Zoom sur les phy­toes­tro­gènes

Les plaisirs MINCEUR de Caty - - EST-IL PLUS DIFFICILE DE PERDRE DU POIDS À LA MÉNO -

Sa­viez-vous que les femmes asia­tiques sont re­con­nues pour souf­frir de moins de bouf­fées de cha­leur et d’autres symp­tômes dé­plai­sants que les femmes oc­ci­den­tales pen­dant la mé­no­pause? En ef­fet, on es­time que 80 % des femmes oc­ci­den­tales sont su­jettes aux bouf­fées de cha­leur contre moins de 25% des Ja­po­naises2. Ce­la se­rait dû à leur consom­ma­tion de soya fer­men­té, le­quel ren­ferme des phy­toes­tro­gènes (mo­lé­cules si­mi­laires aux oes­tro­gènes) re­con­nus pour amé­lio­rer cer­tains symp­tômes liés à la mé­no­pause. Ain­si, on conseille de consom­mer en­vi­ron 25 g de pro­téines de soya par jour. Ce­la cor­res­pond à 180 g de to­fu, à 150 g de tem­peh ou à 1 litre (4 tasses) de bois­son de soya, par exemple. Les graines de lin ont aus­si un ef­fet bé­né­fique sur ces symp­tômes. Pour les pré­ve­nir ou les li­mi­ter, con­som­mez chaque jour 15 ml (1 c. à soupe) de graines de lin mou­lues. Pour bé­né­fi­cier au maxi­mum de leurs pro­prié­tés, on conseille d’en conser­ver une par­tie au congé­la­teur afin d’em­pê­cher leur oxy­da­tion et de moudre les graines en­tières au mo­ment de l’uti­li­sa­tion seule­ment. Par ailleurs, sa­chez qu’il vaut mieux évi­ter de consom­mer des sup­plé­ments ou des concen­trés de soya (des poudres, par exemple), puisque la concen­tra­tion de phy­toes­tro­gènes pré­sente dans ces pro­duits est éle­vée et pour­rait com­por­ter des risques pour la san­té (aug­men­ta­tion du risque de dé­ve­lop­per un can­cer du sein, entre autres).

Voi­là une belle source de phy­toes­tro­gènes !

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.