Faire le saut de l’ange à 55 ans

Et sou­dai­ne­ment, tout un coup de jeu­nesse, il se re­trouve à di­ri­ger des di­zaines d’in­gé­nieurs dans la ving­taine !

Les Affaires Plus - - Couverture - par Clau­dine Hé­bert

Fran­çois Cou­ture, 55 ans, a quit­té de plein gré son poste de pro­fes­sion­nel de re­cherche à l’Ins­ti­tut sur la nu­tri­tion et les ali­ments fonc­tion­nels ( INAF) en mars 2016. Il igno­rait ce qu’il fe­rait dé­sor­mais. Mais l’éco­no­miste agroa­li­men­taire, qui ve­nait de pas­ser sept ans au sein du plus im­por­tant ins­ti­tut de re­cherche ca­na­dien consa­cré à l’étude des ali­ments, sa­vait ce qu’il ne vou­lait plus faire.

Ce n’était pas la pre­mière fois que Fran­çois Cou­ture quit­tait son em­ploi. Au cours des 25 der­nières an­nées, il a oc­cu­pé di­vers postes de haute di­rec­tion chez McCain, IPL, La Fi­nan­cière agri­cole et Oly­mel. « J’avais be­soin d’un autre dé­fi », dit le quin­qua­gé­naire.

Il l’a trou­vé au prin­temps 2017. Fran­çois Cou­ture oc­cupe de­puis le poste de pré­sident-di­rec­teur gé­né­ral de la start-up ali­men­taire Kh­lô­ros, à Qué­bec.

Née en 2010 dans les lo­caux de l’in­cu­ba­teur AG-Bio Centre, à Lé­vis, cette start-up a mis au point la tech­no­lo­gie Fas­tac­tiv, qui uti­lise la mas­ti­ca­tion pour fa­ci­li­ter la li­bé­ra­tion et l’ab­sorp­tion d’agents ac­tifs, de fa­çon ra­pide.

« De­puis l’ar­ri­vée de Fran­çois au sein de l’en­tre­prise, on réa­lise qu’on a per­du au moins deux an­nées de dé­ve­lop­pe­ment », ad­met Joey Thif­fault, co­fon­da­teur de Kh­lô­ros. Grâce aux re­com­man­da­tions de Fran­çois Cou­ture, l’en­tre­prise de Qué­bec vient d’ailleurs d’em­bau­cher un dé­ve­lop­peur des af­faires aux États-Unis pour ai­der la pé­né­tra­tion du pro­duit de l’autre cô­té de la fron­tière.

Se joindre à l’équipe d’une start-up im­plique néan­moins quelques chan­ge­ments dans les mé­thodes de tra­vail, concède le nou­veau PDG de Kh­lô­ros. « J’étais du type cour­riel, je suis main­te­nant pas­sé aux tex­tos. Sans comp­ter que la di­zaine d’em­ployés pré­fèrent com­mu­ni­quer par Ins­ta­gram », in­dique Fran­çois Cou­ture. Tou­jours à l’af­fût des nou­velles tech­no­lo­gies – il af­firme fiè­re­ment avoir 36 ans d’âge so­cial –, cet éco­no­miste a mis au point de­puis une quin­zaine d’an­nées une at­ti­tude pour tra­vailler avec les plus jeunes. « À 40 ans, je me suis re­trou­vé à la tête d’une équipe de 72 in­gé­nieurs dans la ving­taine. Un pro­fes­seur de HEC m’avait dit : "N’es­saie pas d’im­po­ser ton style de ges­tion, mais trouve plu­tôt un pont entre les deux gé­né­ra­tions." Sans ce pré­cieux conseil, je ne se­rais sans doute pas au­jourd’hui à la tête d’une start- up des plus pro­met­teuses de l’in­dus­trie ali­men­taire. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.