Yo­han­na Cyr re­trou­vée?

Les Nouvelles Saint-Laurent - - LA UNE - JO­HAN­NA PELLUS jo­han­na.pellus@tc.tc

DIS­PA­RI­TION. La mère de Yo­han­na Cyr a un nou­vel es­poir de sa­voir ce qu’il est ad­ve­nu de sa fille il y a 38 ans. Une Amé­ri­caine l’a contac­té sur Fa­ce­book pour lui an­non­cer qu’elle pen­sait être l’en­fant dis­pa­rue à l’âge de 18 mois, pos­si­ble­ment noyée à Saint-Laurent. « Elle ne vou­lait pas me dé­ran­ger, mais plu­tôt contac­ter la po­lice. Puis, elle m’a dit qu’elle n’était pas sure à 100 %, mais qu’elle pen­sait être Yo­han­na », ra­conte Li­liane Cyr.

Pour ten­ter de dé­ter­mi­ner si c’était bel et bien le cas, l’in­ter­lo­cu­trice a de­man­dé si, comme elle, l’en­fant por­tait une marque en forme de Y sur le doigt, ce qui était le cas.

La pe­tite Yo­han­na a été por­tée dis­pa­rue le 15 août 1978, dans l’ar­ron­dis­se­ment de Saint-Laurent, alors que sa mère, qui ré­si­dait rue Ro­chon, l’avait confiée à son conjoint amé­ri­cain. Ce­lui- ci avait évo­qué une noyade, mais la po­lice s’était ra­pi­de­ment orien­tée vers un ho­mi­cide ou une vente de l’en­fant aux États-Unis.

Une ex­ca­va­tion avait eu lieu en 2014 dans le sta­tion­ne­ment du Centre des loi­sirs de Saint- Laurent pour re­trou­ver le corps de Yo­han­na, en vain.

FAUSSE IDEN­TI­TÉ

« Elle m’a ex­pli­qué que, quand elle a vou­lu pas­ser son per­mis de conduire à 18 ans, elle a dé­cou­vert que son bap­tis­taire était faux » , re­late Mme Cyr, qui dis­cute quo­ti­dien­ne­ment avec cette dame sur la mes­sa­ge­rie pri­vée de Fa­ce­book de­puis le 5 août.

Sur le faux cer­ti­fi­cat de nais­sance, l’Amé­ri­caine a trois ans et de­mi de moins que Yo­han­na. « Mais elle se sou­vient, quand elle est ren­trée à l’école, les en­fants avaient tous l’air d’être plus jeunes qu’elle », rap­porte la mère de Yo­han­na, qui a aus­si consta­té une res­sem­blance avec ses autres filles sur les pho­tos.

Les pa­rents, « ceux qui l’ont éle­vé » , n’au­raient pas ré­pon­du pas à ses ques­tions à pro­pos de sa jeune en­fance. L’Amé­ri­caine au­rait aus­si quelques bribes de mé­moire in­ex­pli­quées, comme un voyage en avion.

« Elle se pose beau­coup de ques­tions, car ses pa­rents là- bas sont blancs, c’est la seule mu­lâtre dans la fa­mille » , confie Mme Cyr.

La mère de Yo­han­na sou­haite pré­ser­ver l’ano­ny­mat de sa cor­res­pon­dante, tant que le lien n’au­ra pas été prou­vé.

TESTS ADN

Ce n’est pas la pre­mière fois que Li­liane Cyr se sou­met­tra à un test ADN pour re­trou­ver sa fille. Il y a 10 ans, une autre per­sonne avait été pré­sen­tée par les po­li­ciers comme étant peut- être Yo­han­na, mais les ré­sul­tats d’ADN n’avaient pas été concluants.

« Je reste terre- à- terre tant que je n’ai pas de ré­sul­tats, pré­cise la mère. J’es­père que ça ne pren­dra pas des an­nées. Ça fait as­sez long­temps. »

Elle peut comp­ter sur l’ap­pui du Ré­seau En­fants-Re­tour, qui re­lance sans cesse des dos­siers de dis­pa­ri­tions non ré­so­lues.

« Nous sommes en con­tact avec Mme Cyr de­puis le soir du 5 août pour voir si les in­for­ma­tions sont lé­gi­times, s’il y a vrai­ment ma­tière à croire que cette dame pour­rait en ef­fet être Yo­han­na », ex­plique la di­rec­trice gé­né­rale, Pi­na Ar­ca­mone.

L’en­quête suit son cours au sein des deux corps de po­lice, amé­ri­cain et mont­réa­lais. La dame pen­sant être Yo­han­na Cyr au­rait com­men­cé les dé­marches au­près du poste de sa ré­gion, après avoir contac­té Li­liane Cyr.

(Pho­to: TC Me­dia – Ar­chives)

Li­liane Cyr lors­qu’elle a ap­pris que les po­li­ciers n’avaient pas re­trou­vé le corps de sa fille, lors de fouilles à Saint-Laurent, en 2014.

(Pho­to: Gra­cieu­se­té)

Yo­han­na Cyr a été por­tée dis­pa­rue le 15 août 1978, à Saint-Laurent.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.