De nom­breux cas de fraude, mais fa­ciles à évi­ter

L'Etoile du Lac - - LA UNE - HÉLÈNE GA­GNON he­lene.ga­gnon@tc.tc

HAMEÇONNAGE. Les frau­deurs sont ac­tifs sur la toile. Cer­tains uti­lisent les ins­ti­tu­tions ban­caires comme trame de fond, afin d’ar­na­quer les gens. Quelques vé­ri­fi­ca­tions bien simples peuvent nous per­mettre d’évi­ter de mettre le doigt dans un en­gre­nage aux consé­quences in­dé­si­rables.

« Tout le monde est sus­cep­tible d’être vic­time de fraude. Bien en­ten­du, les aî­nés sont plus vul­né­rables, car les frau­deurs font mi­roi­ter des ca­deaux ou des ré­com­penses mo­né­taires. Les fraudes en ligne et l’ex­ploi­ta­tion fi­nan­cière de­meurent les deux tac­tiques les plus cou­rantes », men­tionne la di­rec­trice de la succursale de la Banque Royale de Saint-fé­li­cien, Mé­lis­sa Ber­ge­ron.

La grande ma­jo­ri­té des frau­deurs uti­lisent un stra­ta­gème qua­si iden­tique. Leur in­ter­ven­tion est ba­sée sur le sen­ti­ment d’ur­gence. Ce qui fait que plu­sieurs per­sonnes de­vant cette dé­tresse sont ten­tées d’agir afin de main­te­nir le bien-être.

« En ligne, la ma­jo­ri­té des frau­deurs communiquent avec les gens via mes­sa­ge­rie. Ja­mais une banque ne va com­mu­ni­quer avec ses clients par cour­riel per­son­nel. Elle uti­li­se­ra plu­tôt la mes­sa­ge­rie de sa plate-forme. Votre ins­ti­tu­tion fi­nan­cière ne vous de­man­de­ra pas vos co­or­don­nées, car elle les a dé­jà. C’est sou­vent le sen­ti­ment d’ur­gence qui fait en sorte que les gens se font prendre. Il faut dé­fi­ni­ti­ve­ment être vi­gi­lants », sou­ligne Mme Ber­ge­ron.

Le fait d’avoir ac­cès à ses don­nées fi­nan­cières sur un ap­pa­reil mo­bile per­met donc de pou­voir agir ra­pi­de­ment aus­si­tôt qu’une ano­ma­lie est dé­ce­lée.

« C’est un atout prin­ci­pa­le­ment si une per­sonne a une pro­cu­ra­tion et qu’elle peut agir en votre nom. On dit que dans la confiance, il faut de la mé­fiance. C’est en gé­rant soi-même nos avoirs que nous pou­vons avoir l’es­prit tran­quille. Les suc­cur­sales ne peuvent pas sur­veiller tous les comptes de ses clients. Les gens ont donc une res­pon­sa­bi­li­té. In­ter­net fa­ci­lite la tâche en don­nant ac­cès à toutes les in­for­ma­tions », ex­plique la di­rec­trice. La pré­ven­tion de­meure l’unique moyen qui per­met de di­mi­nuer les cas de fraudes.

(Pho­to De­po­sit­pho­to­s_© ge­ra­si­mov)

Les uti­li­sa­teurs ont une part de res­pon­sa­bi­li­té pour évi­ter les fraudes.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.