Quel ave­nir pour Ro­ber­val?

États gé­né­raux 2010

L'Etoile du Lac - - LA UNE -

Les elus de Ro­ber­val ont pu ti­rer des idees des etats ge­ne­raux 2010. Sur la photo, on peut voir Gilles Otis, Jo­ce­lyn Bou­chard, Mi­chele Cla­veau, Mi­chel La­rouche, Jacques Dion, re­my le­clerc et Nan­cy Gille­mette.

Près de 10 ans après les états gé­né­raux de 2001, Ro­ber­val a ré­pé­té l’ex­pé­rience en 2010. Ce ren­dez-vous au­ra été l’oc­ca­sion pour les élus de prendre le pouls des gens sur leurs orien­ta­tions et d’en dé­ga­ger de nou­velles pour les pro­chaines an­nées.

D’en­trée de jeu, le maire de Ro­ber­val, Mi­chel La­rouche, a te­nu à rap­pe­ler les nom­breux pro­jets me­nés à terme suite à la consul­ta­tion de 2001 : amé­na­ge­ment de nou­veaux ter­rains in­dus­triels, ré­fec­tion de l’aé­ro­port, amé­lio­ra­tion de la Bi­blio­thèque Georges-Hen­ri Lé­vesque, dé­voi­le­ment du plan de bor­dure la­custre, mise en place d’un co­mi­té pour ac­cueillir le centre ré­gio­nal de dé­ten­tion, ré­dac­tion des po­li­tiques cultu­relles et fa­mi­liales, etc.

Une soixan­taine de par­ti­ci­pants ont pris part à l’un des cinq ate­liers, dont les thèmes ont été Qua­li­té de vie, In­dus­trie et com­merce, Tou­risme, Fa­mille, aî­nés et jeu­nesse ain­si que Sports, loi­sirs et culture.

In­dus­trie et com­merce

Ro­ber­val dis­pose de plu­sieurs atouts pour at­ti­rer des en­tre­pre­neurs, dont la dis­po­ni­bi­li­té des ter­rains in­dus­triels. Pour­tant, il est dif­fi­cile d’in­té­res­ser les gens d’af­faires à s’éta­blir sur le ter­ri­toire.

« Ro­ber­val se vend très mal » , a men­tion­né le di­rec­teur gé­né­ral du CLD Do­maine-du-Roy, Jean Si­mard. Il y a des mé­thodes de mar­ke­ting pour at­ti­rer les en­tre­pre­neurs.

La per­ti­nence de l’Agence de dé­ve­lop­pe­ment de Ro­ber­val a aus­si été re­mise en ques­tion. Plu­sieurs in­ter­ve­nants as­sis au­tour de la table ont dé­plo­ré ne pas sa­voir ce qui se pas­sait au sein de cette or­ga­ni­sa­tion.

Le manque de maillage entre les or­ga­nismes de dé­ve­lop­pe­ment a aus­si été sou­le­vé comme un pro­blème ma­jeur. L’em­bauche d’une res­source à la Ville de Ro­ber­val pour­rait être une so­lu­tion pour ré­gler le pro­blème.

L’ave­nir passe par l’in­no­va­tion et le dé­ve­lop­pe­ment de nou­velles en­tre­prises. Se­lon le di­rec­teur gé­né­ral de la SADC Lac-Saint-Jean Ouest, Serge Des­ga­gné, Ro­ber­val doit se de­man­der si elle a les moyens de ses am­bi­tions. La mise en com­mun des ef­forts des or­ga­nismes pour­rait être une al­ter­na­tive.

Il semble aus­si évident que la Ville doit pour­suivre son vi­rage tou­ris­tique. Le pro­jet de bor­dure la­custre a re­çu l’aval des par­ti­ci­pants. La vo­ca­tion de ville de ser­vices est aus­si in­con­tes­table. Ce­pen­dant, Ro­ber­val ne de­vra pas ou­blier son sec­teur in­dus­triel pour au­tant.

Qua­li­té de vie

La ville de Ro­ber­val pos­sède plu­sieurs avan­tages à of­frir à ses ci­toyens. Ce­pen­dant, il est res­sor­ti le manque de sen­ti­ment d’ap­par­te­nance de la po­pu­la­tion, no­tam­ment pour les nou­veaux ar­ri­vants qui peuvent se sen­tir ex­clus par les « Ro­ber­va­lois de souche » . Le bé­né­vo­lat doit aus­si être mis à l’avant-plan.

Par­mi les so­lu­tions pour faire face à ces pro­blé­ma­tiques, il y a la mise en place d’une Po­li­tique d’ac­cueil des nou­veaux ar­ri­vants. Ce­la pour­rait com­prendre plu­sieurs ini­tia­tives comme une Fête des bé­né­voles, la mise en place de co­mi­tés de quar­tier ou en­core une cé­ré­mo­nie d’as­ser­men­ta­tion des nou­veaux Ro­ber­va­lois.

Sports et loi­sirs

Ro­ber­val est la ca­pi­tale mon­diale de la na­ta­tion en eau libre. Les membres de l’ate­lier sont d’avis qu’il faut bo­ni­fier ce titre. Par­mi les pro­po­si­tions, il y a la construc­tion d’une nou­velle pis­cine. On sou­haite aus­si rendre obli­ga­toires les cours de na­ta­tion pour les jeunes du pri­maire en par­te­na­riat avec la Com­mis­sion sco­laire du Pays-desB­leuets.

Il fau­drait éga­le­ment re­voir l’image de la ville qui n’a pas été ra­fraî­chir de­puis quelques an­nées. L’idée de te­nir un spec­tacle ma­jeur en bor­dure du lac Saint-Jean a aus­si re­fait sur­face.

Tou­risme

Ac­tuel­le­ment, Ro­ber­val ne prend pas suf­fi­sam­ment sa place sur l’échi­quier tou­ris­tique. Les élus de­vront tra­vailler sur la ré­ten­tion et s’as­su­rer d’une com­mer­cia­li­sa­tion ef­fi­cace de ses at­traits. Les com­mer­çants de­vront être étroi­te­ment liés à la dé­marche. Le plan de bor­dure la­custre fait l’una­ni­mi­té par­mi les gens pré­sents.

Jeunes fa­milles et aî­nés

Les aî­nés étaient da­van­tage re­pré­sen­tés pour cet ate­lier et les so­lu­tions s’en font res­sen­tir. Ain­si, les aî­nés sou­haitent se sen­tir en sé­cu­ri­té. Ils veulent aus­si un trans­port en com­mun adap­té.

Une coo­pé­ra­tive de lo­ge­ments est une né­ces­si­té se­lon les in­ter­ve­nants. Fi­na­le­ment, le Jar­din des Ur­su­lines pour­rait de­ve­nir le lieu de ras­sem­ble­ment in­ter­gé­né­ra­tion­nel par ex­cel­lence.

Bi­lan

Les élus ont ac­cueilli po­si­ti­ve­ment les dif­fé­rentes sug­ges­tions : « Nous pren­drons les pro­chains mois pour pré­pa­rer le plan d’ac­tion. Il faut se rap­pe­ler qu’en 2001, Ro­ber­val éprou­vait beau­coup de dif­fi­cul­tés. Il y avait alors eu une grande mo­bi­li­sa­tion po­pu­laire. Que de belles choses se sont pro­duites de­puis dix ans. Le mes­sage que nous re­ce­vons au­jourd’hui est que la po­pu­la­tion a confiance en l’ave­nir » , a dé­cla­ré le maire de Ro­ber­val, Mi­chel La­rouche.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.