«Faire ce que l'on aime »

Les Nouvelles Saint-Laurent - - ACTUALITÉS - Ha­drien Lar­ri­bère in­fo.re­dac­tion@tc.tc

Quatre mé­dailles olym­piques et un titre mon­dial : le par­cours de la plon­geuse Émi­lie Hey­mans est im­pres­sion­nant. La na­tive de Bruxelles est ve­nue par­ta­ger son ex­pé­rience au foyer pour aî­nés de Saint-Mo­ritz à SaintLaurent. La cham­pionne Ca­na­dienne ra­conte son his­toire.

Tout com­mence à Saint-Lam­bert, Émi­lie Hey­mans qui n’a pas en­core 6 ans, se lance dans le sport, des rêves plein la tête. «J’ai tout de suite vou­lu per­for­mer. Mon ob­jec­tif était de par­ti­ci­per un jour aux Jeux olym­piques » , avoue-t-elle.

La jeune Émi­lie est tom­bée dans une fa­mille spor­tive. « Mon père était joueur de Soc­cer et ma mère était membre de l’équipe ca­na­dienne d’es­crime. Elle a d’ailleurs par­ti­ci­pé aux Jeux olym­piques de 1976 à Mon­tréal!»

À 11 ans, la mère d’Émi­lie dé­cèle de bonnes ap­ti­tudes pour le plon­geon. La fu­ture cham­pionne fait face à un vrai di­lemme. «J’avais un gros sou­ci avec le fait de plon­ger, car je dé­teste l’eau! Les in­sis­tances de ma mère ont fi­ni par me convaincre. Mais j’étais cer­taine à ce mo­ment-là, que mon rêve était bri­sé.» Émi­lie per­sé­vère dans un en­traî­ne­ment achar­né de16 à 20 heures par se­maine.

En 2000, à seule­ment 18 ans, elle par­ti­cipe à ses pre­miers Jeux Olym­piques.

«Syd­ney res­te­ra mon plus beau sou­ve­nir de sport. Tout y été si im­pres­sion­nant. Ima­gi­nez 10 000 ath­lètes dans le vil­lage olym­pique », dit-elle.

Une pre­mière cou­ron­née de suc­cès pour Émi­lie Hey­mans qui rem­porte une mé­daille d’ar­gent en plon­geon syn­chro­ni­sé avec Anne Mont­mi­ny.

«Je vou­lais tou­jours faire mieux»

Trois autres mé­dailles olym­piques sui­vront pour fi­na­le­ment consti­tuer un for­mi­dable pal­ma­rès. «Je dois ces ré­sul­tats à mon en­ca­dre­ment. J’ai bé­né­fi­cié du sou­tien d’une psy­cho­logue ain­si que d’un pré­pa­ra­teur phy­sique. C’est ce qui m’a per­mis de te­nir jus­qu’en 2012. J’ai eu ain­si la chance de ne pas avoir de bles­sures graves.»

Par­mi les per­sonnes pré­sentes fi­gu­raient deux per­son­na­li­tés dans le monde du sport. Co­lette Pé­pin est la fille d’une ré­si­dente du foyer. Elle a fait par­tie de l’équipe d’avi­ron ca­na­dienne aux Jeux de 1976. «Je suis très heu­reuse de voir ce qu’ont ap­por­té les Jeux olym­piques aux Jeunes. Il est aus­si in­té­res­sant de me­su­rer les dif­fé­rences entre mon époque et la sienne», a dé­cla­ré Mme Pé­pin.

La deuxième per­sonne était An­dreï Quinz. Ori­gi­naire de Za­greb, il a été membre du re­lais 4x200 mètres libre de l’équipe de na­ta­tion you­go­slave entre 1942 et 1955. Son ex­pé­rience spor­tive dif­fère quelque peu de celle d’Émi­lie Hey­mans : «Les condi­tions étaient dif­fi­ciles. Nous per­dions beau­coup de temps aus­si à net­toyer la pis­cine. En moyenne, nous nous en­traî­nions 20 km par jour. Ce der­nier a re­mis à Mme Hey­mans un bou­quet de fleurs juste après que celle- ci a évo­qué ses pro­jets d’ave­nir.

Un Bac de com­mer­cia­li­sa­tion de la mode en poche, elle tra­vaille dé­sor­mais sur une gamme de maillots de bain. «À 30 ans je vais peut-être prendre ma re­traite. Ce­la fait étrange de dire ce­la», dit-elle.

Elle conclut en s’adres­sant di­rec­te­ment aux aî­nés : «J’es­père que vous al­lez conti­nuer de faire du sport. Et de pré­ci­ser : le plus im­por­tant est ce­pen­dant de faire ce que l’on aime. Je me compte très chan­ceuse d’avoir fait ce que j’ai­mais toutes ces an­nées.»

(Pho­to: Syl­vain Ga­gnon)

Mé­daillée en plon­geon aux Jeux de Londres, Émi­lie Hey­mans a par­ta­gé son ex­pé­rience avec les aî­nés du foyer Saint-Mo­ritz.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.