120 « ti­ckets » par jour à Saint-Laurent

Constats d’in­frac­tion de sta­tion­ne­ment

Les Nouvelles Saint-Laurent - - LA UNE - Anne-fre­de­rique.he­bert-dol­bec@tc.tc

Se­lon les sta­tis­tiques four­nies par la Cour mu­ni­ci­pale de la Ville de Mon­tréal, 120 contra­ven­tions sont dis­tri­buées en moyenne chaque jour sur le ter­ri­toire de Saint-Laurent. Ce­la re­pré­sente près de 45 000$ en amendes par se­maine.

En date du 29 août 2014, les agents de sta­tion­ne­ment avaient don­né 6521 contra­ven­tions, tan­dis que les agents du Ser­vice de po­lice de la Ville de Mon­tréal (SPVM) en avaient émis 22 382, pour un to­tal de 28 903 mi­ni­mum.

Ces don­nées re­flètent tou­te­fois da­van­tage le nombre de constats trai­tés que le nombre de constats émis. Le nombre de contra­ven­tions dis­tri­buées s’avère donc pos­si­ble­ment en­core plus éle­vé.

À 53 $ pour chaque contra­ven­tion, in­cluant les frais d’ad­mi­nis­tra­tion, les Lau­ren­tiens pour­raient payer jus­qu’à 2 321 400$ de ti­ckets de sta­tion­ne­ment cette an­née.

Dans cer­tains ar­ron­dis­se­ments, les au­to­ri­tés n'hé­sitent pas à émettre jus­qu'à 1250 contra­ven­tions par jour.

Sans sur­prise, ce sont les quar­tiers cen­traux qui dis­tri­buent le plus de contrats. Ville-Ma­rie rem­porte la palme avec 301 355 contra­ven­tions au 29 août 2014, sui­vi du Plateau-Mont-Royal avec 169 038, et de Côte-des-Neiges– Notre-Dame-de-Grâce avec 116 729.

Des contra­ven­tions peu contes­tées

Pour Al­fre­do Mu­noz, fon­da­teur de SOS Ti­cket, il est clair que beau­coup d’ar­ron­dis­se­ments pré­voient des quo­tas chaque an­née. Ce­pen­dant, les contra­ven­tions de sta­tion­ne­ment sont d’au­tant plus sournoises, puisque presque per­sonne ne les conteste à la Cour mu­ni­ci­pale.

« Pour 52 $, tu ne vas pas payer 12 $ de sta­tion­ne­ment et perdre une de­mi-jour­née de sa­laire, alors les gens pré­fèrent ne pas contes­ter », sou­tient-il.

Même du cô­té de SOS Ti­cket, l’or­ga­ni­sa­tion ne se pré­oc­cupe pas vrai­ment en­core de ce type de contra­ven­tion.

« Même si je re­çois beau­coup d’ap­pels pour ce type de constats, ça ne vaut pas vrai­ment la peine d’en­ga­ger un avo­cat et al­ler à la cour pour contes­ter une contra­ven­tion de 42 $ ou de 52 $. Ce­la dit, nous tra­vaillons ac­tuel­le­ment à trou­ver un moyen pour le faire », af­firme M. Mu­noz.

Pour le fon­da­teur de SOS ti­cket, les ad­mi­nis­tra­tions mu­ni­ci­pales manquent clai­re­ment de vision dans la pré­vi­sion d’un bud­get pour les contra­ven­tions, no­tam­ment celles liées au sta­tion­ne­ment.

« Nous sommes en train de dé­truire l’éco­no­mie mont­réa­laise avec ça. Re­gar­dez toutes les bou­tiques qui ferment dans le Plateau Mont- Royal. C’est vrai­ment une triste men­ta­li­té de pré­voir à court terme de cette fa­çon », re­con­naît-il.

Pour ceux et celles qui ai­me­raient, par prin­cipe, contes­ter les contra­ven­tions de sta­tion­ne­ment, M. Mu­noz sug­gère de ré­col­ter le maxi­mum de ren­sei­gne­ments et de pho­tos au mo­ment où la contra­ven­tion est émise afin que le juge puisse prendre une dé­ci­sion éclai­rée.

En col­la­bo­ra­tion avec Ma­rie- Claude Chiasson

(TC Me­dia – Isa­belle Ber­ge­ron)

Près de 120 contra­ven­tions de sta­tion­ne­ment sont dis­tri­buées chaque jour dans l’ar­ron­dis­se­ment.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.