C’est par­ti pour les Serres Toun­dra

L'Etoile du Lac - - ACTUALITÉS -

ALI­MEN­TA­TION. Dans quelques se­maines, il se­ra pos­sible de prendre une pre­mière bou­chée de concombres pro­ve­nant de Saint-fé­li­cien puisque les Serres Toun­dra ont com­men­cé leur pro­duc­tion.

Dé­jà 65 000 plants de concombres an­glais sont sous les bons soins d’une cin­quan­taine d’em­ployés. Dans les pro­chains jours, une se­conde sec­tion ac­cueille­ra au­tant de plants et fi­na­le­ment une der­nière sec­tion pour­ra ac­cueillir les concombres de type li­ba­nais. Ce­la com­plé­te­ra ain­si la pre­mière phase de ce pro­jet hau­te­ment tech­no­lo­gique et éco­lo­gique.

« Dans les pro­chaines se­maines, il y au­ra 120 per­sonnes qui vont tra­vailler dans la serre. On parle de nou­veaux em­plois. Une créa­tion d’em­ploi si im­por­tante dans la ré­gion ça ne s’est pas vu de­puis de nom­breuses an­nées. Pour­tant, il y a 1000 per­sonnes qui ont ré­pon­du à notre ap­pel de can­di­da­ture. Les gens sont prêts à tra­vailler, mais il faut que toutes les condi­tions soient pré­sentes », men­tionne Éric Du­bé, co­pro­prié­taire des Serres Toun­dra.

Ef­fec­ti­ve­ment, plu­sieurs per­sonnes ont vu le pro­jet comme une op­por­tu­ni­té d’em­ploi des plus in­té­res­santes. La jeune Ca­the­rine Barthe, chef de cul­ture en for­ma­tion, est na­tive de Saint-prime. Di­plô­mée d’une maî­trise en bio­lo­gie, cette der­nière ne pou­vait rê­ver à un poste aus­si al­lé­chant dans sa ré­gion.

« Nous avons des condi­tions de tra­vail par­faites. Il ne fait pas trop chaud dans la serre et on bé­né­fi­cie d’une belle dose de lu­mière, et ce, à l’an­née. De plus, la serre est à la fine pointe de la tech­no­lo­gie. Un en­vi­ron­ne­ment de tra­vail comme ce­lui-ci, c’est ex­cep­tion­nel. Je me trouve chan­ceuse d’être de re­tour dans ma ré­gion et de pou­voir vivre de ma pro­fes­sion », men­tionne la jeune femme.

En plus des avan­tages men­tion­nés par la chef de cul­ture en for­ma­tion, les em­ployés dis­posent d’un éven­tail de tâches.

UN PRO­JET IM­MENSE

Il faut dé­fi­ni­ti­ve­ment mettre les pieds dans la serre pour per­ce­voir l’im­men­si­té du com­plexe, qui en fin de compte se­ra quatre fois plus gros.

« Cette phase uni­que­ment re­pré­sente 25 % de la consom­ma­tion d’élec­tri­ci­té de la Ville de Saint-fé­li­cien. À titre d’exemple, on pour­rait dire que la mi­ni­cen­trale hy­dro­élec­trique de Val­jal­bert four­nit suf­fi­sam­ment d’élec­tri­ci­té pour ali­men­ter ex­clu­si­ve­ment nos ins­tal­la­tions de 900 000 pieds car­rés. Ce­la re­pré­sente la superficie de 15 ter­rains et de­mi de foot­ball. Avec de la lu­mi­no­si­té une ving­taine d’heures par jour, il est pos­sible de per­ce­voir le ha­lo de lu­mière jus­qu’à Ro­ber­val », ex­plique M. Du­bé.

Avant la fin du mois, les pre­miers concombres pour­ront quit­ter les serres afin de se re­trou­ver sur les rayons de l’épi­ce­rie du groupe So­beys, dont IGA. La chaîne a de­man­dé un ap­pro­vi­sion­ne­ment de 200 000 concombres an­glais et 360 000 concombres li­ba­nais sur une base heb­do­ma­daire.

Par se­maine, les Serres Toun­dra pro­dui­ront 325 000 concombres an­glais et 520 000 concombres li­ba­nais. La tech­no­lo­gie uti­li­sée pro­vient de Hol­lande. Le pro­jet compte en tout quatre phases de dé­ve­lop­pe­ment.

Pour le maire de Saint-fé­li­cien, la concré­ti­sa­tion de cette pre­mière phase est hau­te­ment si­gni­fi­ca­tive.

« Nous avons main­te­nant un pe­tit peu de la Hol­lande à Saint-fé­li­cien. C’est im­pres­sion­nant quand nous pen­sons à tout le tra­vail qui a été réa­li­sé afin d’avoir ce type d’en­tre­prise ici, chez nous », sou­ligne le maire. H.G.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.