Des femmes pour sau­ver la pla­nète... tech­no

Les Affaires - - News - Alain McKen­na alain.mcken­na@tc.tc mcken C @@ Le suc­cès des pion­nières

Xe­rox Pa­lo Al­to Re­search Cen­ter (PARC), en Ca­li­for­nie, est un lieu culte du monde in­for­ma­tique un peu tom­bé dans l’ou­bli. Mais cette si­tua­tion pour­rait chan­ger. Sa nou­velle di­ri­geante, So­phie Van­de­broek, sou­haite s’at­ta­quer aux plus grands en­jeux pla­né­taires du mo­ment. Et elle compte sur l’ap­pui des femmes pour y ar­ri­ver.

« Il se­rait temps que les femmes prennent leur place dans les nou­velles tech­no­lo­gies, lance-t-elle d’en­trée de jeu. Ça pren­dra leur pas­sion et leur éner­gie si on compte se sor­tir des dé­fis pla­né­taires que re­pré­sentent la pol­lu­tion, la ma­la­die et les res­sources éner­gé­tiques. »

In­gé­nieure élec­trique d’ori­gine belge, Mme Van­de­broek est la pre­mière femme à oc­cu­per le poste de di­rec­trice de la tech­no­lo­gie ( chief tech­no­lo­gy of­fi­cer) chez Xe­rox. Elle est aus­si la prin­ci­pale di­ri­geante de PARC, la so­cié­té qui cha­peaute dé­sor­mais le centre de re­cherche épo­nyme de Pa­lo Al­to et ses sa­tel­lites, dont un la­bo de R-D à Mis­sis­sau­ga, en On­ta­rio. PARC ré­pond tou­jours à Xe­rox, mais aus­si à des clients ex­ternes, des so­cié­tés pri­vées ou des gou­ver­ne­ments.

« Nous sommes le plus im­por­tant centre de re­cherche fon­da­men­tale sur l’éner­gie en Amé­rique, dit-elle. Nous étu­dions aus­si les ob­jets connec­tés, les tech­no­lo­gies mé­di­cales et l’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle. À mon avis, ce sont tous des do­maines de re­cherche où les jeunes femmes, les mil­len­nials, lais­se­ront leur marque. »

Au Qué­bec en 2005, les femmes comp­taient pour 17% des ins­crip­tions dans les pro­grammes d’études à vo­ca­tion tech­no­lo­gique. Dix ans plus tard, ce taux est pas­sé à 20%. Aus­si bien dire que rien n’a chan­gé. Pour­tant, des femmes ayant du suc­cès en tech­no, ça existe. Et leur réus­site est ma­ni­feste. En 2008, 8DTech­no­lo­gies a créé la tech­no­lo­gie der­rière les bornes de sta­tion­ne­ment pu­blic de Mon­tréal. Puis, ce sys­tème a été re­pris par le ser­vice Bixi. 8D Tech­no­lo­gies est au­jourd’hui un des lea­ders mon­diaux des sys­tèmes tran­sac­tion­nels dans le do­maine du trans­port ur­bain, en Amé­rique du Nord, en Eu­rope, jus­qu’en Aus­tra­lie.

Isa­belle Bet­tez, qui a fon­dé l’en­tre­prise, a dû d’abord se dé­faire de l’idée que se lan­cer en af­faires, c’était un truc d’hommes. « Dans ma tête, un en­tre­pre­neur, c’était avant tout un homme qui n’a peur de rien », di­sait-elle lors de la table ronde d’ou­ver­ture de la confé­rence Star­tup Wee­kend Femmes Mon­tréal, qui a eu lieu en juillet.

L’évé­ne­ment vi­sait à in­ci­ter les femmes à faire une pré­sen­ta­tion éclair, en une mi­nute, d’une en­tre­prise tech­no­lo­gique qu’elles sou­hai­te­raient fon­der. Une heure après l’in­ter­ven­tion Mme Bet­tez, 36 pré­sen­ta­tions étaient faites, tour­nant au­tour du ré­seau­tage, de la san­té, du ma­ga­si­nage.

Flai­rant la bonne af­faire, des anges in­ves­tis­seurs étaient pré­sents dans la salle. Ce n’est pas un ha­sard: des chiffres pu­bliés plus tôt cet été par la plateforme de so­cio­fi­nan­ce­ment Kicks­tar­ter in­diquent que les pro­jets pré­sen­tés par des femmes y connaissent plus de suc­cès que ceux des hommes: 65% par rap­port à 30%.

Alors, si l’idée est bonne, si les in­ves­tis­seurs sont in­té­res­sés et si les clients sont au ren­dez-vous, que man­quet-il pour que les femmes prennent leur place dans les tech­nos? Un peu d’au­dace, dit So­phie Van­de­broek. « Les jeunes qui veulent se lan­cer au­jourd’hui doivent re­te­nir une chose: il n’y a pas de mal à être la pre­mière à ac­com­plir quelque chose d’iné­dit. Ça peut se ré­vé­ler dif­fi­cile, mais c’est le seul moyen de chan­ger les choses. »

Et de sau­ver la pla­nète.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.