La vi­gou­reuse fi­lière éo­lienne de Gas­pé

Les Affaires - - Focus - Fo­cus Re­né Vé­zi­na rene.ve­zi­na@tc.tc Chro­ni­queur | ve­zi­nar

Les deux s’ap­pellent Bou­lay, cha­cun di­rige une en­tre­prise dans le parc in­dus­triel des Au­gus­tines, à Gas­pé, les deux sont en­ga­gés dans l’im­por­tante fi­lière éo­lienne qui a contri­bué à la re­lance de l’éco­no­mie lo­cale, leurs mar­chés sont en ex­pan­sion … et ils sont pe­tits-cou­sins. Qui plus est, tous deux tra­vaillent à di­ver­si­fier leurs mar­chés. Al­lez trou­ver plus belle proxi­mi­té !

C’est la na­ture et la taille de leur en­tre­prise qui les dif­fé­ren­cient, même s’ils évo­luent gros­so mo­do dans le même cré­neau. Le Groupe Oh­mé­ga, que pré­side Mar­tin Bou­lay, est une PME de 60 em­ployés qui s’est d’abord fait connaître comme contrac­teur en élec­tri­ci­té com­mer­ciale, avant de se tour­ner vers l’au­to­ma­ti­sa­tion et la té­lé­mé­trie. Sa tech­no­lo­gie lui per­met aujourd’hui de re­cueillir, à dis­tance, quelque 2 000 don­nées à la se­conde pour vé­ri­fier l’état d’une éo­lienne et l’environnement dans le­quel elle évo­lue.

À cô­té, le vaste com­plexe de LM Wind Po­wer fait fi­gure de géant. L’usine est di­ri­gée par Alexandre Bou­lay. Au­tre­fois pro­prié­té d’une société da­noise, LM Wind Po­wer s’est fait ra­che­ter ses 15 usines de pales d’éo­liennes en oc­tobre 2016 par la di­vi­sion Éner­gie re­nou­ve­lable de GE, une tran­sac­tion de 1,5 mil­liard de dol­lars. GE était dé­jà le prin­ci­pal client de l’usine de Gas­pé, qui a en­suite connu une ful­gu­rante crois­sance : de 178 em­ployés en août 2016, elle est pas­sée à 480 à la fin de sep­tembre. On a dû re­cru­ter 300 per­sonnes en 14 mois, et l’em­bauche n’est pas ter­mi­née ! Avec l’usine de Bom­bar­dier à La Po­ca­tière, c’est la plus im­po­sante du Bas-Saint-Laurent et de la Gas­pé­sie.

Gé­rer l’éo­lienne du Nu­na­vik à par­tir de Gas­pé

L’édi­fice du Groupe Oh­mé­ga, à Gas­pé, com­porte un centre de com­mandes équi­pé de mul­tiples écrans qui trans­mettent en temps réel de l’in­for­ma­tion sur tous les parcs que sur­veille l’en­tre­prise. « Chaque pro­prié­taire a ses exi­gences, dit Mar­tin Bou­lay, et nous y ré­pon­dons sur me­sure. » Vi­tesse du vent, tem­pé­ra­ture, pro­duc­tion d’éner­gie, at­tente ou ac­ti­vi­té… En tout, 394 éo­liennes sont dans la mire du centre de com­mandes, 24 heures par jour, 365 jours par an­née. « Nos sys­tèmes sont de­ve­nus la ré­fé­rence au Ca­na­da » ajoute-t-il, en me mon­trant le mo­ni­teur qui veille sur l’ex­cep­tion­nelle éo­lienne mise en place par la mine Ra­glan et la société Tu­gliq, au Nu­na­vik, près de 3 000 km au nord de Gas­pé !

In­gé­nieur en élec­tri­ci­té, Mar­tin Bou­lay a re­joint Oh­mé­ga en 2005 et y a fon­dé la di­vi­sion d’au­to­ma­ti­sa­tion et d’in­for­ma­tique in­dus­trielle avant d’en de­ve­nir ac­tion­naire, et de fil en ai­guille, pré­sident en avril 2015. Le lien avec les parcs éo­liens était tout na­tu­rel, puisque le fon­da­teur de l’en­tre­prise, Évan­gé­liste Bour­dages, per­son­nage ré­pu­té dans la ré­gion, a lui-même fon­dé le Tech­no­centre éo­lien de Gas­pé, l’or­ga­nisme qui fait au­to­ri­té en la ma­tière.

Aujourd’hui, 20 % des re­ve­nus du Groupe Oh­mé­ga pro­viennent de l’ex­té­rieur du Qué­bec, d’abord de l’On­ta­rio, puis de la Co­lom­bie Bri­tan­nique et de l’Al­ber­ta, où on tra­vaille à un autre concept : une ferme de cap­teurs so­laires. « Si un pan­neau est dé­fec­tueux, nous pou­vons le re­pé­rer et si­gna­ler qu’il faut l’en­tre­te­nir », dit M. Bou­lay.

L’en­tre­prise se sent main­te­nant as­sez sûre d’elle pour convoi­ter des mar­chés ex­té­rieurs, aux États-Unis, mais aus­si au Mexique, au Bré­sil et ailleurs. On es­père voir en­trer pro­chai­ne­ment en fonc­tion un di­rec­teur du dé­ve­lop­pe­ment des af­faires. Aujourd’hui, le vent de Gas­pé ; demain, ce­lui du monde !

LM Wind Po­wer en mode re­cru­te­ment

Trois cents mètres, l’équi­valent de trois ter­rains de football : c’est la lon­gueur des pales que pro­duit l’usine gas­pé­sienne de LM Wind Po­wer pour les grandes éo­liennes qui gé­nèrent jus­qu’à 4 MW d’élec­tri­ci­té.

Im­por­tance des mar­chés ex­té­rieurs ? Et comment ! Pour l’ins­tant, toute la pro­duc­tion de la vaste usine de Gas­pé part vers le Texas, d’abord par convoi rou­tier sé­cu­ri­sé vers la baie des Cha­leurs, puis par train à par­tir de New Rich­mond… parce que le train, faute de voies en bon état, ne se rend pas plus loin, un grand en­jeu en Gas­pé­sie.

L’usine di­ri­gée par Alexandre Bou­lay, tou­jours en re­cru­te­ment de per­son­nel, est clas­sée par­mi les pre­mières en ma­tière de pro­duc­ti­vi­té dans cet en­semble main­te­nant membre de la mul­ti­na­tio­nale GE.

« À l’époque, dit-il, notre car­net de com­mandes était plein juste avec ce qui nous ar­ri­vait du Qué­bec, mais dès 2016, le mar­ché amé­ri­cain s’est im­po­sé et il a fal­lu ti­rer le maxi­mum de nos ins­tal­la­tions. »

Elles n’ont ces­sé de s’ac­croître, tout comme la re­cherche de per­son­nel au Qué­bec. Pour re­cru­ter, le di­rec­teur des res­sources hu­maines, Marc Fre­nette, a mis en place toutes sortes de stra­té­gies mi­sant entre autres sur les ré­seaux so­ciaux et les té­moi­gnages d’em­ployés sa­tis­faits. Le pre­mier mi­nistre Phi­lippe Couillard vient d’ailleurs de lui re­mettre le tro­phée Créa­teur d’em­plois pour la ré­gion de la Gas­pé­sie–Îles-de-la Ma­de­leine, ré­com­pense que M. Fre­nette a ac­cep­té au nom de l’en­tre­prise.

Il faut voir la mi­nu­tie avec la­quelle ces im­menses pales sont mou­lées, à par­tir de ma­té­riaux com­po­sites, grâce à un mé­lange d’in­ter­ven­tions hu­maines et d’au­to­ma­ti­sa­tion, sui­vant une tech­no­lo­gie mise au point à Gas­pé. Un triomphe d’in­gé­nie­rie.

Le mou­ve­ment pro­tec­tion­niste aux États-Unis pour­rait être in­quié­tant pour l’en­tre­prise, mais, quand vous faites par­tie de la grande fa­mille de GE, vous avez au moins un point en votre fa­veur : « LM Wind Po­wer est consi­dé­rée comme une en­ti­té in­dé­pen­dante. Nous avons conser­vé notre nom », dit Alexandre Bou­lay, qui pré­fère re­gar­der en avant, comme pour ces pro­jets off­shore qui au­ront be­soin de pales pour leurs hy­dro­liennes. Il re­crute en­core et rap­pelle que, ma­té­riaux com­po­sites mis à part, sa pre­mière res­source, c’est son per­son­nel !

la

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.