De quoi sont faites les ré­vo­lu­tions

Le Soleil - - ARTS ET SPECTACLES - CHAN­TAL GUY La Presse

Faire un film bio­gra­phique sur Karl Marx est dé­jà une au­dace en soi. En­core sous le choc de son ex­cellent do­cu­men­taire I Am Not Your Ne­gro, qui dé­mon­trait l’acui­té de la pen­sée de James Bald­win sur la ques­tion ra­ciale aux États-Unis, on se de­man­dait bien comment Raoul Peck al­lait abor­der un mo­nu­ment tel que Karl Marx — consi­dé­ré d’ailleurs par beau­coup comme pous­sié­reux —, qui plus est par la fic­tion.

On est d’abord éton­né par un trai­te­ment ci­né­ma­to­gra­phique as­sez clas­sique du su­jet, mais là ré­side pro­ba­ble­ment la sub­ver­sion de ce film : en re­pre­nant cer­tains codes tra­di­tion­nels du « bio­pic » — les grands mo­ments, les cos­tumes, les re­cons­ti­tu­tions his­to­riques, les ci­ta­tions cé­lèbres — Raoul Peck s’em­ploie à re­don­ner chair à une fi­gure dés­in­car­née, se­lon le lan­gage ci­né­ma­to­gra­phique po­pu­laire d’au­jourd’hui. Ce Karl Marx (sym­pa­thique Au­guste Diehl) est un jeune ba­veux, qui prend des cuites, fait l’amour, tire le diable par la queue dans dif­fé­rentes villes d’Eu­rope avec sa femme et com­plice Jen­ny, se pas­sionne avec son ami En­gels (Ste­fan Ko­narske) pour des idées qu’ils sou­haitent tous les deux qu’elles ne res­tent pas que des uto­pies sur pa­pier et en­semble, ils af­frontent les pen­seurs de leur temps ( Proud­hon, Weit­ling, La ligue des justes qui de­vien­dra la Ligue des com­mu­nistes).

Ce fai­sant, Raoul Peck rap­pelle que l es r évo­lu­tions naissent d’êtres hu­mains faits de chair et de sang, les pieds dans la réa­li­té de leurs temps, la co­lère fer­tile, les con­vic­tions vis­sées au coeur, loin de tous les cli­chés qui vien­dront après eux. Le grand mé­rite de ce film, qui n’est pas sans dé­fauts, est sa vo­lon­té de rendre Marx aux vi­vants, voire d’en faire un contem­po­rain. Mine de rien, il peut fa­cil ement pi­quer l a cu­rio­si­té des non-conver­tis, en plus d’of­frir une humble porte d’en­trée à sa pen­sée.

— PHO­TO FOUR­NIE PAR K-FILMS AMÉ­RIQUE

Karl Marx (Au­guste Diehl, à droite) est un jeune ba­veux, qui prend des cuites, fait l’amour, tire le diable par la queue avec sa femme et com­plice Jen­ny et se pas­sionne avec son ami En­gels (Ste­fan Ko­narske, à gauche) pour des idées qu’ils sou­haitent tous les deux qu’elles ne res­tent pas que des uto­pies sur pa­pier.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.