Ma fa­mille, j’y tra­vaille

Les Nouvelles Saint-Laurent - - DOSSIER SPÉCIAL - So­nia No­reau so­nia.no­reau@tc.tc

Les jeunes pa­rents d'en­fants de moins de cinq ans peuvent re­ce­voir un sou­tient adap­té à leur réa­li­té au Car­re­four jeu­nesse em­ploi (CJE) de Saint-Laurent. Le pro­gramme Ma fa­mille, j’y tra­vaille vient en aide aux jeunes pa­rents ain­si qu'aux pa­rents is­sus de l'im­mi­gra­tion ré­cente d'en­fants de moins de cinq ans.

« Le but du pro­jet c'est de don­ner des ou­tils aux pa­rents et aug­men­ter leurs condi­tions de vie par le biais d'un re­tour aux études ou à l'em­ploi », ex­plique Phi­lippe Wool­gar, conseiller en em­ploi au CJE. Après avoir re­çu de nom­breux jeunes avec leurs bam­bins sous le bras, le CJE en concer­ta­tion avec le co­mi­té pe­tite en­fance des or­ga­nismes so­ciaux de SaintLaurent, a créer un pro­gramme adap­té à leurs be­soins.

Se­lon M. Wool­gar, les par­ti­ci­pants ren­contrent de nom­breux obs­tacles à l'em­bauche, non seule­ment à cause de leur manque d'ex­pé­rience et de connais­sances, mais aus­si en terme d'ap­ti­tudes né­ces­saires au mi­lieu du tra­vail. Par exemple, la ca­pa­ci­té à se pré­sen­ter de fa­çon pro­fes­sion­nelle, être ponctuel ou s'ex­pri­mer clai­re­ment.

Les par­ti­ci­pants du pro­jet sont ma­jo­ri­tai­re­ment des mères mo­no­pa­ren­tales en si­tua­tion d'ex­trême pau­vre­té. « On parle de gens qui ne peuvent pas s'ache­ter une passe d'au­to­bus et qui ont be­soin de sup­port. Ils ont be­soin d'être en­ten­dus pour bri­ser l'iso­le­ment de la mo­no­pa­ren­ta­li­té, sur­tout pour ceux dont les en­fants ne sont pas en gar­de­rie », ex­plique-le conseiller.

Le pro­ces­sus pour leur ve­nir en aide s'étale sur le long terme parce que cer­tains doivent ter­mi­ner leurs for­ma­tions se­con­daires. « Par­fois, c'est fa­ci­li­té par le fait que la for­ma­tion aux adultes peut se faire à dis­tance », af­firme M. Wool­gar

L'aide of­ferte prend plu­sieurs formes. L'in­ter­ve­nant dit faire beau­coup d'écoute ac­tive et guide les pa­rents dans di­verses dé­marches, no­tam­ment pour mettre leur en­fant sur une liste d'at­tente pour une place en gar­de­rie. Il les ou­tille en les ré­fé­rant à des res­sources in­con­nues comme le se­cours ali­men­taire et l'aide ves­ti­men­taire. Bref, ce qui peut leur per­mettre de dé­ve­lop­per des stra­té­gies pour maxi­mi­ser leur ar­gent.

Pour la re­cherche d'em­ploi, M. Wool­gar aide les par­ti­ci­pants à dé­ve­lop­per des bonnes ha­bi­tudes de com­mu­ni­ca­tion avec les em­ployeurs po­ten­tiels, à iden­ti­fier des em­plois at­tei­gnables et à tra­vailler leur es­time d'eux-mêmes. Il leur trans­met des trucs pour réus­sir une en­tre­vue, va­lo­ri­ser les com­pé­tences qu'ils ont dé­ve­lop­pées comme pa­rents soit : un grand sens d'or­ga­ni­sa­tion, d'au­to­no­mie, de dis­ci­pline et une connais­sance en nu­tri­tion.

Les bé­né­fi­ciaires du pro­gramme sont en­cou­ra­gés à pour­suivre leurs ob­jec­tifs pro­fes­sion­nels et sco­laires.

(Pho­to: gra­cieu­se­té)

Le pro­gramme Ma fa­mille, j’y tra­vaille existe de­puis sept ans.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.