Ob­jec­tif : sen­si­bi­li­sa­tion à la sé­cu­ri­té et à la té­lé­pho­nie cel­lu­laire sur la 155

L'Etoile du Lac - - ACTUALITÉS - MI­CHEL SCARPINO mi­chel.scarpino@tc.tc

SÉ­CU­RI­TÉ. Plus d’une ving­taine d’au­to­mo­bi­listes ont par­ti­ci­pé au ra­len­tis­se­ment rou­tier mis sur pied par Da­niel Des­champs, sa­me­di en dé­but d’après-mi­di à La Tuque. Le convoi par­tait du dé­pan­neur du Lac à Beauce pour se rendre jus­qu’au dé­pan­neur Cou­che­tard du Bou­le­vard Du­charme.

D’abord mis en place pour prô­ner la di­mi­nu­tion de la vi­tesse et la re­con­fi­gu­ra­tion de la courbe au km 107 de la route 155 où s’est pro­duit un ac­ci­dent mor­tel, le 4 jan­vier, l’évé­ne­ment a été voué à la cause de la té­lé­pho­nie cel­lu­laire, puis­qu’au­cun si­gnal n’est cap­té sur la route 155 entre La Tuque et Lac-bou­chette. M. Des­champs et sa conjointe, Clau­dette Royer, ont per­du leur fille et leur pe­tite-fille dans cet ac­ci­dent.

Da­niel Des­champs s’est dit sa­tis­fait de voir que les La­tu­quois se sont joints à son mou­ve­ment. Une en­vo­lée de bal­lons a été ef­fec­tuée à l’en­droit pré­cis où a eu lieu l’ac­ci­dent.

Il es­père que la sen­si­bi­li­sa­tion à la sé­cu­ri­té rou­tière et aux li­mites de vi­tesse por­te­ra ses fruits. « J’avais par­lé à l’at­ta­ché po­li­tique et au mi­nistre Laurent Lessard de faire une nou­velle af­fiche ins­tal­lée par-des­sus les en­seignes de li­mite de vi­tesses «zé­ro to­lé­rance» comme il en existe dans d’autres pro­vinces. Les gens qui dé­passent d’un ou deux ki­lo­mètres à l’heure ont une contravention. Ça ai­de­rait beau­coup », lan­çait-il.

Il s’est éga­le­ment mon­tré tou­ché de voir que l’homme d’af­faires ro­ber­va­lois Da­ny Mo­rin s’est dé­pla­cé vers La Tuque pour l’oc­ca­sion.

«La pre­mière rai­son pour la­quelle je m’im­plique est la sé­cu­ri­té sur toute la route 155 et je ne parle pas seule­ment du tron­çon Lac­bou­chette à La Tuque. C’est une route qui est si­nueuse, il y a 1h30 avant qu’on ait un sys­tème de com­mu­ni­ca­tion ac­ces­sible pour les se­cours », a men­tion­né M. Mo­rin à TC Media.

« M. Des­champs est un grand tra­vailleur et un grand bé­né­vole. Il a dé­ci­dé de faire de la cause de la 155 son che­val de ba­taille», a pour­sui­vi M. Mo­rin.

Le maire de La Tuque, Nor­mand Beau­doin, était du convoi. « C’est im­por­tant. On a com­men­cé à dé­plo­rer l’état du km 107 il y a quelques an­nées. On a fait des ré­so­lu­tions. Il est ar­ri­vé un ac­ci­dent mal­heu­reux et c’est im­por­tant que le maire de La Tuque soit là pour sup­por­ter les gens et pour mon­trer au mi­nis­tère qu’on va suivre le dos­sier de très près ».

« Pour nous, c’est im­por­tant parce que ça vient ap­puyer les re­ven­di­ca­tions de M. Des­champs. Il y a aus­si le fait qu’en amé­lio­rant un point de sé­cu­ri­té rou­tière, vous ve­nez d’amé­lio­rer toute la sé­cu­ri­té des usa­gers de la route 155 », pense pour sa part le maire de la mu­ni­ci­pa­li­té de La Bos­ton­nais, Pierre-da­vid Trem­blay, éga­le­ment pré­sent sur place avec tout son conseil mu­ni­ci­pal et deux em­ployés mu­ni­ci­paux, ve­nus aus­si ap­puyer cette cause.

Il ne le cache pas, en toile de fond, on re­trouve la cause de la té­lé­pho­nie cel­lu­laire, sur la­quelle son conseil tra­vaille de­puis plu­sieurs mois. « Il faut que la po­pu­la­tion y par­ti­cipe et soit au cou­rant de ces dos­siers. Tout ce qui peut en dé­cou­ler est pour une meilleure sé­cu­ri­té des gens », ajou­tait le maire de La Bos­ton­nais. La té­lé­pho­nie cel­lu­laire est dis­po­nible sur la route 155 entre La Tuque et Trois-ri­vières, mais ab­sente de la Haute-mau­ri­cie et le Lac-st-jean.

(Pho­to TC Media - Mi­chel Scarpino)

On voit l’homme d’af­faires Da­ny Mo­rin de Ro­ber­val, Pierre Da­vid Trem­blay, maire de La Bos­ton­nais, Clau­dette Royer et Da­niel Des­champs, tout juste avant le dé­part des au­to­mo­bi­listes.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.