L’art des Pre­mières Na­tions

L'Etoile du Lac - - ACTUALITÉS -

CHRO­NIQUE. J’adore l’ar­ti­sa­nat. À la mai­son, j’ai même mon propre ate­lier. Une pièce où je peux m’éva­der à tra­vers des bri­co­lages, de la cou­ture, de la créa­tion de bi­joux, etc. Ça me per­met de vi­der mon es­prit.

Cette se­maine, je me suis di­ri­gée dans la com­mu­nau­té de Ma­sh­teuiatsh, plus pré­ci­sé­ment à la Bou­tique Esh­kan, afin de par­ti­ci­per à un ate­lier de confec­tion de cap­teur de rêves.

L’ar­ti­sa­nat au­toch­tone m’a tou­jours fas­ci­né en rai­son des sym­boles et des nom­breuses ré­fé­rences au res­pect de la na­ture. C’est une amie qui m’a in­vi­tée à me joindre à elle afin de suivre un pe­tit cours et j’ai vu l’op­por­tu­ni­té d’en faire un es­sai pour ma chro­nique, et ce, tout en m’ini­tiant à la cul­ture au­toch­tone.

J’ai tou­jours per­çu le cap­teur de rêves comme un ob­jet es­thé­tique, car je ne connais­sais pas ça sym­bo­lique. Au­jourd’hui en plus de pou­voir en confec­tion­ner, je connais les croyances qui s’y rat­tachent.

L’his­toire ra­conte que le cap­teur de rêves em­pêche les mau­vais rêves d’en­va­hir le som­meil de son pro­prié­taire. Il agit comme un filtre. Il at­trape les rêves en­voyés par les es­prits. Les beaux rêves sont trans­por­tés par les plumes jus­qu’au rê­veur et les mau­vais sont em­pri­son­nés dans la pe­tite perle ins­tal­lée dans la toile. Quand les pre­miers rayons du so­leil chauffent la perle, les mau­vais rêves sont brû­lés. Avouez que c’est une très jo­lie ex­pli­ca­tion?

Je croyais que c’était très com­plexe de faire un cap­teur de rêves, mais c’est plu­tôt simple quand on dis­pose des ex­pli­ca­tions et des bons ma­té­riaux. La par­tie la plus com­plexe a été le tis­sage de la toile. Je ne suis pas tout à fait sa­tis­faite de mon tra­vail. Ma toile au­rait pu être beau­coup plus ten­due et j’au­rais pu faire beau­coup plus de rayons, mais c’est ma pre­mière créa­tion. Je compte bien m’amé­lio­rer dès que je vais avoir quelques mi­nutes pour en confec­tion­ner un autre.

Comme l’ar­ti­sa­nat me pas­sionne, il y a plein de choses que j’ai­me­rais ex­pé­ri­men­ter. Le tis­sage avec des perles de ro­caille m’a beau­coup in­ter­pel­lé. Il y avait des bi­joux fa­bu­leux à la bou­tique. Je trouve ça ma­gni­fique et j’ai­me­rais bien es­sayer un jour.

Une fois le cap­teur de rêves com­plé­té, ce­lui­ci a été pu­ri­fié avec de la sauge. Ce rite a ap­por­té une autre di­men­sion à la confec­tion de mon cap­teur de rêves.

EX­PÉ­RI­MEN­TER POUR CONNAITRE

Je suis une per­sonne très cu­rieuse. La com­mu­nau­té de Ma­sh­teuiatsh m’a tou­jours at­ti­ré. On vit à quelques mi­nutes d’une com­mu­nau­té riche en cul­ture et en tra­di­tion, mais on ignore cer­tai­ne­ment un tas de choses.

Alors que cer­taines per­sonnes sont heu­reuses de tra­ver­ser l’océan pour al­ler dé­cou­vrir

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.