Les tests de condi­tion phy­sique des mi­li­taires à l’étude

Le Vortex de Bagotville - - NEWS -

Dans le cadre de leurs cours en phy­sio­lo­gie du tra­vail et en er­go­no­mie, 26 étu­diants en ki­né­sio­lo­gie ( science du mou­ve­ment) de l’UQAC sont ve­nus à Ba­got­ville pour ob­ser­ver, su­per­vi­ser et es­sayer cer­tains tests de condi­tion phy­sique que les mi­li­taires doivent réus­sir pour ac­cé­der à un mé­tier spé­cia­li­sé au sein de FAC.

« Avec la stan­dar­di­sa­tion et la nor­ma­li­sa­tion des tests de condi­tion phy­sique au sein des Forces ar­mées ca­na­diennes, le per­son­nel du ser­vice de condi­tion­ne­ment phy­sique PSP doit faire preuve d’un pro­fes­sion­na­lisme et d’une ri­gueur à toute épreuve. Le ré­sul­tat de ces tests à un im­pact sur les opé­ra­tions et sur la ca­pa­ci­té opé­ra­tion­nelle des mi­li­taires. Chaque élé­ment du pro­to­cole doit être res­pec­té, au­cune faute n’est per­mise » , ex­plique la co­or­don­na­trice au condi­tion­ne­ment phy­sique à la BFC Ba­got­ville, Clau­die Des­co­teaux. C’est pour cette rai­son que les tests phy­siques de FAC peuvent ser­vir d’exemple pour les étu­diants en ki­né­sio­lo­gie. Les étu­diants ont as­sis­té au test de main­tien de la condi­tion phy­sique spé­ci­fique au tra­vail des pom­piers mi­li­taires. Deux étu­diants ont pris part au test et plu­sieurs d’entre eux ont col­la­bo­ré à son ad­mi­nis­tra­tion. « J’ai pu consta­ter que la pré­pa­ra­tion phy­sique spé­ci­fique à la tâche est ex­trê­me­ment im­por­tante lors­qu’on parle d’un tra­vail phy­sique- ment exigent comme ce­lui de pom­pier, d’au­tant plus lorsque ce tra­vail im­plique la vie des gens » , a dé­cla­ré Pris­cil­la Beau­pré, sta­giaire en ki­né­sio­lo­gie. Dans une deuxième phase, les étu­diants ont vu le test d’as­pi­rant en re­cherche et sau­ve­tage ( SAR tech). Pour le pro­fes­seur à l’UQAC, Mar­tin La­val­lière, l’ex­pé­rience vé­cue par les étu­diants au cours de ce bref stage est très en­ri­chis­sante à plu­sieurs ni­veaux. « La réa­li­sa­tion de ces la­bo­ra­toires dé­ve­loppe chez nos étu­diants le sens de la ri­gueur et de l’éthique au tra­vail afin d’ob­te­nir des ré­sul­tats va­lides et dé­ve­loppe leur sens cri­tique quant à l’ana­lyse et l’ap­pli­ca­tion de normes d’éval u a t i o n » , e x p l i q u e M. La­val­lière. Afin d’of­frir des éva­lua­tions stan­dar­di­sées et des exer­cices de pré­pa­ra­tion adap­tés, le per­son­nel du condi­tion­ne­ment phy­sique de la BFC Ba­got­ville se sou­met d’ailleurs ré­gu­liè­re­ment aux dif­fé­rents tests phy­siques des mé­tiers spé­cia­li­sés afin d’être prêt à ré­pondre à la de­mande et de mieux connaître les ef­fets phy­siques et psy­cho­lo­giques de cet en­traî­ne­ment sur le corps.

En plus de par­ti­ci­per à des éva­lua­tions, les étu­diants en ki­né­sio­lo­gie ont pu es­sayer eux- mêmes les tests d’ap­ti­tudes phy­siques spé­ci­fiques aux mé­tiers mi­li­taires spé­cia­li­sés. Ici le test d’en­du­rance des pom­piers.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.