Jo­hanne était en fait So­lange

Une consul­tante en in­for­ma­tique se fait pin­cer pour une usur­pa­tion d’iden­ti­té qui dure de­puis deux ans

Le Soleil - - LA UNE - IAN BUS­SIÈRES ibus­sieres@le­so­leil.com

Jo­hanne tra­vaillait comme consul­tante en in­for­ma­tique chez Des­jar­dins, à Lé­vis, de­puis deux ans et de­mi. Ré­cem­ment, son em­ployeur a t ou­te­fois ap­pris qu’elle ne s’a ppe­lait pas J ohanne, mais So­lange Cre­vier et qu’elle au­rait été im­pli­quée dans une af­faire de fraude chez VIA Rail en 2013.

« Quel­qu’un a té­lé­pho­né chez Des­jar­dins pour leur dire qu’une dame qui tra­vaillait chez eux était en fait So­lange Cre­vier et qu’elle avait un pas­sé de fraude. Des­jar­dins a fait son en­quête in­terne et nous a contac­tés par la suite», ex­plique l’agent Maxime Pel­le­tier, porte-pa­role du Ser­vice de po­lice de Lé­vis.

Les po­li­ciers ont ar­rê­té So­lange Cre­vier ven­dre­di, vers 16h, à la fin de son quart de tra­vail. La femme a com­pa­ru sa­me­di ma­tin et lun­di après-mi­di au pa­lais de jus­tice de Qué­bec. Elle re­vien­dra de­vant le tri­bu­nal mar­di pour son en­quête en cau­tion­ne­ment qui a été fixée pour la forme à 14h30.

Comme l’ex­plique l’agent Pel­le­tier, c’est sous le nom de Jo­hanne Ri­cher que So­lange Cre­vier tra­vaillait chez Des­jar­dins de­puis 2015. Elle pos­sé­dait sa com­pa­gnie de consul­tante en in­for­ma­tique, dont elle était l’unique em­ployée et que Des­jar­dins en­ga­geait comme char­gée de pro­jet de fa­çon contrac­tuelle.

L’agent Pel­le­tier a ex­pli­qué que la femme de 54 ans dé­jà ac­cu­sée de sup­po­si­tion de per­sonne ver­rait d’autres ac­cu­sa­tions dé­po­sées contre elle. Le po­li­cier a d’abord men­tion­né le vol d’iden­ti­té, puisque Jo­hanne Ri­cher est une per­sonne qui existe vrai­ment. Celle- ci n’au­rait tou­te­fois su­bi au­cune fraude ou perte fi­nan­cière après s’être fait vo­ler son iden­ti­té.

Lors de la com­pa­ru­tion de la femme, lun­di, le juge Alain Mo­rand ad’ ailleurs ren­du une or­don­nance in­ter­di­sant à So­lange Cre­vier d’en­trer en com­mu­ni­ca­tion avec la vraie Jo­hanne Ri­cher.

La po­lice de Lé vi­sa aus­si in­di­qué que So­lange Cre­vier se­rait éga­le­ment ac­cu­sée de fraude à l’iden­ti­té, de fa­bri­ca­tion et d’usage de do­cu­ments contre faits et qu’ elle pour­rait éga­le­ment être ac­cu­sée de fraude pour avoir re­çu un sa­laire pen­dant deux ans et de­mi sous une fausse iden­ti­té. Lors de sa com­pa­ru­tion, son avo­cate a d’ailleurs été in­for­mée que de nou­velles ac­cu­sa­tions s’ajou­te­raient.

L’agent Pel­le­tier in­dique aus­si que So­lange Cre­vier au­rait été congé­diée par VIA Rail en 2013 au terme d’une en­quête liée à une fraude de 200000$ dans le ser­vice in­for­ma­tique pour des tra­vaux in­for­ma­tiques qui au­raient été fac­tu­rés, mais ja­mais ef­fec­tués.

Im­pli­quée dans une af­faire de fraude par le pas­sé, So­lange Cre­vier tra­vaillait pour Des­jar­dins sous le nom de Jo­hanne Ri­cher

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.