«Vi­rage ma­jeur» dans le sou­tien aux en­tre­pre­neurs

Le Soleil - - AFFAIRES - NOR­MAND PRO­VEN­CHER npro­ven­cher@le­so­leil.com

En fonc­tion de­puis plus d’un an, le por­tail En­tre­prises Qué­bec a per­mis de ré­duire de plus de moi­tié le dé­lai né­ces­saire pour per­mettre à un en­tre­pre­neur d’avoir ac­cès aux ser­vices gou­ver­ne­men­taux afin de se lan­cer en af­faires. Jus­qu’à main­te­nant, quelque 600 d’entre eux ont pro­fi­té de cette pla­te­forme qui vise à sim­pli­fier les dé­marches avec le gouvernement.

Pour l e mi­nistre dé­lé­gué aux Pe­tites et Moyennes en­tre­prises, à l’Al­lè­ge­ment ré­gle­men­taire et au Dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique, Sté­phane Billette, ce gui­chet unique s’avère un « vi­rage ma­jeur » dans le sou­tien aux en­tre­pre­neurs, sou­vent ir­ri­tés par la com­plexi­té des étapes lorsque vient le temps de tran­si­ger avec le gouvernement.

De toute évi­dence, le nou­veau sys­tème a fait ses preuves. Alors qu’une dou­zaine de jours en moyenne était né­ces­saire au­pa­ra­vant pour le lan­ce­ment d’une en­tre­prise en bonne et due forme, le dé­lai de trai­te­ment n’est plus que cinq jours.

De­mandes de per­mis, sui­vis de dos­sier, ser­vices d’ac­com­pa­gne­ment, re­cherches de fi­nan­ce­ment, chan­ge­ments d’adresse, au­tant de ser­vices qui se­ront of­ferts aux en­tre­pre­neurs, en un seul clic, sur le site www.en­tre­prises.gouv.qc.ca.

«C’est un gui­chet unique qui va al­ler chez l’en­tre­pre­neur », au lieu de l’in­verse, a ex­pli­qué mar­di, en confé­rence de presse, le mi­nistre Billette, flan­qué pour l’oc­ca­sion du mi­nistre de l’Em­ploi et de la So­li­da­ri­té so­ciale Fran­çois Blais, et du mi­nistre dé­lé­gué à l’in­té­gri­té des mar­chés pu­blics et aux Res­sources in­for­ma­tion­nelles, Ro­bert Poë­ti.

De l’avis de M. Billette, cette nou­velle pla­te­forme, qui dé­coule d’une sé­rie de re­com­man­da­tions émises par le Co­mi­té de tra­vail sur l’en­tre­pre­neu­riat des jeunes en­tre­prises dé­po­sé en dé­but d’an­née, contri­bue à «fa­ci­li­ter la vie en­tre­pre­neu­riale» et les échanges avec l’État. En outre, une meilleure co­or­di­na­tion est ins­tau­rée — «en bon qué­bé­cois, on sait ce que font la main gauche et la main droite».

Même s’il n’a pas été pu­bli­ci­sé jus­qu’à main­te­nant sur une large échelle, l e ser­vice connaît un «suc­cès plus qu’im­pres­sion­nant », a in­di­qué M. Billette. «C’est de plus en plus uti­li­sé, ça com­mence à se par­ler dans le mi­lieu [des af­faires].»

Pour le mi­nistre Blais, ce sys­tème ne peut qu’être le bien­ve­nu pour les en­tre­pre­neurs, trop sou­vent confron­tés à un vé­ri­table ca­phar­naüm lors­qu’il s’agit de tran­si­ger avec le gouvernement. À tra­vers «une cen­taine de sites Web, plus de 1000 nu­mé­ros de té­lé­phone et 450 points de ser­vice, il peut être dif­fi­cile de s’y re­trou­ver. Il s’agit d’une vé­ri­table trans­for­ma­tion de la culture du ser­vice à la clien­tèle de l’ad­mi­nis­tra­tion pu­blique.»

Ce nou­veau por­tail d’ac­com­pa­gne­ment s’ins­pire de ce qui se fait le mieux en la ma­tière, au Royaume- Uni et en Aus­tra­lie. Quelques pro­vinces ca­na­diennes ont dé­jà adop­té ce vi­rage, comme l’On­ta­rio et le Nou­veau-Bruns­wick, a ex­pli­qué le mi­nistre Blais.

L’ac­cès des en­tre­prises aux ap­pels d’offres pu­bliques se­ra éga­le­ment sim­pli­fié grâce à ce por­tail, a pour sa part pré­ci­sé le mi­nistre Poë­ti.

— PHOTO LE SO­LEIL, YAN DOU­BLET

Pour le mi­nistre Fran­çois Blais, le por­tail ne peut qu’être le bien­ve­nu pour les en­tre­pre­neurs, trop sou­vent confron­tés à un vé­ri­table ca­phar­naüm lors­qu’il s’agit de tran­si­ger avec le gouvernement.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.