› Un joueur mé­lan­gé

Le Soleil - - CANADIEN -

« Pré­sen­te­ment, c’est as­sez évident : Alex Gal­che­nyuk est mé­lan­gé, et je di­rais que c’est la faute aux di­ri­geants du Ca­na­dien, qui ont réus­si à le mé­lan­ger » , ob­serve le dépisteur 1. « Ils l’ont fait jouer au centre, à l’aile, sur un pre­mier trio, et main­te­nant sur le qua­trième trio. Au lieu de tou­jours s’at­tar­der sur ses dé­fauts, la di­rec­tion du Ca­na­dien de­vrait es­sayer de ci­bler ses qua­li­tés et de tra­vailler au­tour de ça.

«Il n’est pas le pre­mier centre dans l’his­toire de cette ligue à ne pas être un fa­bri­cant de jeu. Des centres qui sont meilleurs pour mar­quer que pour pas­ser la ron­delle, il y en a eu avant lui. Ce n’est

« En re­tour de Matt Du­chene, à un contre un, c’est im­pos­sible, ça n’ar­ri­ve­ra pas »

pas la pre­mière fois qu’on voit ça. La sai­son der­nière avant sa bles­sure, alors qu’il était par­mi les meilleurs comp­teurs de la ligue, il n’y a per­sonne qui chia­lait contre lui...

« En même temps, c’est clair que Gal­che­nyuk lui-même doit se re­gar­der un peu dans le mi­roir. Il est aus­si res­pon­sable de ce qui lui ar­rive. Ça ne doit pas être fa­cile pour lui pré­sen­te­ment, parce qu’en plus, il doit très bien être au cou­rant des ru­meurs d’échange à son su­jet.

« Le pro­blème, c’est qu’en l’échan­geant, le Ca­na­dien n’ob­tien­drait pas grand-chose en re­tour » , es­time le dépisteur. « Dans la ligue, son manque de ma­tu­ri­té à l’ex­té­rieur de la pa­ti­noire, c’est connu. À mon avis, la ru­meur d’une tran­sac­tion avec l’Ava­lanche du Co­lo­ra­do en re­tour de Matt Du­chene, à un contre un, c’est im­pos­sible, ça n’ar­ri­ve­ra pas. Le Ca­na­dien va de­voir don­ner pas mal plus que Gal­che­nyuk pour ob­te­nir Du­chene.»

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.