BOM­BAR­DIER À L’HEURE DU PRO­TEC­TION­NISME

Les Affaires - - Front Page - Mar­tin Jo­li­coeur mar­tin.jo­li­coeur@tc.tc

Le fleu­ron qué­bé­cois est dans l’oeil du pro­tec­tion­nisme ces jours-ci, à la fois au Ca­na­da et aux États-Unis.

Au Ca­na­da, mal­gré l’aide ré­cente d’Ot­ta­wa, des in­quié­tudes de­meurent quant à la pos­si­bi­li­té que Bom­bar­dier (Tor., BBD.B) se laisse ten­ter par une stra­té­gie de dé­lo­ca­li­sa­tion gra­duelle d’em­plois d’ici. Des États-Unis émanent d’autres craintes quant aux dif­fé­rents sites de pro­duc­tion de l’en­tre­prise et à la fu­ture po­li­tique libre-échan­giste de la nou­velle ad­mi­nis­tra­tion Trump.

Dans les ta­bleaux qui suivent, nous pré­sen­tons la ré­par­ti­tion dé­mo­gra­phique ac­tuelle de l’ef­fec­tif de Bom­bar­dier, de même que l’ori­gine de ses re­ve­nus. On y re­mar­que­ra que 31 % des ventes de l’en­tre­prise pro­viennent de chez l’Oncle Sam, alors que l’ef­fec­tif amé­ri­cain ne compte, lui, que pour 10 % du to­tal des em­ployés du ma­nu­fac­tu­rier qué­bé­cois.

Est-ce que l’équipe du nou­veau pré­sident amé­ri­cain, en guerre pour le ra­pa­trie­ment d’em­plois, for­ce­ra Bom­bar­dier à re­voir la ré­par­ti­tion de ses ac­ti­vi­tés ? La ques­tion se pose, ad­met le pro­fes­seur Meh­ran Ebra­hi­mi, du Département de ma­na­ge­ment et de tech­no­lo­gie de l’UQAM.

Par contre, l’im­por­tance des ventes aux États-Unis n’est pas le seul cri­tère à consi­dé­rer, aver­tit le pro­fes­seur Ebra­hi­mi. « Air Ca­na­da est un im­por­tant client de Boeing. Et plu­sieurs des ap­pa­reils pro­duits par Bom­bar­dier contiennent plus de 20 % de conte­nus fa­bri­qués aux États-Unis par des four­nis­seurs amé­ri­cains. Dans les cir­cons­tances, rien n’est cer­tain. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.