Le risque des ac­tions pri­vi­lé­giées

En fo­ca­li­sant sur les re­ve­nus de di­vi­dendes qu’elles rap­portent et la fis­ca­li­té avan­ta­geuse dont elles pro­fitent, on ou­blie les risques as­so­ciés aux ac­tions pri­vi­lé­giées.

Les Affaires Plus - - Les Affaires - par Ian Gas­con

Les ac­tions pri­vi­lé­giées sont une ca­té­go­rie d’ac­tif qui offre un avan­tage fis­cal in­té­res­sant pour les comptes non en­re­gis­trés, mais qui com­porte des risques bien spé­ci­fiques, no­tam­ment sur le plan des taux d’in­té­rêt, de la li­qui­di­té et de la concen­tra­tion sec­to­rielle.

Il est tou­te­fois im­por­tant de ne pas être aveu­glé par l’avan­tage fis­cal (ver­se­ment de di­vi­dendes éle­vés) au point d’ou­tre­pas­ser des concepts de base de di­ver­si­fi­ca­tion. L’ef­fi­ca­ci­té fis­cale d’un por­te­feuille est im­por­tante, mais la di­ver­si­fi­ca­tion des risques l’est en­core plus. Étant dé­te­nu prin­ci­pa­le­ment par des par­ti­cu­liers, et non par des in­ves­tis­seurs ins­ti­tu­tion­nels, le mar­ché des ac­tions pri­vi­lé­giées est peu li­quide, par­ti­cu­liè­re­ment en ce qui concerne les titres in­di­vi­duels.

Pen­sant avoir in­ves­ti dans une ca­té­go­rie d’ac­tif re­la­ti­ve­ment stable, de nom­breux in­ves­tis­seurs ont été ex­po­sés presque ex­clu­si­ve­ment au mar­ché des ac­tions pri­vi­lé­giées dans leur compte comp­tant ou d’en­tre­prise pen­dant plu­sieurs an­nées. L’an­née 2015 au­ra été un ré­veil bru­tal pour beau­coup d’entre eux. Les ac­tions pri­vi­lé­giées ont per­du en­vi­ron 15 % de leur va­leur, et même 20% dans le cas des ac­tions pri­vi­lé­giées à taux ré­vi­sable. Pour­quoi?

Il existe plu­sieurs types d’ac­tions pri­vi­lé­giées qui peuvent ré­agir très dif­fé­rem­ment aux va­ria­tions de taux d’in­té­rêt. Les ac­tions pri­vi­lé­giées per­pé­tuelles ré­agissent aux va­ria­tions de taux d’in­té­rêt de fa­çon si­mi­laire aux obli­ga­tions, c’est-àdire qu’une baisse des taux en­traîne gé­né­ra­le­ment leur va­leur à la hausse. Les ac­tions pri­vi­lé­giées à taux ré­vi­sable sont da­van­tage sen­sibles aux taux d’in­té­rêt et peuvent pro­fi­ter d’une hausse de ceux-ci.

Au cours des der­nières an­nées, plu­sieurs in­ves­tis­seurs (et émet­teurs) ont dé­lais­sé les ac­tions pri­vi­lé­giées per­pé­tuelles pour se tour­ner vers les ac­tions à taux ré­vi­sable. Ces in­ves­tis­seurs pen­saient qu’ils se­raient ain­si épar­gnés par une éventuelle hausse des taux, mais avaient sous-es­ti­mé l’im­pact d’une chute mar­quée du taux de ré­fé­rence uti­li­sé pour plu­sieurs émis­sions, soit le taux 5 ans de la Banque du Ca­na­da. Ce­lui-ci ayant at­teint un creux his­to­rique au dé­but de 2016, les ac­tions pri­vi­lé­giées à taux ré­vi­sable ont été du­re­ment frap­pées.

Ce n’est pas la pre­mière fois que les ac­tions pri­vi­lé­giées gé­nèrent des ren­de­ments vo­la­tils. En 2008, an­née de la crise fi­nan­cière, elles ont per­du plus de 20% de leur va­leur. Il y avait alors moins d’ac­tions pri­vi­lé­giées à taux ré­vi­sable, mais le manque de li­qui­di­tés et la concen­tra­tion dans le sec­teur fi­nan­cier ont du­re­ment tou­ché cette ca­té­go­rie d’ac­tif. Au cours de la der­nière an­née, les ac­tions pri­vi­lé­giées ont gé­né­ré un ren­de­ment de 30% à 40%, pro­fi­tant, entre autres, de la re­mon­tée des taux d’in­té­rêt de­puis l’élec­tion pré­si­den­tielle amé­ri­caine.

En ré­su­mé, les ac­tions pri­vi­lé­giées ont des par­ti­cu­la­ri­tés qui les rendent in­té­res­santes, mais elles com­portent des risques de taux d’in­té­rêt qui peuvent évo­luer d’une an­née à l’autre ain­si qu’un risque de cré­dit et de li­qui­di­té qui peut être im­por­tant. Même si elles offrent des re­ve­nus ré­cur­rents, c’est une ca­té­go­rie d’ac­tif plus vo­la­tile et plus ris­quée que les obli­ga­tions. Comme pour toutes les ca­té­go­rie d’ac­tif, une bonne di­ver­si­fi­ca­tion est es­sen­tielle pour li­mi­ter les mau­vaises sur­prises.

L’an­née 2015 au­ra été un ré­veil bru­tal pour beau­coup d’in­ves­tis­seurs. Les ac­tions pri­vi­lé­giées ont per­du en­vi­ron 15% de leur va­leur. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.