Ri­chard Guay

Les Affaires - - News - Ri­chard Guay re­dac­tion­le­saf­faires@tc.tc Chro­ni­queur in­vi­té

Les meilleurs fonds in­di­ciels

Les fonds com­muns de pla­ce­ment en ges­tion ac­tive sont très po­pu­laires. La ges­tion ac­tive né­ces­site beau­coup de re­cherche afin de choi­sir quelles ac­tions ache­ter dans le por­te­feuille et les­quelles évi­ter pour ne pas su­bir de baisses de va­leur. Cette re­cherche tant né­ces­saire a tou­te­fois un coût. Au Ca­na­da, les frais de ges­tion sont éle­vés, s’éta­blis­sant par­fois à plus de 2% par an­née dans les fonds com­muns. L’in­ves­tis­seur comme vous et moi est ga­gnant en ges­tion ac­tive seule­ment lorsque la per­for­mance ad­di- tion­nelle du ges­tion­naire dé­passe les coûts sup­plé­men­taires de la re­cherche.

Avec des frais aus­si éle­vés que 2% par an­née, peu de fonds com­muns en ges­tion ac­tive sont en me­sure de battre à long terme les in­dices bour­siers les plus connus – sur­tout sur le mar­ché bour­sier des États-Unis mais aus­si du Ca­na­da –, se­lon ce qu’ont dé­mon­tré plu­sieurs études. Alors, pour­quoi ne pas in­ves­tir dans un fonds in­di­ciel à peu de frais afin d’ob­te­nir une meilleure per­for­mance à long terme?

C’est le su­jet de la ré­cente re­cherche de Ma­thieu Al­lard1. L’étude cible l’in­ves­tis­seur ayant peu de temps à consa­crer à son por­te­feuille, mais qui vise tout de même à ob­te­nir un ren­de­ment à long terme qui dé­passe ce­lui de la ma­jo­ri­té des ges­tion­naires. Une dé­marche qui peut être ga­gnante, conclut-il.

Il existe ce­pen­dant plu­sieurs fonds in­di­ciels tant au Ca­na­da qu’aux États-Unis. Com­ment s’y re­trou­ver? Est-il pré­fé­rable de choi­sir un fonds com­mun de pla­ce­ment (FCP) in­di­ciel ou plu­tôt un fonds né­go­cié Bourse (FNB) in­di­ciel?

L’étude d’Al­lard porte no­tam­ment sur les fonds qui du­pliquent l’in­dice S&P 500 aux États-Unis. Pour le mar­ché ca­na­dien, les fonds qui re­pro­duisent les in­dices S&P/TSX et le S&P/TSX60 ont été ana­ly­sés.

Aux États-Unis, plu­sieurs fonds com­muns de pla­ce­ment (FCP) ont ré­duit leurs frais au fil des an­nées. Cette réa­li­té fait en sorte que les FCP in­di­ciels et les FNB in­di­ciels ont des frais de ges­tion et des ren­de­ments si­mi­laires à long terme. En fait, le meilleur outil pour ob­te­nir un ren­de­ment très proche de l’in­dice S&P 500 an­née par an­née est un FCP, le Van­guard 500 In­dex Fund ( VFIAX), de Van­guard. Au se­cond rang, nous re­trou­vons un FNB, le Van­guard 500 ETF ( VOO) de la même en­tre­prise. L’une des prin­ci­pales caractéristiques com­munes à ces deux fonds est d’im­po­ser peu de frais à l’in­ves­tis­seur.

Au Ca­na­da, le mar­ché est dif­fé­rent, sur­tout en ce qui concerne les frais. Les FCP ont des frais de ges­tion qui sont gé­né­ra­le­ment plus éle­vés que ceux des FNB. Ain­si, le meilleur ins­tru­ment pour ob­te­nir un ren­de­ment très proche de l’in­dice S&P/TSX est le FNB XIC de la firme Bla­ckRock. Et pour ob­te­nir un ren­de­ment proche de l’in­dice S&P/TSX 60, le meilleur outil est aus­si un FNB, le HXT de la firme Ho­ri­zon, sui­vi de près par un autre FNB, le po­pu­laire XIU de Bla­ckRock.

Ces FNB offrent de bien meilleurs ren­de­ments à long terme que les FCP ca­na­diens. En ef­fet, l’étude dé­montre qu’un in­ves­tis­seur qui place 10 000$ par an dans le FNB XIC au Ca­na­da au­ra vrai­sem­bla­ble­ment ac­cu­mu­lé après 40 ans la somme de 1,7 M$. Pas ba­nal! C’est 200 000$ de plus que son plus proche concur­rent, le FCP in­di­ciel ca­na­dien de la Banque TD, avec 1,5 M$. Plus im­por­tant en­core, par­mi la di­zaine de FCP qui re­pro­duisent l’in­dice ca­na­dien, la moi­tié n’at­tein­dra pas 1,0 M$ après 40 ans. C’est dire que ces fonds ac­cu­mu­le­ront 40% de moins que les in­ves­tis­se­ments dans le XIC! Pour un jeune in­ves­tis­seur avec une pers­pec­tive à long terme, l’im­pact sur la ri­chesse ac­cu­mu­lée est donc très im­por­tant.

Pis en­core, cer­tains FCP in­di­ciels ca­na­diens, no­tam­ment à cause de leurs frais plus éle­vés, at­tein­draient à peine plus de 800 000$. C’est seule­ment la moi­tié de ce que l’in­ves­tis­seur pour­rait ac­cu­mu­ler en in­ves­tis­sant sys­té­ma­ti­que­ment dans le XIC! Il est im­por­tant de sou­li­gner que, pour l’in­ves­tis­seur, des frais de ges­tion de 1% plus éle­vés ne pré­sentent pas une si grande dif­fé­rence à la fin d’une an­née mais, à long terme, l’im­pact sur la ri­chesse ac­cu­mu­lée est im­por­tant.

L’étude conclut que, pour un in­ves­tis­seur ayant une pers­pec­tive à long terme, les FNB in­di­ciels ca­na­diens XIC et XIU de la firme Bla­ckRock ou HXT de la firme Ho­ri­zon sont de très bons choix. Sur 40 ans, ces FNB dé­ga­ge­ront vrai­sem­bla­ble­ment une per­for­mance per­met­tant d’ac­cu­mu­ler des sommes beau­coup plus im­por­tantes que les autres fonds in­di­ciels afin d’at­teindre vos ob­jec­tifs fi­nan­ciers. De plus, la per­for­mance de ces FNB in­di­ciels se­ra su­pé­rieure à la per­for­mance de la ma­jo­ri­té des ges­tion­naires de por­te­feuille pro­fes­sion­nels, après dé­duc­tion de tous les frais de ges­tion.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.