Ou­tiller les im­mi­grants

Les Nouvelles Saint-Laurent - - ACTUALITÉS - So­nia No­reau so­nia.no­reau@tc.tc

Sa­vez-vous lire une fac­ture d’Hy­droQué­bec? Ce qui semble si évident pour bien des Qué­bé­cois de souche ne l’est pas né­ces­sai­re­ment pour les nou­veaux ar­ri­vants qui évo­luent dans toute une nou­velle réa­li­té fi­nan­cière. Afin de ré­pondre aux be­soins tou­jours chan­geants de sa clien­tèle com­po­sée de plus en plus d’im­mi­grants, l’ACEF du Nord offre des ate­liers de sen­si­bi­li­sa­tion adap­tés aux trans­for­ma­tions dé­mo­gra­phiques. Ces ate­liers peuvent main­te­nant être don­nés à Saint-Laurent.

Dans ces ate­liers, on dé­couvre quels sont les modes ha­bi­tuels de paie­ment dans les ma­ga­sins. Autre pays, autres moeurs de consom­ma­tion.« En France, on paye beau­coup par chèque, ce qui n’est pas le cas ici », fait re­mar­quer Isa­belle Dau­phin, conseillère bud­gé­taire à l’ACEF du Nord de Mon­tréal. Dans ces ren­contres, on ap­prend comment uti­li­ser la carte cré­dit et de dé­bit. Les ate­liers abordent une foule de su­jets per­ti­nents aux nou­veaux ar­ri­vants comme les dan­gers po­ten­tiels des tran­sac­tions « ache­tez main­te­nant, payez plus tard » et les as­tuces pour payer moins cher son épi­ce­rie.

Ces ren­dez-vous ré­pondent aux pré­oc­cu­pa­tions des nou­veaux ar­ri­vants. Pour fran­chir la bar­rière de la langue, les ate­liers com­portent plu­sieurs mises en scène et exemples concrets. Par exemple, l’ani­ma­teur com­mence cer­tains ate­liers en de­man­dant aux par­ti­ci­pants de si­gner un do­cu­ment sans queue ni tête. Cet exer­cice a pour but de sen­si­bi­li­ser les gens à l’im­por­tance de lire ce qu’on signe, « afin qu’ils se mettent dans la peau d’un consom­ma­teur pour qu’ils se ques­tionnent la pro­chaine fois », ajoute Mme Dau­phin.

Po­pu­la­tion vul­né­rable

Il ar­rive que les nou­veaux ar­ri­vants soient la cible de pu­bli­ci­tés pour pro­duits fi­nan­ciers qui ne leur conviennent pas. « Avec des pro­duits comme les ré­gimes en­re­gis­trés d’épargne-études, les pa­rents placent de l’ar­gent pour les études de leurs en­fants, mais ils n’ont pas la ca­pa­ci­té de le faire. On leur vend des pro­duits in­adap­tés », es­time Mme Dau­phin.

Les nou­veaux ar­ri­vants sont plus vul­né­rables se­lon elle, car ils doivent faire des achats im­por­tants en s’ins­tal­lant dans leurs pays d’ac­cueil. « On leur dit qu’il faut une cer­taine somme vivre trois mois ici et s’ins­tal­ler, mais c’est pas as­sez, ça ne cor­res­pond pas au coût réel », pense Mme Dau­phin. Par manque d’an­té­cé­dents ban­caires ca­na­diens ou à cause d’une si­tua­tion fi­nan­cière dif­fi­cile, il leur est plus ar­du d’ob­te­nir une carte de cré­dit en pas­sant par une ins­ti­tu­tion ban­caire dont les taux d’in­té­rêt avoi­sinent les 19 %. Con­sé­quem­ment, ils se tournent vers les cartes de cré­dit des ma­ga­sins dont les taux sont d’en­vi­ron 29 %, ex­plique la conseillère. Ce­ci peut avoir des ré­per­cus­sions graves à long terme, es­time-t-elle.

À la res­cousse

Afin d’épau­ler les nou­veaux ar­ri­vants dans leurs dé­ci­sions fi­nan­cières, l’ACEF mise sur la pré­ven­tion « Ils savent qu’ils font des er­reurs, sou­vent un an plus tard, alors qu’ils ont des dettes. Ils ont de la dif­fi­cul­té à com­prendre le sys­tème, ils ne le com­prennent pas du tout. On doit faire connaitre l’ACEF. On voit des im­mi­grants un an après leur ar­ri­vé , et c’est la ca­tas­trophe. Il se­rait pré­fé­rable de tra­vailler en amont se faire connaitre avant pour les ac­com­pa­gner » dit Mme Dau­phin.

En plus d’of­frir des ate­liers, l’or­ga­nisme, fait dé­cou­vrir les res­sources dé­jà exis­tantes du quar­tier, comme les fri­pe­ries et le dé­pan­nage ali­men­taire. « Il y a sou­vent une mé­con­nais­sance des res­sources chez les nou­veaux ar­ri­vants », es­time la conseillère.

Pour plus d’in­for­ma­tion sur les bonnes ha­bi­tudes fi­nan­cières, Isa­belle Dau­phin au 514 277-7959 pour de plus amples ren­sei­gne­ments sur les ate­liers pour les nou­veaux ar­ri­vants.

(Pho­to: gra­cieu­se­té)

Les ate­liers sont adap­tés aux be­soins des im­mi­grants.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.