Me­dia­grif croit qu’Or­ckes­tra se­ra un point tour­nant pour sa crois­sance

Les Affaires - - Sommaire - Do­mi­nique Beau­champ do­mi­nique.beau­champ@tc.tc C @@ beau­champ_­dom

Après plu­sieurs tri­mestres dé­ce­vants et une re­chute de 29% de l’ac­tion, le grand pa­tron de Me­dia­grif (MDF, 13,57$) re­con­naît que le « far­deau » de fouet­ter la per­for­mance lui re­vient. Les re­ve­nus du pro­prié­taire de LesPAC, de Job­boom et d’une poi­gnée de cy­ber­mar­chés spé­cia­li­sés ont re­cu­lé pour un troi­sième tri­mestre d’af­fi­lée, de 4,7%, sans l’ef­fet des ac­qui­si­tions, lors des trois mois ter­mi­nés le 30 juin.

La marge d’ex­ploi­ta­tion a aus­si bais­sé de 37 à 32 % et le bé­né­fice net a re­cu­lé de 36%, à 0,25 $ par ac­tion.

Claude Roy, qui dé­tient 24% des ac­tions de Tech­no­lo­gies In­ter­ac­tives Me­dia­grif, en­tend bien re­le­ver le dé­fi. Il a d’ailleurs fer­mé la porte il y a un an à la vente de l’en­tre­prise de Lon­gueuil.

L’en­tre­pre­neur de 70 ans est convain­cu d’avoir sai­si une « oc­ca­sion en or » avec le four­nis­seur de so­lu­tions de com­merce nu­mé­rique en dif­fi­cul­té Or­ckes­tra, ac­quis en juin pour un « bon prix » de 3,5 mil­lions de dol­lars (M$), in­cluant les primes de ré­ten­tion et cer­taines sommes dues aux four­nis­seurs.

Le mo­ment de cet achat est par­ti­cu­liè­re­ment op­por­tun puisque le sen­ti­ment d’ur- gence d’une foule d’en­tre­prises, pe­tites et grandes, a grim­pé d’un cran à la vue des as­sauts d’Ama­zon (AMZN, 942,80 $ US), dit-il.

« La beau­té de l’af­faire est que les re­ve­nus de li­cences aug­mentent en fonc­tion des vo­lumes », évoque le di­ri­geant.

Le po­ten­tiel re­pose sur l’offre d’ou­tils nu­mé­riques ad­di­tion­nels aux clients exis­tants, comme So­beys, Car­re­four ou Stan­ley Black & De­cker.

« L’es­sence de leur ap­pli­ca­tion in­fo­nua­gique est per­for­mante. Nous avons dé­jà mis de l’ordre dans cer­taines dé­penses. En même temps, nous re­cons­ti­tuons l’équipe qui avait quit­té le na­vire pen­dant ses dif­fi­cul­tés », ex­plique l’homme d’af­faires.

Me­dia­grif ra­pa­trie aus­si les ser­vices en conti­nu qu’Or­ckes­tra avait confié à des tiers « parce que c’est une fonc­tion ca­pi­tale pour res­ter près des clients », sou­tient M. Roy.

L’em­bauche d’une quin­zaine de ges­tion­naires de pro­jet, d’ana­lystes d’af­faires et de dé­ve­lop­peurs re­pous­se­ra à l’an pro­chain la ren­ta­bi­li­té d’Or­ckes­tra. Avec des re­ve­nus d’en­vi­ron 4M$, ses pertes de­vraient s’éle­ver à 0,5 M$ en 2018.

« Nous in­ves­tis­sons dans un nou­veau vec­teur qui peut of­frir une crois­sance in­terne de l’ordre de 10% », avance-t-il.

Ex­ploi­ter le fi­lon de l’IA Pour ra­vi­ver sa crois­sance, M. Roy court plu­sieurs lièvres à la fois. La clé de son mo­dèle d’af­faires consiste à of­frir plus de ser­vices et d’ou­tils aux clients exis­tants et à faire pas­ser les re­ve­nus ré­cur­rents de 64 à 70% du chiffre d’af­faires.

Le PDG est donc al­lé cher­cher du ren­fort en re­cru­tant un col­la­bo­ra­teur de la pre­mière heure chez Lo­gi­bec, le four­nis­seur de lo­gi­ciels de la san­té qu’il a ven­du en 2010 à la Caisse de re­traite des em­ployés mu­ni­ci­paux de l’On­ta­rio.

Syl­vain Tru­deau dé­bu­te­ra chez Me­dia­grif le 3 oc­tobre et épau­le­ra Ca­mil Rous­seau, vice-pré­sident, re­cherche et dé­ve­lop­pe­ment.

« M. Tru­deau est l’homme de la si­tua­tion. Il maî­trise au­tant l’en­vi­ron­ne­ment des lo­gi­ciels que la mé­thode de ges­tion de pro­jet Agile. Il est aus­si un ai­mant à ta­lents et fait gran­dir les gens au­tour de lui », in­dique M. Roy. Me­dia­grif s’or­ga­nise pour of­frir gra­duel­le­ment de l’in­tel­li­gence d’af­faires à ses clients et mo­né­ti­ser les don­nées les plus per­ti­nentes de ses di­vers cy­ber­mar­chés, à long terme. « Mon rôle est d’orien­ter notre groupe vers des do­maines pro­met­teurs sans y en­glou­tir des mil­lions », ex­plique le PDG. D’où la dé­ci­sion de re­cru­ter une ex­perte en in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle au con­seil d’ad­mi­nis­tra­tion. Celle-ci ai­de­ra le co­mi­té de re­cherche et de dé­ve­lop­pe­ment à di­ri­ger au bon en­droit les dé­penses ini­tiales de 1M$ pré­vues pour l’ex­trac­tion de don­nées, en 2018-2019.

« Cette per­sonne ne se­ra ni em­ployée ni consul­tante, mais elle se­ra ré­mu­né­rée en tant qu’ad­mi­nis­tra­trice et au­ra éven­tuel­le­ment des ac­tions », a ré­vé­lé le di­ri­geant.

Sa mis­sion de l’au­tomne: éta­blir les­quelles des dif­fé­rentes pla­te­formes de Me­dia­grif (Or­ckes­tra, In­terT­rade, LesPAC-Job­boom et Merx-BidNet) se prêtent le mieux à l’ex­trac­tion de don­nées.

« On en est aux bal­bu­tie­ments, mais M. Tru­deau a dé­jà ren­con­tré les em­ployés clés d’Or­ckes­tra et du four­nis­seur de so­lu­tions de ges­tion de la chaîne d’ap­pro­vi­sion­ne­ment In­terT­rade pour cer­ner le po­ten­tiel d’ar­ri­mage entre deux pla­te­formes », ajoute M. Roy.

In­terT­rade fa­ci­lite l’échange de do­cu­ments entre les en­tre­prises et leurs four­nis­seurs. Ses clients in­cluent les dé­taillants Nei­man Mar­cus, DSW et Nord­strom, mais aus­si BRP et le dis­tri­bu­teur de mé­di­ca­ments McKes­son.

LesPAC et Job­boom en mode re­lance

Les sites grand pu­blic LesPAC et Job­boom évo­luent aus­si pour ten­ter d’en­rayer le dé­clin de leurs re­ve­nus. Gra­tuit de­puis le 1er­mars, le site de pe­tites an­nonces LesPAC est en voie de ré­cu­pé­rer les re­ve­nus de 300000$ par mois qu’il perd de­puis qu’il n’im­pose plus un ta­rif de 4,95$ par an­nonce.

De­puis l’éli­mi­na­tion de ce ta­rif, le nombre d’an­nonces a aug­men­té de 170%, et le bas­sin de ven­deurs dis­po­sés à payer 10$ pour un po­si­tion­ne­ment pré­fé­ren­tiel s’est élar­gi. Il ne faut pas ou­blier non plus les re­ve­nus as­so­ciés à Google AdSense, ex­plique M. Roy. Ac­quis pour 72,5M$ en 2011, LesPAC a aus­si ré­cem­ment ajou­té la vente en bloc de co­pro­prié­tés à son offre.

Quant au site d’offres d’em­ploi Job­boom, il a plus de mal à concur­ren­cer l’offre « ag­gres­sive » de Jo­billi­co. Ce­pen­dant, M. Roy a bon es­poir que la mise à ni­veau de la ges­tion des an­nonces et des fiches d’em­ploi, l’ajout d’une quin­zaine de fonc­tion­na­li­tés et l’aug­men­ta­tion de cer­tains ta­rifs aux grands don­neurs d’ordre, de­puis neuf mois, re­dres­se­ront la si­tua­tion.

« La fré­quen­ta­tion a bais­sé, mais le site reste tou­jours bien ren­table », pré­cise le PDG.

Les coûts de nou­velles cam­pagnes de mar­ke­ting de LesPAC et Job­boom ont aus­si contri­bué à ré­duire les marges du pre­mier tri­mestre dé­voi­lé en août. la

On n’au­ra ja­mais la crois­sance dé­bri­dée d’un Sho­pi­fy, mais nos marges de plus de 30 % sont plus qu’en­viables. – Claude Roy, PDG de Me­dia­grif

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.