ria, des res­sources sup­plé­men­taires ont été em­bau­chées pour me­ner à bien l’exer­cice, qui a dé­bu­té ses tra­vaux sous l a su­per­vi­sion du mi­nis­tère de l’Im­mi­gra­tion. Le pro­ces­sus d’ana­lyse des plaintes et le che­mi­ne­ment des dos­siers peut donc suivre son cours nor­mal, dans l es dé­lais nor­maux, se­lon elle.

— PHO­TO LE SO­LEIL, ERICK LAB­BÉ

Da­vid Heur­tel a été nom­mé mi­nistre de l’Im­mi­gra­tion et rem­place Kath­leen Weil.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.