Un tout-in­clus en fa­mille

Le Soleil - - ARTS ET SPECTACLES - JOSIANNE DES­LOGES jdes­loges@le­so­leil.com

Fran­çois Mas­si­cotte mise sur l’hu­mour quo­ti­dien tout aca­bit. La com­plexi­té de la liste d’épi­ce­rie, la ren­trée sco­laire, les lunches, les fêtes d’en­fants, les jouets à ra­mas­ser, le vieillis­se­ment, le condi­tion­ne­ment phy­sique… bref, des fi­lons dé­jà al­lè­gre­ment ex­ploi­tés.

Mal­gré plu­sieurs blagues bien tour­nées, on a un peu l’im­pres­sion de se faire ser­vir du Kraft Din­ner ré­chauf­fé au mi­cro-ondes dans ce sep­tième spec­tacle so­lo, bap­ti­sé Quelle fa­mille!, un titre qui donne le thème et le ton. Sur­tout en pre­mière par­tie, où il évoque les Ger­maine et des Gé­rard (comme dans «J’ai ra­re­ment pris une dé­ci­sion»), l’ado qui cherche le wi­fi et vide le fri­go, la prof de ma­ter­nelle qui parle trop len­te­ment, les ex­tré­mistes du vé­gé­ta­risme (un clou sur le­quel ta­pait aus­si Do­mi­nic et Mar­tin la se­maine der­nière), son plan pour en­voyer sa belle-mère à l’hô­tel…

Après une mise en bouche sur l’ac­tua­li­té — «Vous avez gar­dé le même maire. Nous, on change de maire, on change de fes­ti­val d’hu­mour… Vos res­tau­rants vont ben, nous on a per­du les Re­cettes pom­pettes », il passe au crible tous ces pe­tits gestes et ir­ri­tants qui consti­tuent la vie de fa­mille en ban­lieue au Qué­bec en 2017.

On fe­rait un top 10 des su­jets de conver­sa­tion les plus cou­rants entre pa­rents et on au­rait le sque­lette, voire une bonne par­tie de la chair, du spec­tacle.

Vous trou­vez qu’on vend trop de bi­dules pour les bé­bés? Mas­si­cotte aus­si, et il vous dit sur quoi éco­no­mi­ser. «Qu’est-ce qui est ar­ri­vé aux fêtes d’en­fants pour que ça ait l’air d’être pro­duit par Even­ko? » de­mande- t- il avant de se lan­cer dans une ti­rade sur les ex­cès dans cette ca­té­go­rie.

EX­PLOI­TER LES CONSEN­SUS

Bref, l’ hu­mo­riste ex­ploite les consen­sus, les af­fir­ma­tions qui sus­citent des « Ah ben oui, c’est vrai», sans bous­cu­ler et sans pous­ser réel­le­ment la ré­flexion plus loin. Il sème les images comme des paillettes, et voi­là, la vie de­vient un spec­tacle d’hu­mour.

Les va­cances en f amille en Thaï­lande de­viennent une vi­rée dans un gros Chi­na­town en étant af­fec­té par un mons­trueux dé­ca­lage ho­raire. Sa vi­site en fa­mille au « Au­sch­witz de l’érable » , en cam­ping ou au Bo­ra Parc sont le théâtre d’aven­tures dé­ca­lées, qui amusent à dé­faut de faire rire à gorge dé­ployée.

Le de­gré d’ori­gi­na­li­té des pro­pos aug­mente lorsque Mas­si­cotte parle de ce qui fait la spé­ci­fi­ci­té de sa fa­mille : trois en­fants adop­tés au Centre jeu­nesse de Mon­tréal, « ses trois co­cos bruns » sur les­quels il se fait pas­ser tous les com­men­taires ra­cistes in­ima­gi­nables, mais aux­quels il sait ré­pondre avec aplomb.

Il aborde aus­si sa bi­po­la­ri­té, la ma­la­die men­tale, le sui­cide, dans un seg­ment un peu plus ré­flé­chi, un peu plus pe­sé, qui est tou­te­fois de courte du­rée.

Quelle fa­mille! se­ra de nou­veau pré­sen­té le 26 jan­vier à la salle Al­bert-Rous­seau.

— PHOTO LE SO­LEIL, ERICK LAB­BÉ

Dans son spec­tacle Quelle fa­mille!, Fran­çois Mas­si­cotte ex­ploite les su­jets de conver­sa­tion les plus cou­rants entre pa­rents, sans pous­ser réel­le­ment la ré­flexion.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.