Un pi­lote secouru en On­ta­rio

Le Vortex de Bagotville - - MOT DE L’ADJUDANT- CHEF -

Lors de la longue fin de se­maine de l’Ac­tion de grâce, alors que d’autres dé­gus­taient un bon sou­per avec leur fa­mille, un équi­page de l’Es­ca­dron 439 a par­ti­ci­pé à une mis­sion de re­cherche et de sau­ve­tage dans la ré­gion de Wa­wa en On­ta­rio.

L’équi­page était com­po­sé du Ca­pi­taine Jo­na­than Trem­blay, com­man­dant de bord, du Ma­jor Jean- Fran­çois Gau­vin, co­pi­lote, du Ca­po­ral Yan­nick Lord, mé­ca­ni­cien de bord, du Ser­gent Bru­no La­pointe, tech­ni­cien de re­cherche et sau­ve­tage, et du Ca­po­ral- chef Ma­nuel Sé­guin, tech­ni­cien de re­cherche et sau­ve­tage. L’équi­page en alerte a re­çu un ap­pel à 6 h, le 14 oc­tobre, du centre de contrôle ré­gio­nal de Tren­ton, pour l’éva­cua­tion d’un chas­seur bles­sé à Val- d'Or. Seule­ment 20 mi­nutes après le dé­col­lage, l'équi­page a été ré­as­si­gné à une autre tâche. À leur sur­prise, une mis­sion de re­cherche d’un hy­dra­vion man­quant de­puis dé­jà deux jours, en On­ta­rio, à l’est de Wa­wa, les at­ten­dait. Quelques heures plus tard, ils ont re­joint deux CC- 130 Her­cules ( un de Tren­ton et un de Win­ni­peg), un CH- 146 Grif­fon de Tren­ton, et des ap­pa­reils de l’As­so­cia­tion ci­vile de re­cherche et sau­ve­tage aé­rien ( ACRSA), qui sillon­naient dé­jà un ter­ri­toire de plus de 27 000 ki­lo­mètres car­rés. Une trans­mis­sion ra­dio a sug­gé­ré que l’ap­pa­reil re­cher­ché se trou­vait pro­ba­ble­ment à 220 ki­lo­mètres au nord de la po­si­tion de l’équi­page de Ba­got­ville, et que des tech­ni­ciens de re­cherche et sau­ve­tage s’ap­prê­taient à sau­ter d’un Her­cules pour in­ves­ti­guer. Après un court ar­rêt pour re­faire le plein d’es­sence, l’équi­page de l’Es­ca­dron 439 a été in­for­mé que le site in­ves­ti­gué était vrai­sem­bla­ble­ment le bon. Ils ont alors pro­cé­dé vers le lieu de l’écra­se­ment pour éva­cuer les tech­ni­ciens de re­cherche et sau­ve­tage et l’homme re­cher­ché qui ve­nait d’être lo­ca­li­sé. Pour un pe­tit hé­li­co­ptère comme le CH- 146 opé­rant dans un en­vi­ron­ne­ment aus­si vaste, la pla­ni­fi­ca­tion d’une telle ex­trac­tion est très cri­tique, et doit être or­ga­ni­sée très ra­pi­de­ment. La condi­tion mé­di­cale du pa­tient étant in­con­nue, et le saut en pa­ra­chute en ter­rain non pré­pa­ré des tech­ni­ciens de re­cherche et sau­ve­tage com­por­tant aus­si des risques, plu­sieurs fac­teurs doivent être à consi­dé­rer par l’équi­page en très peu de temps, au sol ou en vol. Lors d’une mis­sion comme celle- ci, l’équipe doit te­nir compte no­tam­ment de la dis­tance jus­qu'au site, de la dis­tance jus­qu’à l'hô­pi­tal le plus proche, des points de ra­vi­taille­ment les plus proches, de l’es­sence mi­ni­mum re­quise pour par­cou­rir la dis­tance, de l’es­sence maxi­mum à em­bar­quer pour per­mettre une ex­trac­tion des membres et du pa­tient du site, sans ex­cé­der les li­mites de poids de l'hé­li­co­ptère et l’es­pace de ca­bine dis­po­nible.

Le pi­lote a été trou­vé et l’ex- trac­tion s’est dé­rou­lée sans pro­blème. Une per­sonne en dé­tresse à été se­cou­rue grâce au pro­fes­sion­na­lisme de di­zaines de mi­li­taires et de ci­vils qui ont pris part à cette mis­sion. Il faut aus­si sou­li­gner que les mis­sions de re­cherche et sau­ve­tage en sou­tien aux au­to­ri­tés ci­viles re­pré­sentent une tâche se­con­daire de l’Es­ca­dron 439, qui s’est ac­quit­té de cette tâche avec brio.

PHO­TO : IMA­GE­RIE MATC PI­CARD

Les membres de l’équipe de l’Es­ca­dron 439 qui ont pris part à la mis­sion de sau­ve­tage en On­ta­rio le 14 oc­tobre der­nier.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.