QUOI ? VOUS AVEZ EN­CORE UNE TA­BLETTE ?

Les Affaires - - Front Page - Oli­vier Schmouker oli­vier.schmouker@tc.tc Chro­ni­queur | C @OSch­mou­ker

Je dois vous faire une con­fi­dence... Le jour où mon em­ployeur a dis­tri­bué à cha­cun un iPad tout beau tout neuf pour mieux tra­vailler, j’ai dit mer­ci et je n’ai pas pu m’em­pê­cher de... rou­gir ! C’est qu’une in­ter­ro­ga­tion gê­nante me brû­lait les lèvres : « À quoi va bien pou­voir me ser­vir ce truc-là ? Moi, j’écris, et il est clair qu’une ta­blette nu­mé­rique n’est pas faite pour ça », ai-je son­gé très fort. En­suite, chaque fois que je le voyais, je me di­sais que j’étais sû­re­ment une ano­ma­lie.

Or, ma culpabilité se­crète s’est en­vo­lée d’un coup ces der­niers jours. En ef­fet, plu­sieurs études ré­centes mettent en évi­dence que les ta­blettes sont en dé­clin sur le plan com­mer­cial de­puis 2013 et qu’elles sont prises dans une « spi­rale in­fer­nale » telle que nombre d’ex­perts se de­mandent au­jourd’hui si leur fin n’est pas proche.

Le der­nier tri­mestre de 2016 a vu les ventes mon­diales de ta­blettes chu­ter de 20 % en un an, à près de 53 mil­lions d’uni­tés, en dé­pit de la pé­riode a prio­ri por­teuse de Noël ; ce­la cor­res­pon­dait au neu­vième tri­mestre de baisse consé­cu­tif, se­lon le ca­bi­net-conseil amé­ri­cain IDC. À l’échelle de l’an­née, les ventes ont re­cu­lé de 16% par rap­port à 2015, à près de 175 mil­lions d’uni­tés.

Le lea­der Apple, qui dé­tient 24 % des parts du mar­ché pla­né­taire des ta­blettes, est frap­pé de plein fouet par le phé­no­mène. Au der­nier tri­mestre de 2016, ses ventes mon­diales d’iPad ont dé­grin­go­lé de 19 % en un an, tou­jours se­lon IDC. La firme de Cu­per­ti­no mi­sait beau­coup sur son tout nou­veau iPad Pro, mais ce­lui-ci n’a re­pré­sen­té que 10 % de ses ventes de ta­blettes.

« La spi­rale est in­fer­nale : la crois­sance fu­ture ne peut plus sur­ve­nir que dans cer­tains mar­chés émer­gents, comme le Moyen-Orient et l’Afrique, des mar­chés où les marges sont in­fimes. Par­tout ailleurs, c’est le dé­clin », dit Ryan Reith, vice-pré­sident, ana­lyse des ser­vices mo­biles d’IDC.

De la même fa­çon, les rap­ports tech­no­lo­giques du ca­bi­net d’études amé­ri­cain NPD Group mettent en évi­dence que les ventes mon­diales de ta­blettes ont dé­grin­go­lé de 30 % de­puis la fin de 2013, époque où la ta­blette était au som­met de sa gloire. « Un chiffre qui se­rait consi­dé­ra­ble­ment plus éle­vé si on ex­cluait la ta­blette Fire d’Ama­zon, qui a connu des ventes pro­di­gieuses ces der­niers temps [+ 99 % au der­nier tri­mestre de 2016] », sou­ligne Ste­phen Ba­ker, vice-pré­sident et ana­lyste de NPD Group.

Un gad­get qui ne sert à rien (ou presque)

Comment ex­pli­quer un tel désa­mour, alors qu’au dé­but des an­nées 2010 tout le monde mou­rait d’en­vie de ser­rer contre son coeur une ta­blette nu­mé­rique ? Les rai­sons sont mul­tiples, d’après une étude de De­loitte :

> Concur­rence. Les cel­lu­laires ont gran­di d’en moyenne 40 % par rap­port à 2010 et les or­di­na­teurs por­tables se sont al­lé­gés d’en moyenne 22 % sur la même pé­riode. Ces ap­pa­reils sont ain­si en­trés en concur­rence di­recte avec les ta­blettes.

> Dé­lais­se­ment. Les pa­rents font jouer leurs en­fants sur une ta­blette, ce qui les ra­vit, mais ceux-ci la lâchent à tout ja­mais à l’ado­les­cence, dès qu’ils ont leur propre cel­lu­laire.

> Ob­so­les­cence. De­loitte a de­man­dé à 30 000 per­sonnes du monde en­tier d’in­di­quer quels gad­gets élec­tro­niques elles pré­fé­raient uti­li­ser pour une quin­zaine d’ac­ti­vi­tés dif­fé­rentes (ex. : re­gar­der un film, na­vi­guer sur le Web, faire un achat en ligne, etc.). Ré­sul­tat ? La ta­blette n’ap­pa­raît ja­mais dans le top 3 des ac­ti­vi­tés en ques­tion ! Elle fi­gure presque tou­jours en qua­trième place, ce qui si­gni­fie que les gens, en vé­ri­té, se servent de leur ta­blette... par dé­faut.

« La grave ca­rence des ta­blettes, c’est qu’elles ne sont né­ces­saires à au­cune ac­ti­vi­té courante. Et ce, toutes ac­ti­vi­tés et ca­té­go­ries dé­mo­gra­phiques confon­dues, à deux ex­cep­tions près au Ca­na­da, à sa­voir le jeu en ligne pour les femmes ain­si que pour les 45 ans et plus [la ta­blette ar­rive en deuxième place dans ces deux ca­té­go­ries­là] », dit Dun­can Ste­wart, di­rec­teur de la re­cherche, tech­no­lo­gies, mé­dias et té­lé­com­mu­ni­ca­tions de De­loitte Ca­na­da.

Il ajoute : « Nos pré­vi­sions pour 2017 in­diquent que les ventes mon­diales de ta­blettes connaî­tront un re­cul de 10 %, ce qui confir­me­ra qu’elles ont connu leur apo­gée il y a belle lu­rette », dit-il.

Bref, les ta­blettes ne nous servent à rien (ou presque). Ce qui, certes, me ras­sure : fiou, je ne suis pas l’ano­ma­lie que je croyais être ! Mais ce qui, sur­tout, m’in­quiète pour ma pro­fes­sion : quel ave­nir es­pé­rer pour les mé­dias im­pri­més, qui ont tous for­te­ment mi­sé sur une ap­pli­ca­tion pour ta­blettes, et a for­tio­ri pour La Presse, qui a ain­si joué à quitte ou double ? Rien que d’y pen­ser, j’en ai froid dans le dos...

Le der­nier tri­mestre de 2016 a vu les ventes mon­diales de ta­blettes chu­ter de 20 % en un an, à près de 53 mil­lions d’uni­tés, en dé­pit de la pé­riode a prio­ri por­teuse de Noël.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.