Qu’est-ce qu’on fait avec Mau­rice ?

Les Affaires Plus - - Couverture -

Parce que des ré­flexes d’âgisme sub­sistent sur le mar­ché du tra­vail, cer­tains pré­noms as­so­ciés aux gé­né­ra­tions nées vers le mi­lieu du siècle der­nier peuvent nuire aux can­di­dats qui les portent, re­marque An­dré Hétu, de l’As­so­cia­tion Mi­di-Qua­rante. Exemple : Mau­rice, dont le CV risque fort de prendre le che­min de la pou­belle avant même d’être consul­té par le di­rec­teur RH. « Mais s’il ren­contre le même Mau­rice, in­gé­nieur de pro­fes­sion, lors d’une dis­cus­sion par­ti­cu­liè­re­ment agréable dans un 5 à 7, il se di­ra que c’est en plein le can­di­dat qu’il lui faut ! Autrement dit, le pré­ju­gé chez l’em­ployeur est re­la­ti­ve­ment fa­cile à ébran­ler. » Bref, si vous vous pré­nom­mez Mau­rice… pre­nez l’ha­bi­tude de fré­quen­ter les évé­ne­ments mon­dains ! « On peut aus­si mo­di­fier l’en­tête du CV et n’écrire que la pre­mière lettre de son pré­nom : M. Le­mieux, par exemple », sug­gère An­dré Hétu.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.