QUAND STE­VIE WON­DER PRO­FITE DE LA TECH­NO­LO­GIE QUÉ­BÉ­COISE

La ré­pu­ta­tion des en­tre­prises qué­bé­coises ac­tives en tech­no­lo­gies de l’in­for­ma­tion et des com­mu­ni­ca­tions leur per­met de son­ger à des mar­chés où elles n’étaient pas pré­sentes au­pa­ra­vant.

Les Affaires - - Front Page - Re­né Vé­zi­na rene.ve­zi­na@tc.tc Ch­ro­ni­queur | C @@ ve­zi­nar

Au nombre des adeptes de Drum­mon­ville, ou plus pré­ci­sé­ment d’une de ses en­tre­prises, vous pou­vez ajou­ter le nom de Ste­vie Won­der. En ef­fet, cette so­cié­té a éclai­ré sa vie. Aveugle, la su­per­star de la mu­sique pop-mo­town amé­ri­caine bé­né­fi­cie au­jourd’hui des per­cées tech­no­lo­giques réa­li­sées par Hu­man­ware, une PME de Drum­mond­ville re­con­nue mon­dia­le­ment pour ses avan­cées qui pro­fitent aux per­sonnes at­teintes de dé­fi­ciences vi­suelles to­tales ou par­tielles.

Et Ste­vie Won­der en est pro­fon­dé­ment re­con­nais­sant à l’en­tre­prise et à son pré­sident, Gilles Pé­pin.

« J’ai ren­con­tré Ste­vie Won­der il y a 20 ans. C’est un homme au grand coeur que je vois en­core sou­vent ; nous sommes de­meu­rés proches », dit M. Pé­pin. Proches ? « En 2013, nous avons fê­té les 25 ans de l’en­tre­prise, ra­conte Gilles Pé­pin. Ste­vie don­nait un spec­tacle à Qué­bec. Je lui ai de­man­dé s’il pou­vait faire un dé­tour par Drum­mond­ville pour ren­con­trer nos em­ployés et leur illus­trer l’im­pact de leur tra­vail. Il est ve­nu, il a ap­por­té ses ins­tru­ments, il a joué et chan­té avec les gens. Il a même chan­té I Just Cal­led to Say I Love You à ma mère, qui avait 86 ans… Vrai­ment gé­né­reux et re­con­nais­sant. »

M. Pé­pin au­rait pu par­ler de Ray Charles, à l’époque lui aus­si client de Hu­man­ware, et de tant d’autres per­sonnes dont la vie s’est trans­for­mée main­te­nant qu’elles peuvent en­trer plus fa­ci­le­ment en contact avec leur en­vi­ron­ne­ment.

Un des dé­ve­lop­pe­ments clés touche la conver­sion en écri­ture braille des signes di­vers qui ap­pa­raissent sur un écran d’or­di­na­teur : lettres, notes de mu­sique, etc. Du coup, les usa­gers sai­sissent ce qui leur se­rait au­tre­ment in­ac­ces­sible et peuvent in­ter­agir avec un cla­vier lui­même confi­gu­ré en braille.

À l’heure des conver­sa­tions om­ni­pré­sentes en ligne, ima­gi­nez le sen­ti­ment de dé­li­vrance de tous ces gens au­tre­fois confi­nés…

Ce n’est qu’une des his­toires qu’on nous a ra­con­tées lors de Vi­sion pdg, le grand ras­sem­ble­ment an­nuel or­ga­ni­sé par l’As­so­cia­tion qué­bé­coise des tech­no­lo­gies (AQT), dont Gilles Pé­pin, en pas­sant, est le nou­veau pré­sident du conseil.

Cette an­née, quelque 150 pdg d’en­tre­prises ac­tives en tech­no­lo­gies de l’in­for­ma­tion et des com­mu­ni­ca­tions (TIC), très ma­jo­ri­tai­re­ment des PME, se sont re­trou­vés de nou­veau à Mont-Trem­blant pour échan­ger à la fois sur les dé­fis qu’ils doivent re­le­ver et sur leurs bons coups de l’an­née.

L’évé­ne­ment offre aus­si l’oc­ca­sion d’en­tendre des confé­ren­ciers ex­cep­tion­nels, comme Alexandre Taille­fer ou Ni­co­las Du­ver­nois, qui ont tous deux trans­por­té l’au­di­toire par leurs pro­pos tan­tôt ins­pi­rants, tan­tôt pro­vo­ca­teurs. Mais tou­jours dans le même but : si­gna­ler que les oc­ca­sions sont là et que les en­tre­pre­neurs qué­bé­cois ont le droit d’être am­bi­tieux.

Pre­nez Anne-Ma­rie Co­liz­za, pdg de Del­taC­rypt Tech­no­lo­gies, de Pied­mont, dans les Basses-Lau­ren­tides. Son en­tre­prise a beau ne comp­ter que 10 em­ployés, elle sert l’ar­mée ca­na­dienne de­puis 2010 pour pro­té­ger et en­cryp­ter des don­nées hau­te­ment stra­té­giques.

À l’in­té­rieur d’un char d’as­saut, lors­qu’un mi­li­taire veut avoir ac­cès à des ren­sei­gne­ments, il est vi­tal qu’il puisse com­mu­ni­quer de fa­çon sé­cu­ri­taire sans que les en­ne­mis in­ter­ceptent les mes­sages… ce que per­mettent les so­lu­tions mises au point par Del­taC­rypt. Et avec tous les en­jeux liés au pi­ra­tage des don­nées dans les do­maines les plus di­vers, Anne-Ma­rie Co­liz­za en­tre­voit de nou­velles per­cées au-de­là de l’ar­mée et elle pense faire va­loir Del­taC­rypt hors des fron­tières, à com­men­cer par les États-Unis.

Per­cer à l’in­ter­na­tio­nal

C’est dé­jà le cas pour Gi­ro. L’en­tre­prise mont­réa­laise di­ri­gée par Paul Ha­me­lin se fait va­loir aux quatre coins de la pla­nète avec ses sys­tèmes de ges­tion des ho­raires pour le trans­port en com­mun.

Son plus ré­cent contrat lui a été oc­troyé par la ville de Nice après un ap­pel d’offres que ses mé­rites lui ont per­mis de rem­por­ter. Au­pa­ra­vant, il y avait eu, par exemple, Sin­ga­pour, Bruxelles, Syd­ney, Stock­holm, Hong Kong et bien d’autres… Alors que la de­mande mon­diale pour le trans­port col­lec­tif ne cesse d’aug­men­ter, Gi­ro est bien pla­cée pour étendre son rayon­ne­ment.

Et la ré­pu­ta­tion des en­tre­prises qué­bé­coises leur per­met de son­ger à des mar­chés où elles n’étaient pas pré­sentes au­pa­ra­vant.

Alain La­voie, pdg d’Iro­soft et an­cien pré­sident de Tech­no Mon­tréal, me confiait avoir été ap­pro­ché par les di­ri­geants d’un pays afri­cain qui veulent lan­cer un vaste chan­tier nu­mé­rique com­pre­nant té­lé-mé­de­cine, té­lé­en­sei­gne­ment et bien d’autres ser­vices. Tout ce­la de­man­de­rait la mise en place d’un nou­veau ré­seau de câbles op­tiques sur des cen­taines de ki­lo­mètres.

Iro­soft y trou­ve­rait son compte avec ses sys­tèmes de mise à jour nu­mé­rique des lois et des rè­gle­ments, mais elle se­rait ac­com­pa­gnée d’une gamme de par­te­naires qué­bé­cois pour les autres vo­lets. La dé­ci­sion fi­nale de­vrait être ren­due ce prin­temps.

Ce n’est là qu’un échan­tillon de toute l’ani­ma­tion qui émane du mi­lieu des TIC au Qué­bec. Et Ste­vie Won­der en­tend lui-même y par­ti­ci­per.

Il est en train de convaincre le co­fon­da­teur de Mi­cro­soft, Paul Al­len, d’at­tri­buer les mil­lions de dol­lars qui se­ront ré­col­tés à l’oc­ca­sion d’un pro­chain concert à Sin­ga­pour au dé­ve­lop­pe­ment d’un nou­veau pro­duit de Hu­man­ware : une ap­pli­ca­tion mo­bile qui per­met­trait au gens at­teints de dé­fi­ciences vi­suelles d’avoir ac­cès à de l’ in­for­ma­tion de toute na­ture en braille…

Avec de tels al­liés, rien n’est im­pos­sible !

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.