Bom­bar­dier : constat d’échec et bonne dé­ci­sion

TFI In­ter­na­tio­nal In­ner­gex

Les Affaires - - Chronique - Chro­nique

La dé­ci­sion de Bom­bar­dier de cé­der 50,01% de la C-Se­ries à Air­bus a été for­te­ment mé­dia­ti­sée. Cer­tains ont vu dans cette dé­ci­sion un « dur constat d’échec » alors que d’autres ont plu­tôt ap­plau­di une tran­sac­tion « lar­ge­ment po­si­tive ». Comment s’y re­trou­ver? Un dur constat d’échec sur le pas­sé Bom­bar­dier a in­ves­ti 7 mil­liards de dol­lars au fil des an­nées pour dé­ve­lop­per la C-Se­ries. Une fa­çon d’éva­luer si l’in­ves­tis­se­ment a été ren­table est de va­li­der si le prix de vente est su­pé­rieur à l’in­ves­tis­se­ment. Pas de doute. « Vendre » à Air­bus 50,01% d’un in­ves­tis­se­ment de 7 G$ au prix de 0$ est sans équi­voque un dur constat d’échec.

Sous un angle dif­fé­rent, si Bom­bar­dier avait plu­tôt in­ves­ti ces 7 G$ dans le ra­chat de ses ac­tions, ou tout sim­ple­ment dans l’in­dice de la Bourse de To­ron­to, le prix de son titre se­rait aujourd’hui au moins 100% su­pé­rieur à son cours ac­tuel de 2,78$. De plus, ce­la au­rait re­pré­sen­té beau­coup moins d’ef­forts et de risques pour l’en­tre­prise.

Par son com­por­te­ment, le mar­ché fi­nan­cier est aus­si d’avis qu’il s’agit d’un ver­dict d’échec. La hausse du prix de Bom­bar­dier en Bourse à la suite de la « vente » de la C-Se­ries en té­moigne. Le mar­ché se trouve à dire que la va­leur de l’avion­neur aug­mente puisque c’est main­te­nant Air­bus qui contrôle l’ave­nir du pro­jet. « La C-Se­ries n’était pas entre bonnes mains avec Bom­bar­dier. Il me­na­çait de de­ve­nir un si­phon fi­nan­cier pour l’en­tre­prise. La va­leur de Bom­bar­dier peut main­te­nant aug­men­ter puisque c’est Air­bus qui contrôle le pro­jet », nous dit-il en quelque sorte. Une tran­sac­tion po­si­tive pour le fu­tur Constat d’échec oui, mais peut-on ren­ver­ser les choses? On ne peut pas chan­ger le pas­sé, l’in­ves­tis­se­ment de 7 G$ a été fait et ne se­ra pro­ba­ble­ment ja­mais ren­ta­bi­li­sé adé­qua­te­ment. Reste que l’on peut ten­ter de li­mi­ter les pertes et maxi­mi­ser le po­ten­tiel fu­tur. C’est ici que la tran­sac­tion avec Air­bus est « lar­ge­ment po­si­tive ».

De­vant le pro­tec­tion­nisme et l’in­juste dé­cla­ra­tion d’hos­ti­li­té de Boeing aux États-Unis, il de­ve­nait presque im­pos­sible pour l’en­tre­prise de ren­ta­bi­li­ser la C-Se­ries. En cé­dant à Air­bus 50,01% du pro­gramme, Bom­bar­dier voit fondre de moi­tié sa part des bé­né­fices fu­turs de la société en com­man­dite. C’est tou­te­fois la bonne dé­ci­sion. Il vaut mieux dé­te­nir 31% d’un pro­gramme éva­lué à 4 G$ US (Bom­bar­dier avec Air­bus) que d’avoir 62% d’un pro­gramme éva­lué à 0$ (Bom­bar­dier sans Air­bus). Ce qu’amène le par­te­na­riat La force de vente d’Air­bus aug­mente sub­stan­tiel­le­ment le po­ten­tiel de bé­né­fice fu­tur lié à la C-Se­ries. De plus, le risque est en baisse, grâce à l’ex­per­tise tech­nique chez Air­bus et à la pos­si­bi­li­té de cons­truire une usine d’as­sem­blage en Ala­ba­ma. Cette usine per­met­tra no­tam­ment d’évi­ter les ta­rifs exor­bi­tants im­po­sés par l’ad­mi­nis­tra­tion Trump sur l’ap­pa­reil.

Un autre avan­tage de la tran­sac­tion est de per­mettre à la di­rec­tion de Bom­bar­dier de concen­trer ses ef­forts à bo­ni­fier ses ac­ti­vi­tés les plus ren­tables. Sou­vent, les dos­siers dif­fi­ciles mo­no­po­lisent une por­tion dis­pro­por­tion­née du temps et de l’éner­gie de la di­rec­tion d’une en­tre­prise. Tel était pro­ba­ble­ment le cas chez Bom­bar­dier. La va­leur de Bom­bar­dier Cer­tains ana­lystes éva­luent l’ac­tion de Bom­bar­dier en at­tri­buant car­ré­ment une va­leur de 0$ à la C-Se­ries. Ils croient tou­te­fois aus­si jus­te­ment que le temps sup­plé­men­taire qu’au­ra la di­rec­tion pour ses autres di­vi­sions fe­ra gon­fler leur va­leur.

C’est no­tam­ment ce que pro­posent les ana­lystes de la Banque Na­tio­nale et de la Banque Sco­tia. Leur conclu­sion est que la va­leur de Bom­bar­dier de­vrait pro­chai­ne­ment se si­tuer au­tour de 3,50$-3,75$ l’ac­tion. Et les éven­tuels bé­né­fices liés à l’en­tente avec Air­bus, di­rez-vous? Les deux firmes croient qu’elle pour­rait éven­tuel­le­ment ajou­ter, sur un ho­ri­zon à moyen terme, entre 30¢ à 50¢ à l’ac­tion. Un scé­na­rio somme toute conforme à ce­lui qu’an­ti­cipe BMO Mar­chés des ca­pi­taux, qui croit, de son cô­té, que la ren­ta­bi­li­té du par­te­na­riat avec Air­bus pour­rait per­mettre à Bom­bar­dier de tou­cher les 5$ en 2020. Conclu­sion? Le dé­ve­lop­pe­ment et le lan­ce­ment de la CSe­ries a été un échec. Ce­pen­dant, à 2,78$ l’ac­tion et grâce au par­te­na­riat avec Air­bus, c’est un in­ves­tis­se­ment in­té­res­sant. Et moins ris­qué qu’avant.

Le mar­ché se de­mande ce qui ar­ri­ve­ra quand Ama­zon au­ra une offre cré­dible dans les pro­duits clefs de Ca­na­dian Tire, constate Pe­ter Sk­lar, BMO Mar­chés des ca­pi­taux. C’est dé­jà le cas et les ventes com­pa­rables du dé­taillant ré­sistent, constate l’ana­lyste. L’em­pla­ce­ment des éta­blis­se­ments et un ro­buste pro­gramme de marque pri­vée sont à la source de cette ré­si­lience. M. Sk­lar re­nou­velle une re­com­man­da­tion « sur­per­for­mance ». La cible est à 182 $. La tra­jec­toire des ré­sul­tats peut-elle s’amé­lio­rer dans les pro­chains tri­mestres, se de­mande James Ed­wardes Jones, de RBC Mar­chés des ca­pi­taux. Il fau­drait voir s’il y a des preuves d’une amé­lio­ra­tion aux États-Unis, si la crois­sance des marques d’en­ver­gure mon­diale peut contre­ba­lan­cer les dé­fis ailleurs et si AB InBev peut sti­mu­ler la crois­sance in­terne. Aux trois points, l’ana­lyste ré­pond par la né­ga­tive. Il ré­itère une re­com­man­da­tion « sous-per­for­mance ». Bent­ley Cross, de Va­leurs mo­bi­lières TD, es­time que le ré­cent re­dres­se­ment du titre le place dans une si­tua­tion où l’équa­tion risque/ren­de­ment n’est pas fa­vo­rable. L’ana­lyste croit que les ré­sul­tats fi­nan­ciers conti­nue­ront pro­ba­ble­ment de se dé­té­rio­rer, ce qui li­mi­te­ra sa ca­pa­ci­té à rem­bour­ser ses em­prunts, mal­gré le re­fi­nan­ce­ment de la dette à long terme. Va­leurs mo­bi­lières TD abaisse sa re­com­man­da­tion à « ré­duire » . La cible est main­te­nue à 7 $. L’an­née 2018 pour­rait être l’an­née creuse pour les marges de l’avion­neur bré­si­lien, croit Tu­ran Quet­ta­wa­la, de Banque Sco­tia. Leur re­mon­tée pour­rait prendre du temps et un re­dres­se­ment si­gni­fi­ca­tif pour­rait ne pas sur­ve­nir avant 2020, pré­vient l’ana­lyste. Ce­pen­dant, à 7,8 fois le bé­né­fice avant in­té­rêts, im­pôts et amor­tis­se­ment (BAIIA) qu’il an­ti­cipe pour 2018, le titre est peu cher, dit M. Quet­ta­wa­la. Il ré­itère une re­com­man­da­tion « per­for­mance de sec­teur ». La cible est à 21,50 $ US.

Air Ca­na­da AC Ali­men­ta­tion Couche Tard ATD.B Banque Lau­ren­tienne LB Banque Na­tio­nale NA BCE BCE Bom­bar­dier BBD,B Bo­ra­lex BLX BRP DOO CAE CAE Cas­cades CAS CGI (Groupe) GIB.A CN CNR COGECO CGO Cogeco Com­mu­ni­ca­tions CCA Co­mi­nar CUF.UN Dol­la­ra­ma DOL Dom­tar UFS Do­rel (Les In­dus­tries) DII.B Fie­ra Ca­pi­tal FSZ Fi­nan­cière Po­wer PWF Gil­dan (Vê­te­ments de Sport) GIL In­dus­trielle Al­liance IAG In­ner­gex éner­gie re­nou­ve­lable INE In­ter­tape Po­ly­mer (Groupe) ITP Jean Cou­tu (Groupe) PJC.A Knight The­ra­peu­tics GUD Las­sonde (Les In­dus­tries) LAS.A Me­tro MRU Mines Rich­mont RIC Mol­son Coors Ca­na­da TPX.B MTY (Groupe) MTY Po­wer Cor­po­ra­tion du Ca­na­da POW Pro­duits fo­res­tiers Ré­so­lu RFP ProMe­tic Sciences de la Vie PLI Que­be­cor QBR,B Quin­caille­rie Ri­che­lieu RCH Re­de­vances Au­ri­fères Osis­ko OR Ro­gers Su­gar RSI Sa­pu­to SAP Se­ma­fo SMF Sen­vest Ca­pi­tal SEC Snc-La­va­lin (Groupe) SNC Stars (Groupe) [anc. Amaya Ga­ming] TSGI Stel­la-Jones SJ TFI In­ter­na­tio­nal TFII Trans­con­ti­nen­tal TCL.A Uni Se­lect UNS Va­leant Phar­ma­ceu­ti­cals VRX Va­le­ner VNR WSP Glo­bal WSP 6 796,74 24,89 35 328,49 61,99 2 321,09 59,75 21 562,30 63,15 54 548,45 60,58 7 038,06 3,13 1 719,44 22,67 4 971,14 44,08 6 215,21 23,10 1 459,62 15,41 17 843,56 67,99 76 710,88 102,44 1 236,99 84,08 4 488,61 90,67 2 567,34 13,86 16 033,83 142,98 3 776,96 60,25 992,72 30,61 858,26 13,58 26 056,61 36,52 8 124,94 37,03 6 263,24 58,78 1 532,92 14,11 1 092,07 18,55 4 513,95 24,56 1 227,80 8,63 802,42 248,02 9 400,24 41,28 712,84 11,21 23 448,05 101,96 1 098,65 51,40 13 786,95 33,21 921,98 10,28 997,40 1,41 5 837,20 48,54 2 023,18 34,83 2 481,27 15,86 659,84 6,24 17 390,87 45,00 1 049,05 3,24 659,84 240,00 10 348,74 58,98 3 864,69 26,21 3 251,15 46,89 2 796,73 31,10 2 282,21 29,39 1 176,48 27,83 5 116,17 14,73 860,74 22,14 5 884,63 57,27

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.