Un re­tour en force pour Les Dales Ha­wer­chuk

L'Etoile du Lac - - CULTUREL - HÉ­LÈNE GAGNON he­lene.gagnon@tc.tc

MU­SIQUE. Après 5 ans d’ab­sence, Les Dales Ha­wer­chuk re­viennent en force avec l’al­bum Désa­van­tage nu­mé­rique. Un al­bum to­ta­le­ment as­su­mé. Les fans du groupe ne se­ront pas dé­çus et les plus scep­tiques ne pour­ront pas igno­rer le ta­lent mu­si­cal de cette for­ma­tion qui fait vi­brer le Qué­bec de­puis plus de 10 ans.

Sé­bas­tien Sé­guin, membre du groupe, sou­ligne que l’ab­sence du band a été plus longue en rai­son d’une ré­or­ga­ni­sa­tion.

« En cinq ans, il s’est tel­le­ment pas­sé de choses. Cer­tains membres avaient d’autres as­so­cia­tions mu­si­cales, d’autres sont de­ve­nus des pères. Par contre, nous étions prêts pour cet al­bum. On l’a fait pour nous avant tout, avec notre coeur. On vou­lait un disque qui nous plaît. On l’a fait », men­tionne Sé­bas­tien Sé­guin.

Avec Désa­van­tage nu­mé­rique, le groupe ar­rive avec un rock des plus af­fir­més.

« On vou­lait faire un al­bum so­lide pour nos fans. Avec notre der­nier al­bum pa­ru en 2011, on avait plus de re­cul. On sa­vait ce qu’on sou­hai­tait of­frir. On vou­lait faire du vrai rock tout en gar­dant le son du Lac », men­tionne le chan­teur et gui­ta­riste du groupe.

Alors qu’on pen­sait qu’il s’agis­sait d’un mythe dé­ve­lop­pé à Mon­tréal, le son du Lac est un terme de plus en plus uti­li­sé par les groupes d’ici.

« On trou­vait ça bien drôle au dé­but. Avec le temps, on se rend compte que les ar­tistes du Lac ont un son unique. On a pour la plu­part fré­quen­té l’école de Fred For­tin. Nos ins­pi­ra­tions mu­si­cales sont si­mi­laires. Au­jourd’hui, le son du Lac, on le per­çoit comme un com­pli­ment. C’est notre si­gna­ture », sou­ligne Sé­bas­tien Sé­guin.

DES CRAINTES

Mal­gré les suc­cès pas­sés, re­ve­nir avec un al­bum après une si longue ab­sence n’est pas sans crainte pour le groupe.

« Il y a tou­jours des craintes. C’est comme re­ve­nir en couple avec son ex. On ne sait pas si elle a chan­gé ou si elle nous aime en­core. De­puis le dé­but de notre car­rière, on n’a ja­mais rien te­nu pour ac­quis. On se laisse por­ter. On suit la vague. On ne veut pas se ti­rer dans le pied uni­que­ment pour plaire. On veut res­ter nous­mêmes », ex­plique-t-il.

Mal­gré ces craintes, l’évo­lu­tion de chaque membre per­met au groupe d’of­frir un al­bum dif­fé­rent du pré­cé­dent, mais sans pour au­tant re­nier le ca­rac­tère unique de la for­ma­tion.

« On aime la mu­sique. On veut tou­jours s’amé­lio­rer. La plu­part des membres se dé­dient uni­que­ment au band. Pierre For­tin est le seul qui vit uni­que­ment de la mu­sique grâce à ses nom­breux pro­jets. Son ba­gage, il nous le par­tage quand vient le temps de s’as­soir en­semble pour pro­duire un al­bum », sou­ligne Sé­bas­tien.

UNE HIS­TOIRE DE FA­MILLE

Sé­bas­tien Sé­guin signe la pièce « Mon amour pour les ma­chines » avec son frère Da­ny Sé­guin.

« Il n’est pas mu­si­cien, mais il a ap­por­té sa contri­bu­tion à cette pièce. On l’a vrai­ment fait pour les gens du Lac, pour ceux qui aiment les mo­teurs. Plu­sieurs vont cer­tai­ne­ment se re­con­naitre dans cette pièce », sou­ligne Sé­bas­tien.

RE­TOUR SUR SCÈNE

Les Dales Ha­wer­chuk sont prêts à re­mon­ter sur la scène. L’al­bum Désa­van­tage nu­mé­rique se­ra dis­po­nible dès le 25 no­vembre. Le lan­ce­ment au­ra lieu à Mon­tréal, mais la for­ma­tion Il y a tou­jours des craintes. C’est comme re­ve­nir en couple avec son ex. On ne sait pas si elle a chan­gé ou si elle nous aime en­core. » —Sé­bas­tien Sé­guin es­père pou­voir bien­tôt dé­bar­quer au Lac afin de ve­nir le pré­sen­ter à la mai­son.

« On sa­voure en­core chaque ins­tant. La vie a beau mettre des em­buches sur notre che­min, on va conti­nuer notre route pour faire ce qu’on aime », conclut Sé­bas­tien Sé­guin.

(Pho­to Gra­cieu­se­té)

C’est avec un son af­fir­mé que Syl­vain Sé­guin, Charles Per­ron, Pierre For­tin et Sé­bas­tien Sé­guin signent Désa­van­tage nu­mé­rique.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.