Le dé­voue­ment de l'adj For­tier re­con­nu par le mi­nistre...

Le Vortex de Bagotville - - LA UNE -

Le 18 juillet der­nier, l’ad­ju­dant Luc For­tier s’est vu re­mettre un cer­ti­fi­cat de mention élo­gieuse du mi­nistre des An­ciens Com­bat­tants en re­con­nais­sance de quelques- unes de ses contri­bu­tions au bien- être et à l’aide aux vé­té­rans des Forces ar­mées ca­na­diennes.

L’adj For­tier, un fan­tas­sin du Royal 22e Ré­gi­ment, est ac­tuel­le­ment en poste à Ba­got­ville à la 2e Es­cadre où il agit en tant que spé­cia­liste à l’en­traî­ne­ment. Mi­li­taire de­puis plus de 29 ans, l’adj For­tier a com­plé­té huit dé­ploie­ments au cours de sa car­rière. De plus, il est pré­sen­te­ment pré­sident de la Branche 235 de la Lé­gion royale ca­na­dienne à Chi­cou­ti­mi et du groupe ré­gio­nal des Vé­té­rans ca­na­diens des Na­tions Unies et de l’OTAN ( Vé­té­rans UN/ NATO).

Comme bien d’autres mi­li­taires, l’adj For­tier souffre d’un trouble de stress post­trau­ma­tique ( TSPT). Grâce aux ser­vices of­ferts aux mi­li­taires et au sou­tien de ses pairs, il a réus­si à sur­mon­ter les pires mo­ments de ce ter­rible syn­drome. Par la suite, il a dé­ci­dé de re­don­ner à son tour et d’of­frir son sou­tien à ceux qui vivent ce qu’il a tra­ver­sé.

Avec l’aide des membres de Vé­té­rans UN/ NATO ( ils sont près de 175 dans la ré­gion), Luc For­tier as­siste ain­si les mi­li­taires aux prises avec un TSPT en les ré­fé­rant aux ser­vices dis­po­nibles et aus­si en leur of­frant son sou­tien et ses en­cou­ra­ge­ments.

Le bureau d’An­ciens Com­bat­tants Canada de Ba­got­ville fait aus­si sou­vent ap­pel à l’ex­pé­rience de l’adj For­tier en tant que pair- ai­dant pour sou­te­nir les vé­té­rans qui ont be­soin de ren­con­trer quel­qu’un qui com­prend la si­tua­tion qu’ils vivent. À un cer­tain mo­ment, l’adj For­tier a même lais­sé son tra­vail, avec l’ap­pui com­plet de sa chaîne de com­man­de­ment, pour ai­der un col­lègue dans le be­soin.

« Les bu­reaux d’An­ciens Com­bat­tants du Canada sont ou­verts de 8 h à 16 h, mais si quel­qu’un a be­soin d’aide de 16 h à 8 h, je suis là! » , lance l’ad­ju­dant For­tier qui compte conti­nuer à ai­der ses frères d’armes pour leur per­mettre de de­meu­rer ac­tifs et d’amé­lio­rer leur qua­li­té de vie.

La loyau­té et le dé­voue­ment dont fait preuve l’ad­ju­dant Luc For­tier en ont ins­pi­ré plu­sieurs au­tour de lui. Il compte main­te­nant sur le sou­tien de nom­breux amis et col­lègues dans sa dé­marche, no­tam­ment au­près des 175 membres de Vé­té­rans UN/ NATO. « Le bouche- ào­reille fait aus­si son ef­fet. Les gens m’ap­pellent parce qu’une de leur connais­sance lui dit que je l’ai ai­dé » , ex­plique Luc For­tier.

En plus de l’aide qu’il ap­porte per­son­nel­le­ment, le pro­jet sur le­quel il tra­vaille ac­tuel­le­ment vise à mettre sur pied une mai­son d’ac­cueil pour les personnes en dé­tresse au Sa­gue­nay. « Ça me tient à coeur. Pré­sen­te­ment, les gens de la ré­gion doivent se dé­pla­cer à Qué­bec. Pour les fa­milles, ce n’est pas une si­tua­tion idéale. J’es­père qu’on va pou­voir avoir une mai­son d’ac­cueil ici dans la ré­gion. Le pro­jet est prêt, c’est le fi­nan­ce­ment qui est long à ob­te­nir » , ex­plique avec dé­ter­mi­na­tion l’adj For­tier.

Il veut aus­si créer un groupe d’en­traide, un peu à la fa­çon des Al­coo­liques ano­nymes pour les vé­té­rans qui veulent ren­con­trer des gens aux prises avec les mêmes pro- blèmes qu’eux. « Je suis à l’étape de trou­ver les res­sources pour sou­te­nir le groupe. Je crois qu’on va an­non­cer des choses d’ici quelques mois » , ajoute l’in­fa­ti­gable bé­né­vole.

Il n’est donc pas sur­pre­nant que le mi­nistre des An­ciens Com­bat­tants du Canada se soit joint à tous ces gens pour sou­li­gner son ap­port ex­cep­tion­nel à la communauté mi­li­taire.

PHO­TO : ACC

Le mi­nistre des An­ciens Com­bat­tants, Sea­mus O’Re­gan a re­mis en per­sonne la mention élo­gieuse à l’ad­ju­dant Luc For­tier, le 18 juillet der­nier.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.