Chan­ger sa vie en 13 se­maines

Les Nouvelles Saint-Laurent - - DOSSIER SPÉCIAL - So­nia No­reau so­nia.no­reau@tc.tc

Ai­der des jeunes de moins de 30 ans à per­cer le mar­ché de l’em­ploi en 13 se­maines est le dé­fi lan­cé par le pro­gramme Ac­tivEm­ploi du Car­re­four jeu­nesse em­ploi de Saint-Laurent (CJE).

Ce pro­jet d’in­ser­tion au mar­ché du tra­vail est un pro­gramme in­ten­sif de30 heures par se­maine. Les ha­bi­tuant aux contraintes du mar­ché du tra­vail, les par­ti­ci­pants doivent être au CJE à 9 heures et partent à 16 heures. Pen­dant la jour­née, ils as­sistent à des ate­liers per­ti­nents à leur en­trée sur le mar­ché du tra­vail qué­bé­cois.

« On cible des jeunes à risque, soit ceux qui n’ont pas ter­mi­né l’école se­con­daire, ceux qui ont de la dif­fi­cul­té à se main­te­nir en em­ploi, ou les nou­veaux ar­ri­vants qui ne connaissent pas le fonc­tion­ne­ment de la so­cié­té qué­bé­coise », ex­plique Vi­ckie Bru­lé Beau­doin, in­ter­ve­nante en in­ser­tion so­cio­pro­fes­sion­nelle au CJE de Saint-Laurent.

Se­lon elle, le pro­gramme leur donne confiance en eux, leur per­met d’ac­qué­rir les ou­tils né­ces­saires pour s’in­té­grer au mar­ché du tra­vail en plus d’of­frir un en­ca­dre­ment pour les per­sonnes plus vul­né­rables, comme celles qui ont eu des pro­blèmes de toxi­co­ma­nie. L’ob­jec­tif du pro­gramme est de les rendre com­plè­te­ment au­to­nome. « La plus belle chose qu’une par­ti­ci­pante m’ait dit c’était que, bien qu’elle n’avait pas réus­si à at­teindre ses ob­jec­tifs d’em­ploi, je lui avais don­né tous les moyens pour le faire par el­le­même », ra­conte l’in­ter­ve­nante.

La ma­gie du groupe

Ac­tivEm­ploi fonc­tionne par pe­tit groupe de dix par­ti­ci­pants par édi­tion. Après avoir si­gné un contrat, les en­ga­geant à in­ves­tir 30 heures par se­maine, ils doivent contri­buer ac­ti­ve­ment au pro­jet en plus de faire des dé­marches per­son­nelles en re­cherche d’em­ploi. Se­lon Mme Bru­lé Beau­doin, les par­ti­ci­pants se mo­tivent entre eux et tissent des liens d’ami­tié. « Ils se suivent après, ça crée des liens ex­trê­me­ment in­té­res­sant, car c’est des gens qui n’ont pas né­ces­sai­re­ment de bon ré­seau, pas beau­coup d’amis ou de bonnes re­la­tions fa­mi­liales. Ça leur per­met de créer des re­la­tions stables et po­si­tives », ex­plique l’in­ter­ve­nante. Cette der­nière ra­conte qu’une par­ti­ci­pante a dé­jà prê­té des vê­te­ments à une autre qui de­vait se rendre en en­tre­tien d’em­bauche.

Pour faire par­tie du pro­jet, il faut avoir entre

16 et 30 ans, ne pas étu­dier où tra­vailler à temps plein ou par­tiel, avoir la mo­ti­va­tion né­ces­saire pour amé­lio­rer leur sort et être dis­po­nible

30 heures par se­maine.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.